Partagez|
only you can save me + charlie
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: only you can save me + charlie Mer 16 Mar - 22:10


only you can save me
TENUE ∆ Dernier café de la journée. Yong Joon l'accompagna d'un grand et faux sourire puis s'éclipsa dans la salle des équipiers. Il retira son tablier, sa casquette et les fourra dans son casier. Avec une certaine impatience, il ralluma son téléphone portable. Il mourrait d'envie de lire le prénom de sa petite amie sur ce fichu écran. Un petit remontant pour combler le manque. Sauf qu'à la place, une liste effrayante se déploya. Douze appels manqués, quatre messages vocaux. Il les écouta et pâlit un peu plus après chacun. D'une main tremblotante il ferma la porte métallique. Son cerveau lui hurlait de courir mais ses jambes refusaient. Le monde s'écroulait sous ses pieds. Fébrile, il composa le numéro d'une compagnie de taxi. Tant pis pour les économies. Il quitta les lieux à bord du véhicule et tout le long du trajet tenta de joindre sa mère. Il rappelait à chaque fois qu'il tombait sur la messagerie. Le téléphone sonnait sans doute en continu. Ce bâtiment qu'il détestait tant se dressa devant ses yeux. Il ravala difficilement sa salive, anxieux. Il n'avait pas le droit de craquer. Il fallait qu'il tienne le coup. Il paya le chauffeur et le remercia. Il commença par marcher jusqu'à l'entrée puis se mit d'un seul coup à courir. Il slaloma entre les gens jusqu'à l’œil et délivra le nom de sa petite sœur. Plutôt que de lui indiquer une chambre, une infirmière passa de l'autre côté et lui proposa de l'accompagner.

Une autre jeune femme le retrouva devant les portes du bloc opératoire où se trouvait certainement sa chair et son sang. Il les fixait. Il essayait d'écouter ce qu'elle lui racontait. Les mots passaient dans une oreille et ressortaient par l'autre. Hémorragie grave. Hospitalisation nécessaire. Chambre stérile. Du haut de son jeune âge, Yong Joon essayait d'enregistrer les informations et hochait la tête. En vérité, il ne comprenait presque rien. On l'abandonna là. Il ne lui restait qu'à attendre. Il se laissa tomber sur l'un des bancs et se prit la tête entre les mains. Il tremblait encore de la tête aux pieds. Il serrait entre ses doigts son téléphone. Il tenta une dernière fois de joindre sa mère mais même résultat. C'est alors qu'il aperçut le nom de Charlie dans la liste de ses appels. Il hésita quelques secondes. Tellement de choses se bousculaient dans sa tête. Il avait envie d'être dans ses bras, de sentir cette chaleur si rassurante. Et en même temps, il ne voulait pas la mêler à ça et l'ennuyait avec ses histoires. Il secouait son téléphone en regardant le plafond quand enfin sa détresse le poussa à l'appeler. Chaque sonnerie lui tordit le cœur dans tous les sens. Une part de lui espérait qu'elle ne décrocherait pas. Il jeta un coup d’œil à l'heure, presque vingt heures, elle devait être chez elle. Lorsqu'il entendit sa petite voix, il sursauta presque. Que devait-il dire ? « Allô ? Je... pardon de vous déranger. Je- » Il toussota afin d'essayer de perdre cette voix faiblarde et hésitante. « J'ai besoin de vous. » Il avait réussit à le dire. Il prit une grande respiration. « Je suis à l'hôpital. J'ai besoin de vous voir. » Répéta-t-il incapable de plus lui expliquer. Il lui donna rendez-vous dans le hall en lui promettant de lui en dire plus mais il ignorait s'il s'en sentait capable. Il glissa le téléphone dans la poche de son pantalon et patienta encore un bon moment. Quand il jugea qu'elle devait bientôt arriver, il se leva et marcha calmement -ou presque- jusqu'à l'accueil. Il la chercha du regard. Tellement de gens se trouvaient là puis elle était si petite. Il aperçut enfin sa silhouette et se précipita vers elle. Il bouscula même certaines personnes. Mais une fois à sa hauteur, il ne lui laissa pas le temps de réagir ou de parler, il passa ses bras autour d'elle et se pencha pour cacher son visage dans son cou. Quelques minutes passèrent ainsi, sans qu'il ne bouge d'un seul pouce, jusqu'à ce qu'il éclate. Les premières larmes qui glissèrent sur ses joues furent silencieuses. Il n'en avait pas versé depuis si longtemps. Depuis le diagnostique probablement. Puis des sanglots se formèrent dans sa gorge, il s'efforçait de les retenir ce qui donnait l'impression qu'il s'étouffait.  
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Mer 16 Mar - 23:08


only you can save me
TENUE ∆ Encore et toujours des copies d'examens à corriger. Charlie avait beau savoir que cela faisait partie de son métier, ça restait tout de même la tache la moins plaisante. D'autant plus que cela l'agaçait de voit des erreurs qu'elle n'avait cesser de corriger en classe. D'autant plus qu'ils lui mentaient en lui disant qu'ils avaient bien tout comprit, sauf que la preuve était sous les yeux de la japonaise : non, ils n'avaient pas pigé un brin de la leçon. Les cas comme celui-ci, elle en avait la sainte horreur. Alors, pour se calmer et pouvoir garder un esprit objectif, elle partit se faire un thé, à la réglisse, son préféré. Le temps que tout infuse, elle prit son téléphone et regarda s'il y avait un message de Yong Joon. Mais non, toujours aucun. Regardant l'heure, un petit soupire quitta ses lèvres. Il était toujours au travail ? Le garçon impressionnait Charlie. Vraiment. Arriver à jongler entre les études, le petit boulot et les séances de mannequinat, il était un surhomme. Son petit ami était un surhomme. Bien sûr qu'elle en était fière ! Ce n'était pas donné à tout le monde d'avoir un conjoint aussi dynamique et désireux de réussir sa vie !

Retournant donc à son dur labeur, une fois l'esprit apaisé, la brune buvant tranquillement tout en notant avec justesse ses élèves. Et soudain, son téléphone retentit. Et elle en reconnu de suite la sonnerie, puisqu’elle était de ces gens qui personnalisent les appels. Un immense sourire au visage, elle s'empara de son portable pour décrocher au plus vite. Mais au lieu de ressentir de la joie à l'entente de la voix de Yong Joon, ce fut un tout autre sentiment qui se créa en elle. Pourquoi sa voix justement tremblait-elle ainsi ? « Tu ne me déranges jamais voyons. Que se p-... ». Les mots de son cadet lui glaça le sang. Il était à l’hôpital ?! Comment ça à l'hôpital ?! N'écoutant même pas la suite, elle lâcha un vif « J'arrive ! » tout en se levant et partant déjà mettre ses chaussures, sans réfléchir un seul instant, des baskets pour pouvoir courir. À peine eut-il raccrocher qu'elle appela un taxi, et prit son sac à main avant de sortir précipitamment de chez elle. Charlie dévala les escaliers à la vite de la lumière, incapable d'attendre l'ascenseur. Une fois dehors, elle s’engouffra dans le taxi et indiqua au chauffeur l'hôpital. Mais pourquoi donc était-il là-bas ?! Avait-il eut un accident au travail ?! Était-ce quelque chose de très grave ?! Le cœur de la jeune femme tambourinait violemment dans sa poitrine. Elle en avait les larmes aux yeux, effrayé à l'idée qu'il lui soit arrivé quelque chose. Le taxi se garant devant le bâtiment, elle sortit des billets sans vérifier la somme et quitta le véhicule pour courir dans le hall. Paniquée, elle cherchait Yong Joon du regard, partout. Pourquoi y avait-il autant de monde ?! Se rongeant les ongles par anxiété, elle finit par apercevoir l'immense silhouette de son petit ami venir à elle. Mais avant qu'elle ne puisse réagir, le châtain vint l'enlacer et cacher son visage dans son cou. Bon, au moins, il n'était pas aliter. Soulagée à moitié, Charlie l'enlaça à son tour et le serra fort contre elle, pour être sûre qu'on ne vienne pas le lui prendre. Mais elle finit par froncer les sourcils, en sentant quelque chose d'humide dans sa nuque. Il... Il pleurait , ?! Ouvrant grand les yeux, complètement surprise, la japonaise se retrouva alors démunit lorsque Yong Joon éclata véritablement en sanglots. Ne sachant pas comment réagir, trop prise au dépourvu, elle se contenta de caresser avec tendresse le dos de son amant, pour le rassurer. « Je suis là Joon... Je suis là... ». Ca lui brisait le cœur d'entendre les sanglots de son petit ami. Se pinçant les lèvres, Charlie finit par prendre sur elle après quelques instants et le fit se redresser. Tendrement, elle vint de ses pouces lui essuyer ses joues trempées, avant de l'observer de la tête aux pieds. Il ne semblait blessé nul part. Continuant donc ses caresses, elle le couva d'un regard aimant. « Je... Que ce passe t'il ? Tu n'as pas l'air blessé. C'est quelqu'un d'autre qui l'est ? Il y a eut un accident à ton travail ? Mh ? ». Il était facile de voir à quel point la jeune femme était morte d'inquiétude pour son cadet. Son cœur battait toujours aussi fort dans sa poitrine, et elle cherchait des réponses dans les yeux de Yong Joon.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Jeu 17 Mar - 12:04


only you can save me
TENUE ∆ Il fixait l'écran désormais noir de son téléphone. Avait-il bien fait de l'appeler ? Il se mordit doucement la lèvre en proie au doute. Il craignait tant de l'ennuyer avec ses problèmes. Puis elle devait avoir autre chose à faire que de lui tenir compagnie dans les couloirs d'un hôpital, quelque chose de plus important et de moins contraignant. S'il était là pour la protéger et la réconforter, il pensait sincèrement qu'elle n'avait pas à endossé ce rôle là pour lui. Alors il ressentait un étrange mélange de sentiments différents. D'abord, il s'en voulait de la mêler à tout ça. Il avait aussi l'impression de ne pas être prêt à lui dévoiler cette partie de sa vie. Mais en plus, il flippait à l'idée de lire de la pitié dans le regard de Charlie. Jusqu'à présent, elle l'observait avec une certaine fierté. Il l'épatait par sa maturité et sa capacité à prendre soin d'elle. Peut être même qu'elle le considérait comme un homme fort. Il n'avait pas envie de perdre ce statut. Il ne voulait pas lui montrer le reste. Mais surtout, il était habitué à tout endurer seul. Il supportait le poids de trop nombreuses responsabilités depuis des années, presque depuis l'enfance. Ses épaules tenaient le coup. La violence, l'alcoolisme de sa mère, la maladie de sa sœur. Il gardait tout enfermé au fond de lui. Il s'interdisait de craquer.

Mais lorsqu'il l'aperçut dans le hall au milieu de ces inconnus, si petite et l'air inquiet, quelque chose se fissura. Il se jeta littéralement dans ses bras. Il s'accrocha à elle comme à une bouée de sauvetage. Un robinet rouillé depuis le temps s'ouvrit. Celui de toutes ces larmes qu'il ravalait, qu'il refusait de verser par peur de passer pour un faible et parce qu'on attendait de lui qu'il souffre en silence, qu'il porte sa mère ainsi que sa sœur sur son dos sans broncher. Il hoqueta à plusieurs reprises à la recherche d'un peu d'air frais, ses pleurs l'empêchant de respirer. Il serrait entre ses doigts le pull de la brune, il le serrait même tellement fort que ses phalanges devinrent blanches. Il ne la lâchait pas. Il cherchait sa chaleur. Juste elle, sa voix, sa présence. Cela ne se voyait peut être pas mais elle lui faisait du bien. Quand elle le fit se redresser, Yong Joon ferma les yeux par réflexe et baissa la tête. Absolument pas fier de lui montrer ça. Sur ses joues devenues rouges, des traînées humides continuaient de couler malgré les pouces de Charlie qui les effaçait. Il peinait à reprendre son souffle. Son torse se levait à un rythme affolant. Sa respiration se faisait bruyante. Il suffoquait. Il n'avait plus rien de l'homme qu'elle connaissait, de l'homme qu'il tenait à être pour elle. Il était un gamin perdu et effrayé. Le gamin qu'on ne l'avait jamais laissé être. Sa lèvre tremblait et il l'attrapa avec ses dents. Il entendait les questions de Charlie mais n'arrivait pas à y répondre. À la place, il secoua doucement la tête de gauche à droite. Ébranlé par ce torrent auquel il ne s'attendait pas, il toussota et renifla plusieurs fois. Il réussit difficilement à se calmer. Des frissons le secouaient encore mais après quelques minutes, il semblait plus apte à communiquer. Il eut même un rire nerveux se sentant tellement ridicule mais pitoyable surtout. « Hum. Venez avec moi. » Il passa sa main dans le dos de la brune pour l'entraîner dans la bonne direction. Le temps de leur petite marche, il en profita pour réguler sa respiration et essayer d'arrêter de pleurer. Quelques larmes se faufilaient encore et il les écrasait aussitôt. Il n'en pouvait plus. Dans un élan de courage, la voix encore un peu hésitante, il parvint à lui livrer quelques informations. « Ma sœur est malade. Aplasie médullaire. C'est, euh, une maladie où la moelle osseuse cesse de fonctionner normalement et ne remplace plus les cellules sanguines. » Sur ses doigts, il énuméra ensuite les conséquences d'une telle maladie. « Anémie, infections à répétition et tendance aux saignements. » Ils s’arrêtèrent devant les mêmes portes où le jeune homme se trouvait avant, il croisa les bras sur sa poitrine. Ils ne connaissaient pas encore tous les détails mais sa petite sœur était là. Plutôt que d'expliquer ce qui lui était arrivé, Yong Joon tenta de justifier son appel comme s'il cherchait à s'en excuser. « J'ai pas réussi à joindre ma mère et je... je savais pas. Enfin. Je voulais pas... mais je vous ai appelé. » Et même s'il ne le montrait pas bien, que ça ne voulait rien dire son charabia, il était si heureux de l'avoir avec lui.   
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Jeu 17 Mar - 20:56


only you can save me
TENUE ∆ Elle était complètement démunie. Voir Yong Joon ainsi la déstabilisait au plus haut point. Lui qui arborait d'habitude un immense sourire, qui respirait la joie de vivre, qui paraissait parfois bien plus mature qu'elle, était en train de pleurer à chaudes larmes dans ses bras. À l'entendre ai si sanglote et à le sentir la serrer si fort contre lui, il ressemblait à un enfant désemparé. Pourtant, Charlie ne se sentait pas moins en sécurité en sa présence, et l'admiration qu'elle portait à son égard n'en prenait pas un coup. Au contraire, cela la touchait qu'il acceptait de se montrer ainsi à elle. C'était une belle preuve de la confiance qu'il avait en elle. Et cela ne faisait qu'augmenter le désir de la japonaise de chérir Yong Joon. Elle voulait être ce refuge dans lequel il se rendrait sans réfléchir dès que quelque chose n'irait pas. Alors, Charlie allait devoir apprendre à avoir les épaules solides. Car la brune n'avait jamais eut affaire à ce genre de situation. Personne n'était jamais venu pleurer dans ses bras. Pas même sa grande sœur alors qu'elle était au plus bas. Quels mots fallait-il utiliser ? Quels gestes fallait-il avoir ? Elle tentait de ne pas trop réfléchir, et laisser son instinct prendre le contrôle. Pouvait-elle être à la hauteur ?

Continuant de lui essuyer les joues, un peu en vain il fallait l'avouer, l'état de Yong Joon faisait mal au cœur de la jeune femme. Elle avait même envie de pleurer avec lui. Mais elle se força à se contenir, voulant lui prouver qu'il avait bien fait de l'appeler. Lorsqu'il reprit assez son calme pour s'exprimer, Charlie le suivit donc sans oser parler. De toute façon, elle ne savait pas quoi dire. D'autant plus qu'elle n'avait encore aucune information quand à ce qu'il était en train de se passer. Écoutant son petit ami parler, les sourcils de la japonaise se froncèrent un peu. Elle ne comprenait rien. Yong Joon employait des mots qui ne faisait pas partie de son lexique coréen. En même temps, ses lacunes dans le domaine médicale étaient normales. Se pinçant les lèvres, elle se maudit intérieurement de ne pas comprendre ce qui semblait être si grave sur l'état de santé de la sœur de son cadet. C'était la seule chose que son cerveau arrivait à saisir : la petite sœur semblait avoir une maladie extrêmement grave. Hochant la tête, Charlie jeta un coup d’œil en direction des portes de la salle d'opération. Elle n'était pas à l'aise avec ce genre d'endroit. Venant caresser avec douceur les bras de l'étudiant, elle lui adressa un sourire remplit de tendresse. « Je serais toujours là pour toi, alors n'hésites jamais à m'appeler, d'accord ? C'est aussi mon rôle maintenant d'être présente dans les situations difficiles. Tu peux compter sur moi. Je te le promets. ». Glissant ses mains à ses épaules, elle força Yong Joon à s'asseoir sur l'un des bancs métalliques. Puis, venant lui caresser la tête, elle déposa un baiser sur son front. « Reposes toi. Je vais aller m'occuper des papiers. Restes ici, si jamais ta mère t'appelles ou arrives. Je ne serais pas loin. Je vais me dépêcher ! ». Lui adressant de nouveau un beau sourire, la jeune femme quitta à contre cœur son amant pour retourner à l’accueil et s'occuper des papiers. Heureusement pour elle, les pompiers avaient déjà fait un gros boulot. S'installant au bout du comptoir, le visage fermé et concentré, pour bien saisir tous les termes écrits sur la feuille, Charlie sursauta quand après quelques minutes, on tendit une canette de café face à elle. « Une si belle femme ne devrait pas avoir cette expression sur son visage. ». Tournant la tête vers la provenance de cette voix, elle se retrouva face à un médecin, aussi grand que Yong Joon, et, il fallait l'avouer, très bel homme. Buguant un peu, elle resta silencieuse, et l'homme reprit. « Je vous ai vu avec votre frère devant la salle d'opération. J'espère que tout va s'arranger pour vous. ».
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Ven 18 Mar - 11:03


only you can save me
TENUE ∆Il n'arrivait plus à sourire. Il le voulait pourtant. Il avait envie de la rassurer et de lui montrer qu'il restait fort. Il préférait tenir son rôle du mec joyeux en toutes circonstances mais la situation l'en empêchait. Yong Joon se sentait même pitoyable de laisser voir ce spectacle plus que misérable à sa petite amie. Si bien que, malgré les paroles réconfortantes et chaleureuses de la brune, son visage demeura aussi fermé que crispé. Il hocha vaguement la tête. Sa présence l'apaisait un peu. Il avait cependant tellement l'habitude s'affronter ça tout seul qu'il ne pouvait quand même pas s'empêcher de culpabiliser un peu. Même si ça lui permettait de tenir le coup. Parce qu'aujourd'hui, pour la première fois depuis longtemps, il avait craqué. Et en plus, il avait craqué devant Charlie. Que quelqu'un le ramasse à la petite cuillère lui faisait bizarre mais surtout lui faisait du bien. « Merci. » Réussit-il à prononcer dans un souffle. Docile, il s'assit suite à la pression qu'elle exerça sur ses épaules. Il leva son regard vers elle. Ses yeux bouffis, rougis et humides. Elle prenait soin de lui comme d'un gamin égaré, et c'était peut être ce qu'il était dans le fond. Mais il la retint par le bras, l'empêchant dans un premier temps de s'éloigner. Il ne se sentait pas rester seul dans ce couloir. Il désirait la garder à ses côtés. Plutôt que de le reconnaître, il finit par la lâcher. « Revenez vite. » Il sortit son téléphone de sa poche pour tenter encore de joindre sa mère mais tomba une nouvelle fois sur la messagerie. C'était peine perdue, il le savait. Sauf qu'ils allaient avoir besoin d'elle bientôt. Il poussa un long soupir et s'ébouriffa les cheveux, agacé.

Le coréen ne parvint pas à prendre son mal en patience et au bout de quelques minutes se décida à retrouver Charlie. Les mains dans les poches, il traversa les couloirs jusqu'à l'accueil mais se figea à une dizaine de mètres de celui-ci découvrant une scène plutôt dérangeante. Il plissa les yeux pour vérifier que c'était bien sa petite amie, mais oui, aucun doute. Il analysa l'homme qui se tenait face à elle et qu'il voyait de dos. Blouse blanche, probablement presque aussi grand que lui, la trentaine. C'était une blague ? Sa journée n'était pas assez pourrie comme ça, il fallait en plus qu'un abruti vienne draguer Charlie sous son nez. Yong Joon pressa son regard humide avec la manche de sa chemise dans l'espoir de se redonner un peu d'allure et de contenance. Il s'éclaircit la gorge et se lança dans leur direction prêt à marquer son territoire. C'est ainsi qu'il se glissa à côté de la brune, passant son bras autour de sa taille, ce que le médecin ne sembla pas remarquer. « Oh, j'étais justement en train de dire à votre grande sœur que j'espérais que- » Pas le temps pour lui de continuer, Yong Joon s'esclaffa d'un air faux et méprisant. Grande sœur ? Il croyait halluciner. De l'extérieur c'était vraiment ce que les gens voyaient ? Leur différence d'âge n'était pas si énorme. Bon, il était vrai que Yong Joon faisait vraiment jeune et qu'au contraire Charlie faisait très femme. Il regretta l'espace d'un instant ses traits fins qui lui valaient pourtant d'être mannequin. C'est donc sans laisser l'occasion au médecin de reprendre la parole qu'il leva le voile sur ce malentendu. « C'est ma petite amie. » Clair, simple, précis. Le visage de l'homme se décomposa. Seulement là, il baissa les yeux et aperçut la main de Yong Joon. Il pouffa alors plusieurs fois comme persuadé qu'il s'agissait d'une plaisanterie. « Elle est bien bonne celle-là jeune homme. Je vous ai presque cru ! » Il lui chauffait vraiment les nerfs là. Et la patience du mannequin était loin d'être à toute épreuve. Encore moins aujourd'hui. Il se pinça les lèvres tentant malgré tout de garder son calme. Il ne pouvait pas causer de scène dans ce hall mais ailleurs il n'aurait pas hésiter à lui coller son poing dans la figure. On ne touchait pas à Charlie. On ne la regardait même pas sans sa permission. « C'est pas une blague. Alors on va faire comme si j'avais rien vu, rien entendu. Vous allez remballer votre canette de café et arrêter de baver sur ma copine. Hm ? » Son ton était menaçant, froid et presque tranchant. En même temps, il chercha la main de Charlie et entrelaça leurs doigts. Le médecin les fixa encore quelques secondes avant d'enfin tourner les talons. Yong Joon le regarda s'éloigner puis poussa un long soupir en secouant la tête. Il reporta son attention sur Charlie. « Vous avez envie que je vous appelle noona ? » Il valait mieux qu'ils puissent en rire même s'il était encore un peu crispé et agacé.   
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Ven 18 Mar - 20:40


only you can save me
TENUE ∆ Elle était paniquée. Elle était paniquée à l'idée de ne pas pouvoir aider convenablement Yong Joon à cause de ses lacunes en coréen. C'était bien dans ce genre de situation qu'elle aurait aimé que ce soit sa langue maternelle. Être incapable de comprendre complètement la maladie de la petite sœur de son petit ami la frustrait et l'agaçait. Charlie avait l'impression qu'une espèce de barrière se forçait entre elle et lui. Comment pouvait-elle bien le soutenir comme il se doit si elle ne savait même pas de quoi il s'agissait ? Elle avait honte de lui avouer qu'elle n'avait strictement rien comprit. Elle avait honte d'être si faible. Elle savait pourtant que Yong Joon comprendrait, qu'il ne lui en voudrait pas, et tenterait même très certainement de lui expliquer avec des mots plus simples. Mais la japonaise désirait se taire. Ce n'était pas le moment pour inquiéter davantage l'étudiant. Non. Elle devait lui apporter confiance et réconfort. Elle passerait pour une idiote plus tard. C'est pourquoi elle avait choisit de le soulager du poids de la paperasse. Il devait se reposer, et libérer un peu son cerveau de tout ce qui était en train de se passer.

Mais un imprévu arriva dans le programme de Charlie. Un médecin était en train de la draguer ouvertement. Mais bien trop perdue par la situation, elle ne le réalisa même pas. C'est pourquoi elle laissa l'inconnu parler, sans l'interrompre. Pourtant, quelque chose tilta. Son frère ? Quel frère ? Parlait-il de Yong Joon ? Alors qu'elle allait remettre au clair le quiproquo, son amant apparu à ses côtés. Levant les yeux vers lui, surprise, les joues de la brune se mirent à rougir violemment. Wow. Il venait réellement de la qualifier de petite amie ? Devant tout le monde ? C'était la première fois qu'il utilisait ce mot, et le cœur de la jeune femme s'en retrouva chamboulé. Extrêmement heureuse mais timide, elle se pinça les lèvres et posa son front contre l'épaule de son cadet. Le laissant faire, elle accepta de lier leurs doigts et finit par regarder le médecin partir. Les infirmières de l’accueil chuchotaient en les regardant. Charlie revint à la réalité à la question de Yong Joon. Lui donnant un petit coup de sa main libre sur son torse, elle gonfla les joues. « Ah non ! Ça va me vieillir encore plus... ». Se mettant sur la pointe des pieds, elle vint déposer avec amour ses lèvres sur celles du châtain, pour un tendre baiser, et aussi pour clouer le bec à ces curieuses d'infirmières. Lui offrant ensuite un sourire remplit de tendresse, elle lui montra la feuille. « Désolée, j'ai mit du temps à bien tout comprendre... Il ne te reste qu'à signer normalement ! ». Une fois ceci fait, elle l’entraîna pour qu'ils retournent sur le banc d’auparavant, s'y installant cette fois avec lui, sans pour autant délier leurs doigts. Se tournant vers lui, Charlie lui caressa calmement la joue, cherchant à s'assurer par son regard qu'il allait un peu mieux. « Tout va bien se passer. Il ne faut jamais baisser les bras, ou cesser d'y croire. Je suis persuadée qu'elle est en train de se battre. Car elle sait que tu es là, et que tu l'aimes. ». Elle refusait l'idée que Yong Joon puisse connaître ce vide dans le cœur qu'elle avait ressentit à la mort de sa sœur. « Tu sais... Ce que je vais te dire va très certainement te paraître étrange mais... Tu as de la chance. Car tu peux être là, à ses côtés. Tu peux lui apporter le réconfort dont elle a besoin. Et même si un jour, un malheur devait arriver... Vous aurez eut cette chance de vous prouvez à quel point vous vous aimez. Moi... Je n'ai pas eut ça... ». Charlie se mordit la lèvre inférieure et baissa les yeux. Sa voix devint alors plus basse, et plus fébrile. « Yumi... a toujours été seule. Même jusqu'à la dernière seconde de sa vie. Elle n'avait personne à qui se confier. Elle n'avait personne sur qui se reposer. Tout ça car j'ai été aveugle. ». Les larmes aux yeux, la japonaise prit une grande respiration et redressa la tête pour regarder de nouveau Yong Joon. « Continues de la chérir. Ne l'abandonne jamais. Comme ça, tu ne regretteras jamais rien. Car crois moi, les regrets, ça vous pourrit la vie. ».
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Ven 18 Mar - 23:01


only you can save me
TENUE ∆ Une part de lui refusait de comprendre qu'une telle confusion puisse intervenir dans les esprits de ceux qui les regardaient. En même temps, depuis la dite officialisation de leur couple, ils ne s'étaient pas encore confrontés au jugement des autres. Yong Joon avait beau être à peine majeur, il se comportait comme un homme et possédait l'ego parfois quelque peu surdimensionné qui s'accordait avec. Alors qu'on le prenne pour son petit frère l'offensa. Mais si ce n'était que ça. Il était aussi un tantinet jaloux. D'accord, peut être même carrément jaloux et un poil possessif sur les bords. Il ne supportait pas l'approche minable de ce médecin qui parce qu'il portait une blouse blanche se sentait sans doute supérieur à lui. Il le sentait dans son regard mais le coréen ne flanchait pas. Il se tenait droit à côté de sa petite amie, fier de pouvoir lui prendre la main, de signaler qu'elle lui appartenait. L'autre semblait dégoûté et un peu déboussolé par le duo original qu'ils formaient. S'il existait une chose dont il se fichait c'était bien de ce qu'on pouvait penser de lui. Il se décrispa un peu après une tentative de détendre l’atmosphère mais surtout de se détendre lui-même. Il était crispé et sur les nerfs. Cet échange n'ayant rien arrangé. Néanmoins, un faible sourire à peine perceptible passa sur ses lèvres lorsque la brune déclina sa proposition. « Pourquoi pas ? Vous ne trouvez pas ça mignon ? » Bien des hommes de son âge fantasmaient à l'idée de sortir avec une femme un peu plus âgées. Il accueillit son baiser comme un souffle nouveau et jeta un coup d’œil aux infirmières qui piaillaient sans discrétion non loin d'eux. Il leur adressa un mouvement de tête pour les dissuader de manière silencieuse et elles jouèrent les innocentes. Il porta ensuite son attention sur la feuille et vérifia quand même rapidement le tout, habitué à cette paperasse. Charlie ne devait même pas se douter qu'il se chargeait lui-même des comptes de sa mère et de tout le reste. Il apposa sa signature puis l'embrassa affectueusement sur la joue. « Merci. » Qu'elle se trouve à ses côtés signifiait tant de choses pour lui.

Ils retournèrent dans ce couloir qui l'angoissait plus qu'autre chose. Ce n'était pas la première fois qu'il attendait ici, et peut être pas la dernière. Il passa sa main libre dans ses cheveux. Nerveusement, il se mordillait l'intérieur de la joue presque au sang. Sa jambe remuait montrant son état d'anxiété plutôt avancé. Lorsqu'il sentit les doigts de sa petite amie sur sa joue, il souffla et tourna la tête vers elle. Il entendait des paroles qu'il n'avait jamais entendu. On ne le rassurait pas. Enfin si, les médecins essayaient parfois mais cela n'avait aucun rapport avec le réconfort que lui apportait Charlie. Comme il sentait les larmes remonter, il pressa à nouveau ses yeux avec la manche de sa chemise puis renifla bruyamment. Il n'aimait pas être aussi faible, encore moins devant elle. Il se contenta d'approuver ses mots en hochant plusieurs fois la tête. Et puis elle lui dévoila une partie de l'histoire. Cela semblait faire partie de leur fonctionnement. Quand l'un montrait quelque chose à l'autre, l'autre s'empressait de lui renvoyer la pareille. Pas par obligation mais bien par envie. Il était plus simple de se mettre à nu de cette façon. Yumi. Il comprit sans lui demander qu'il s'agissait de sa sœur. Il savait juste qu'elle ne faisait plus partie de leur monde. Il ignorait comment ou pourquoi et n'avait pas osé demander. Il comprenait qu'elle avait souffert. Il cerna aussi la culpabilité qui rongeait sûrement sa petite amie aujourd'hui. Il passa son bras autour de ses épaules pour la rassurer à son tour. Il était sa béquille et elle était la sienne. Ils s'accrochaient ensemble. Il pressa ses lèvres contre la tempe de Charlie et la berça un peu. « J'suis sûre qu'elle ne vous en veut pas. C'est pas facile de remarquer la détresse des autres. » La preuve, Charlie ne se doutait peut être pas avant ce jour ce qu'il vivait au quotidien, tout comme lui, en commençant à lui courir après ne s'imaginait pas le lourd passé de la jeune femme. « J'me trompe peut être mais je crois que vous aussi, vous étiez bien seule. » Il parlait au passé parce qu'il comptait bien être là pour elle. Combien de temps, il l'ignorait, aussi longtemps que possible en tout cas. Pour essayer de rendre la conversation moins difficile et de son côté pour éviter de penser à ce qui se passait derrière ces foutues portes, il choisit d'apprendre à connaître sa sœur d'une autre manière. « Vous pensez qu'elle m'aurait apprécié ? Ou bien est-ce qu'elle vous aurait dit : mais qu'est-ce que tu vas faire avec un mec comme ça ? » Ils n'en étaient qu'au début mais parfois Yong Joon se demandait ce que sa petite sœur penserait de Charlie. Elle allait être heureuse d'apprendre que quelqu'un veillait sur lui. Et sa mère, bien, l'avis de sa mère ne comptait pas pour lui. En pensant à elle, il sortit une nouvelle fois son téléphone pour essayer de l'appeler mais comme les autres fois tomba tout de suite sur sa messagerie ce qui le fit soupirer. Irrécupérable cette bonne femme.   
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Ven 18 Mar - 23:38


only you can save me
TENUE ∆ Bien sûr que cela l'offensait qu'on prenne Yong Joon pour son petit frère. Elle ne comprenait pas ce qui clochaient chez ces gens là. Il n'avait pas un visage de collégien non plus ! À ses yeux, il était si mature, si fort, si homme. Et alors quoi, juste car on a des traits jeunes et qu'on pleure dans les bras d'une femme, cela rend forcément impossible une histoire d'amour ? C'était ridicule. Charlie avait apprit à se moquer du regard des gens sur elle. Elle assumait complètement son couple, et en éprouvait même une fierté certaine. Elle avait simplement peur que cela touche son cadet, et qu'il remette en question leur relation. D'autant plus qu'il y avait des gens bien pire qu'eux au niveau de la différence d'âge ! Certains jusqu'à quinze voir vingt ans ! Alors on n'avait pas à les juger sur leurs maigres trois années. Yong Joon était parfait pour elle. Il l'était bien plus qu'un trentenaire ou un homme proche de son âge. Vraiment. La japonaise se sentait enfin à l'aise avec quelqu'un, enfin aimée pour ce qu'elle était. Alors ça n'allait pas être quelques personnes fermées d'esprit qui la ferait renoncer à son amant ! Oh non !

Parler si librement de sa sœur était une première pour Charlie. Jamais dans sa nouvelle vie elle n'avait ne serait-ce qu'évoquer l'existence d'une aînée. Le fait de se confier ainsi au châtain prouvait l'importance qu'il avait désormais à ses yeux, dans sa vie. Lorsque Yong Joon lui enlaça les épaules d'un bras, la brune en profita de suite pour se blottir à lui. Fermant les yeux, elle écouta les sages paroles de son petit ami. Et dieu qu'elles lui faisaient du bien. Qu'on l'excuse d'avoir été aussi naïve était tout nouveau. Elle s'en mordit davantage la lèvre, pour empêcher ses larmes de couler. Elle était si reconnaissante. Puis, les questions de l'étudiant l'étonnèrent un peu. Charlie se redressa un peu et le regarda un instant, avant d'hocher négativement la tête. « Elle aurait été heureuse pour moi. Qu'un homme me veuille dans sa vie, sincèrement. Et pour ça, elle t'aurait énormément aimé. ». Oui, elle en était persuadée. Ces deux là auraient été amis. « Yumi était un peu comme toi. Elle aimait me taquiner. Son rôle d'aînée lui tenait à cœur. ». Mais de nouveau, le visage de la japonaise s'assombrit. « C'est moi, qui n'ait pas été à la hauteur du mien... ». Se pinçant les lèvres, elle se réfugia dans les bras de Yong Joon. « J'aurai dû le voir... J'aurai dû remarquer sa détresse... C'était ma sœur... Comment j'ai pu être si aveugle... ? Comment j'ai pu la laisser se faire ça... ? ». Une larme dévala sa joue, et Charlie réalisa qu'elle était en train de monopoliser l'attention, alors qu'il y avait bien plus grave que ses histoires. S'essuyant rapidement la joue, elle se décolla un peu de ses bras et le regarda. « P-Pardon ! Je ne fais que parler de moi alors que c'est toi qui va mal ! Je suis trop bête ! Pardon ! ». Faisant alors une moue adorable, s'en voulant vraiment, elle vint voler un baiser à son petit ami. Ce n'était pas le moment de s’apitoyer sur son sort. Riant un peu, pour tenter d'effacer les larmes qui étaient toujours dans ses yeux, la brune reprit les mains de Yong Joon dans les siennes. « Bref. Tout ça pour dire que tu es vraiment quelqu'un de bien. Et je ne dis pas ça car tu es mon petit ami. Je le pense sincèrement. Ne doutes jamais de toi. Je suis fière de toi. Comme elle doit l'être. J'en suis persuadée. ». Elle lui offrit un doux sourire, tentant de calmer et apaiser leurs cœurs douloureux.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Sam 19 Mar - 0:15


only you can save me
TENUE ∆ Yong Joon ne comprenait toujours pas pourquoi elle se dévalorisait autant. Il la regardait et il pensait qu'un tas d'hommes voudrait sa place. D'autres seraient probablement bien plus à même de la rendre heureuse ou de la soutenir. Il ne représentait pas le parti idéal. Il s'estimait donc plutôt chanceux de tenir cette place dans sa vie. Attentif, il l'écouta lui décrire sa sœur. Charlie ouvrait une porte de son histoire et le brun s'y faufilait pour observer ce qui se cachait derrière celle-ci. Sans qu'elle ne pose les véritables mots sur ce qui était arrivé à son aînée, il comprit néanmoins le fond. Aussitôt, il se mordit la lèvre. Incapable d'imaginer la souffrance que cela représentait de perdre une personne de cette façon. Il remarqua la petite perle salée sur sa joue et la serra alors un peu plus fort dans ses bras. Charlie avait l'air d'avoir enduré et traversé beaucoup de choses. La plus forte des deux finalement c'était bien elle. Malgré tout ça, elle avait trouvé la force de venir ici et d'essayer de se reconstruire. Il la trouvait extraordinaire. « Vous ne devez pas vous en vouloir. Qui sait si vous auriez vraiment pu la sauver ? J'imagine qu'elle souffrait beaucoup, tellement qu'elle ne savait plus comment faire. » Il ne savait pas trop ce qu'il pouvait lui dire ou non. Il avait l'impression de marcher sur des œufs. Situation délicate et gênante pour lui. En même temps, il désirait lui montrer qu'elle n'était pas à blâmer. « Cela se voit que vous l'aimiez beaucoup et ça, je suis sûre qu'elle le savait. C'est le plus important, j'en suis certain. » Il l'embrassa sur le front avec tendresse avant de se mettre à cligner plusieurs fois des yeux quand elle se décala un peu. Sa réaction était adorable. Il se força à lui sourire, amusé et attendri par son comportement. Puis il secoua la tête. « Vous excusez pas. Je ne vais pas mal. Cela m'arrange qu'on ne parle pas de ça. » Parce que l'avoir près de lui ici était une chose, discuter de la situation de sa petite sœur en était une toute autre.

De tout ce qu'elle lui confia, il ne retint qu'une seule chose. Le moment où elle se servit des mots 'mon petit ami'. Ce n'était que la deuxième fois qu'il endossait ce rôle dans la vie de quelqu'un et ça lui plaisait. Il acceptait de mieux en mieux toutes les responsabilités que cela représentait. Sûrement parce qu'il en découvrait aussi tous les bons côtés. « Vous racontez des bêtises. » Même s'il était touché, il ne réussit pas à accepter tant d'éloges, encore persuadé au fond de lui qu'elle l'idéalisait un peu trop. Plus serein depuis son arrivée, il posa sa tête sur son épaule en soupirant. Son regard se posa à nouveau sur ces maudites portes qui ne s'ouvraient toujours pas. Plus le temps passait, plus il stressait. Mais alors qu'il songeait à aller chercher du café, un chirurgien quitta le bloc et se dirigea vers eux. Comme quoi, il suffisait de râler. Yong Joon décolla ses fesses du banc et l'homme abaissa son masque pour leur parler. « C'est votre sœur ? » Demanda-t-il. Et le coréen sentit son sang ne faire qu'un tour. C'était une blague ? Ils s'étaient forcément passé le mot, il ne voyait pas d'autre explication. « Non, ma petite amie. » Il soupira pour souligner le manque de tact. « Pardon, est-ce que je peux parler devant elle ? » Yong Joon se contenta de hausser les épaules puis hocha la tête. L'autre se mit ensuite à déballer un long discours ponctué de termes médicaux que même le mannequin, habitué à tout ça, ne comprit pas forcément. Il plissa les yeux en essayant de se concentrer tant bien que mal. Mais à la fin, il lui redemanda quand même de lui expliquer encore une fois. Cette fois, le chirurgien prit son temps et utilisa d'autres mots. Ils avaient stoppé l’hémorragie, elle n'avait que quelques côtes cassées mais il fallait qu'ils commencent à songer à la possibilité de la placer en chambre stérile. « En attendant, elle va être transporté en salle de réveil. Elle ne se réveillera sûrement pas aujourd'hui. Vous savez que la maladie la fatigue beaucoup. Vous avez réussi à joindre votre mère ? » Il répondit par la négative et on lui indiqua la chambre où elle allait être placé en assurant qu'on viendrait bientôt lui apporter d'autres informations. Le chirurgien s'éloigna. Yong Joon tendit alors sa main à Charlie. « Allons chercher du café. » Ils marchèrent ensemble jusqu'à l'espèce de cafeteria. Il inserra quelques pièces dans le distributeur et tendit la première canette à Charlie, qu'il lui ouvrit au passage, avant de prendre la seconde. Le médecin qui avait osé draguer Charlie le observait de loin et pour le narguer, Yong Joon lui adressa un signe de la main avant de grogner. « J'vais lui péter la mâchoire. » Siffla-t-il entre ses dents. Il avala deux longues gorgées. Maintenant que sa sœur était plus ou moins tirée d'affaire, il se sentait un peu mieux. « Je vais sûrement passer la nuit ici mais vous n'êtes pas obligé de rester. » Il comprendrait qu'elle désire rentrer chez elle. Déjà qu'il pensait vraiment l'avoir embêté en l'appelant, il n'avait pas envie de représenter encore plus un poids pour elle.  
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Sam 19 Mar - 15:18


only you can save me
TENUE ∆ Cela ne lui faisait plus peur de raconter son passé douloureux à Yong Joon. Non, à présent, elle se sentait capable de tout lui dire, de tout lui raconter en détails. Elle ne voulait plus avoir de secrets pour lui, car c'était ce qui tuait un couple. Bien sûr, elle n'allait pas tout lui déballer d'un coup. Mais dès qu'une situation s'y prêterait, alors Charlie ferait part à son petit ami d'un passage de sa vie qui est important. Et pour le coup, que sa petite sœur se trouve à hôpital était une bonne occasion de parler de la sienne. Certes, les deux situations n'avaient rien à voir, et les sentiments qu'elle avait éprouvés face au suicide de son aînée étaient complètement différents de ceux que Yong Joon devaient avoir en ce moment même. Mais lorsqu'elle avait été dans le déni du décès de sa sœur, la japonaise avait eut cette crainte, cette peur de perdre cet être si cher. Ce refus de devoir s'imaginer un avenir sans elle. Alors, si l'étudiant l’éprouvait également, elle pouvait lui apporter son aide et son soutien, puisqu'elle était passée par là.

Il avait vraiment toujours les bons mots. Charlie les ancrait dans sa mémoire. On l'avait bien trop souvent accusé de ne pas s'être rendu compte de la détresse de son aînée, de ne pas l'avoir assez aimé. Pourquoi était-ce un garçon de vingt-deux ans qui la réconfortait ? Pourquoi était-ce lui qui prenait le rôle de sa famille ? Laissant Yong Joon poser sa tête sur son épaule, elle caressa son bras du bout des doigts. « Je ne dis jamais de bêtises! Je suis professeur rappelles toi ! J'ai donc toujours raison ! ». Riant un peu, quelqu'un franchit les portes jusqu'alors fermées et la brune se leva en même temps que son amant, quelque peu stressée. Son petit ami recadrant une seconde fois leur relation, Charlie se sentit de nouveau démunit lorsque le chirurgien utilisa tous ces mots inconnus. Il fallait qu'elle s'achète un livre de médecine ! C'était beaucoup trop irritant d'être face à une telle barrière. Mais lorsque Yong Joon tendit la main vers elle en lui proposant d'aller chercher du café, elle en déduit que l'homme lui avait apporté de bonnes nouvelles. Glissant donc volontiers sa main dans la sienne, la jeune femme le suivit jusqu'au distributeur et le remercia lorsqu'il lui offrit une canette. Elle en bu une gorgée avant de tourner la tête en direction de là où son petit ami faisait un signe de main. Oh. Le médecin qui l'avait dragué. La réflexion de son élève la fit éclater de rire. Lui donnant un petit coup de coude, elle le fixa. « T'es bête ! Ne dit pas de telles choses ! N'abîmes pas tes belles mains à cause de ça. ». Puis, lorsqu'il l'informa de la situation, Charlie hocha la tête. « Si tu m'y autorises, je veux bien rester. Je n'ai aucune envie de te laisser tout seul ici. Je peux même passer chez moi ou en ville nous prendre deux trois choses et à manger ! ». Elle adressa un beau sourire à Yong Joon avant de reprendre quelques gorgées de sa boisson. Puis, jouant de ses doigts sur la canette, la japonaise baissa la tête, honteuse. Elle devait lui dire. Se pinçant les lèvres, elle osa enfin dire, d'une petite voix : « Je... Je n'ai pas comprit la maladie qu'à ta petite sœur... Je ne connais pas les mots que vous avez utilisé, ils étaient trop difficiles. ». Elle gonfla les joues, prenant la moue d'une petite enfant en train de bouder.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Dim 20 Mar - 12:43


only you can save me
TENUE ∆ Finalement, Yong Joon s’accommodait plutôt bien à cette relation. Lui qui, quelques semaines plus tôt, ne s'imaginait pas un seul instant capable d'assumer le statut de petit copain, qui fuyait l'engagement comme la peste et refusait de croire en l'amour, oui, cet ancien Yong Joon là, commençait à s'ouvrir et à changer. Il ne devait ça qu'à Charlie. Si elle n'était pas venue le chercher, si elle ne l'avait pas secoué, il se trouverait seul dans ses couloirs aujourd'hui. Aussi bizarre que cela puisse paraître, il se demandait comment il aurait fait. Il ne tiendrait pas le coup comme ça sans elle. Il ne s'imaginait pas sans sa présence rassurante à ses côtés. Le besoin d'entrelacer ses doigts aux siens, de sentir sa chaleur, de humer son délicat parfum. Après l'instant révélation, il se colla un peu plus à elle. Il frottait sa joue contre son épaule tel un chaton. Bien sur qu'elle racontait des bêtises. Elle gommait ses défauts et embellissait ses quelques qualités. Yong Joon avait peur de finir par la décevoir, qu'elle comprenne un jour qu'il n'était pas aussi parfait qu'elle se le représentait. À ce moment venu, où ira-t-elle ? Yong Joon chassa tout ça de son esprit en ne pouvant s'empêcher de se dire qu'il avait offert à son cœur au moins quelques secondes de répit. En effet, à cet instant là, les grandes portes s’ouvrirent et il échangea quelques mots avec le médecin, un peu agacé de devoir le recadrer au début, mais il se montra attentif au reste. Un peu plus serein, il proposa à sa petite amie d'aller prendre un café avant qu'il n'aille retrouver sa sœur.

La caféine lui redonna un peu d'énergie. Son regard balaya la salle pleine de gens comme lui, dans l'attente de nouvelles de leurs proches ou en visite, puis s'arrêta sur le médecin de l'accueil. Il les fixait avec ce même air incrédule. Il semblait perturbé par leur couple ou peut être plus par le fait qu'une aussi belle femme que Charlie perde son temps avec un jeune homme même pas encore diplômé, à l'avenir incertain et donc sans revenus corrects. Il pensait sûrement qu'il n'était pas en mesure de s'occuper d'elle. Il se sentait supérieur avec sa petite blouse sur les épaules. Yong Joon le lisait sur son visage. Il le gratifia d'un sourire faux et d'un signe de la main avant de pester contre lui. « Croyez-moi, il mériterait plus qu'un simple coup. Et ça va pas tarder s'il continue à reluquer vos jambes comme ça. » Il soupira puis se décida à changer de sujet au risque de péter un plomb et de mettre son plan en exécution. Il lui annonça qu'il comptait passer la nuit mais qu'elle n'avait vraiment pas besoin d'en faire de même. Néanmoins, sa réponse le toucha. Il espérait secrètement entendre ces mots. Alors il se pencha pour déposer un tout petit baiser sur ses lèvres histoire de la remercier. « Vous êtes parfaite. » Encore un baiser, puis il se remit droit et ingurgita une gorgée de café. « Mais j'dois dire que j'ai pas vraiment faim. » Tout ça lui avait plutôt noué l'estomac. Il attrapa à nouveau sa main par besoin et pour marquer son territoire. Il jeta un coup d’œil en biais au médecin dragueur. Mais Charlie reprit la parole et il préféra donc se concentrait sur elle. Sa petite moue gênée l'attendrit et il vint lui pincer doucement la joue. C'était compréhensible. Lui-même avait mis un certain temps à tout comprendre. Mais après tout ce temps, il s'était plus ou moins habitué à ce jargon. Comment lui expliquer avec des mots simples ? Il se mordit la lèvre pensif à la recherche de la bonne manière d'en parler. « Vous savez dans le sang il y a ces trucs que le corps fabrique pour nous protéger des maladies, ce sont les globules. » Il ajoutait ainsi des termes au vocabulaire de la demoiselle en essayant de lui donner de bonnes définitions. « Et ce qui fabrique ces globules, c'est la moelle osseuse. Et la moelle osseuse de ma sœur a... disons qu'elle a arrêté de fonctionner. » Il plissa les yeux en analysant l'expression de Charlie pour essayer de savoir si elle avait compris ce qu'il voulait lui dire mais il n'en était pas certain. « Du coup, elle est tout le temps fatiguée et elle tombe plus facilement malade. Si elle se fait mal, elle va saigner beaucoup. Parfois elle saigne du nez ou des gencives. Le risque c'est qu'elle perde beaucoup de sang, on appelle ça une hémorragie en coréen. Est-ce que vous comprenez ? Je suis désolé d'être un si mauvais prof. » Mais c'était marrant quand même d'avoir eu à échanger les rôles quelques instants. Il espérait avoir été assez clair pour qu'elle se fasse une idée de la maladie de sa sœur. Si elle n'avait pas encore compris qu'il s'agissait de quelque chose de grave, maintenant oui. « C'est hyper rare comme maladie. » Il haussa les épaules. Tellement rare qu'il se demandait encore pourquoi c'était tombé sur elle.  
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Dim 20 Mar - 15:15


only you can save me
TENUE ∆ Elle ne pouvait le nier : voir Yong Joon être jaloux et possessif lui plaisait énormément. Elle le trouvait si attendrissant à vouloir marquer ainsi son territoire, mais aussi terriblement sexy. Qu'il dise haut et fort qu'elle était à lui la comblait de fierté. Et oui mesdames, cet homme au corps de dieu et au visage d'ange était déjà prit ! La japonaise avait bien remarqué la jalousie dans les yeux des infirmières derrière le comptoir. C'est pouvoir elle avait mit de l'huile sur le feu en embrassant son amant, histoire de bien les faire rager. Cruelle ? Charlie s'en moquait. On lui avait fait bien trop de fois le coup, il était temps qu'elle se venge un peu ! Mais attention, ne vous y méprenez pas ! Elle n'était pas avec Yong Joon pour son physique. Non, c'était bel et bien de la personne, de l’âme qu'elle tombait de plus en plus amoureuse. Alors certes, le fait qu'il soit magnifique était un plus non négligeable, mais il pourrait bien perdre ses muscles et prendre vingt kilos que les sentiments de Charlie resteraient inchangés. Elle n'était pas superficielle, et le garçon devait l'avoir remarqué depuis le temps.

Parfaite. C'était la première fois qu'elle entendait quelqu'un lui dire ça. Yong Joon se rendait-il compte qu'il était à l'origine de tant de choses dans la vie de la brune ? Préférant ne rien dire, de toute façon bien trop gênée par ce compliment, elle tilta à la réponse de son petit ami quant à sa proposition d'aller leurs chercher de quoi manger. Il n'avait pas faim. Évidement qu'il n'avait pas faim ! Sa sœur sortait d'une lourde opération ! Mais quelle idiote. Charlie voulut se frapper tant sa bêtise l'insupportait. Hochant donc simplement la tête, elle bu de nouveau le café tout en caressant la main du châtain de son pouce. Et celui-ci se mit à répondre à sa requête, celle de lui expliquer avec des mots plus simple la maladie de sa jeune sœur. La professeur écouta donc avec attention Yong Joon, qui était étrangement doué et pédagogue. Avait-elle déteins sur lui ? Comprenant enfin, elle hoche vivement la tête. Elle avait vu juste : ce n'était pas une maladie anodine. « J'ai comprit. Ca doit être vraiment dur pour vous deux... Elle pour la douleur, et toi la peur qu'elle se blesse. Elle a quel âge ? Elle m'impressionne. Je... Je pourrais la voir, une fois qu'elle sera réveillée ? ». Se pinçant les lèvres, Charlie regardait son cadet avec sa bouille adorable. Elle avait vraiment envie de faire sa connaissance, puisqu'elle avait une très grande importance dans la vie de l'étudiant. Voulant détendre un peu l'atmosphère, elle l'amena de nouveau s'asseoir un peu plus loin. Une fois installés, elle cala sa canette de café entre ses cuisses et sortit son téléphone portable. Là, elle ouvrit l'application snapchat et se plaça face à Yong Joon. « Aloooors... ». Capturant son visage, elle tenta plusieurs filtres avant de tomber sur celui qui donne des oreilles et un museau de chien. Prenant une courte vidéo ainsi de son petit ami, Charlie sourit et lui montra. « Regardes, tu es trooooop mignon comme ça ! Ca te va bien ! On t'adopterait de suite ! ». Lui collant un baiser sur la joue, elle eut une idée. Les faisant bien s’adosser aux sièges, elle mit son visage proche du sien et lança le faceswap. Et ce qui devait arriver arriva : elle explosa de rire. « J'ai un visage trop petit regardes ! C'est excellent ! Tu es belle waaah~ Le maquillage te va bien !Moi ça me rajeunit, c'est pas si mal ! ». Amusée, comme une gamine, elle prit une photo d'eux ainsi et l'enregistra. « Voyoooons... Ah ! Il y a aussi ceux qui font des double mentons ou des gros nezs ! ». Elle pensa donc ainsi plusieurs filtres, en riant parfois face aux visages très étranges que cela donnait à Yong Joon.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Dim 20 Mar - 17:53


only you can save me
TENUE ∆ Yong Joon n'était pas seulement jaloux. Elle risquait de l'apprendre à ses dépends dans les temps à venir. Pour le moment, trop épuisé par toutes les émotions fortes de cette soirée, il ne comptait pas déclencher une scène au beau milieu de la cafeteria. Puis tant qu'il ne matait que ses jambes, il pouvait bien se retenir. Par chance, Charlie portait un pull trop grand pour elle qui dissimulait tout le reste. Il se demandait si elle connaissait ce sentiment elle aussi. Il trouverait ça mignon chez elle, persuadé qu'elle n'en n'était pas à un stade aussi avancé que lui, ou du moins il l'espérait. De toute manière, elle n'aurait pas de véritable raison de l'être. Il ne voyait plus qu'elle. Les autres femmes n'existaient plus. Il n'avait d'ailleurs plus que son prénom à la bouche. Et pour preuve de l'importance de Charlie, il suffisait de notifier sa présence. Il n'aurait jamais appelé quelqu'un d'autre. Il avait même pas mal hésité avant de la contacter. Cela n'avait peut être l'air de rien mais ils franchissaient un nouveau cap dans leur relation. En tout cas, il la laissait faire un pas supplémentaire vers lui.

Il fit de son mieux pour lui décrire la malade sa sœur. Pas forcément évident. Il aurait aimé connaître les équivalents japonais mais en tant que débutant il n'en avait pas encore l'utilité. Il se débrouilla pour lui expliquer les termes coréens avec des définitions aussi simples que possible. À la fin, il n'était pas certain de s'être totalement fait comprendre. En la voyant doucement hocher la tente, il se sentit soulager. Lui expliquer une troisième fois aurait relevé de l'épreuve pour lui, il n'aimait pas en parler, mais il l'aurait fait, parce que c'était elle. « Dix-huit ans. » Murmura-t-il. À chaque fois qu'il se rappelait combien elle était jeune, ça le bouffait. Elle ne méritait pas ça. Elle n'avait encore rien vu, rien vécu. Il ne lui raconta pas combien il se sentait coupable de ne pas pouvoir la sauver simplement parce qu'ils n'avaient pas le même père. Ce détail le rongeait tellement. Il se sentait comme un frère indigne alors qu'évidemment il n'y pouvait rien. Puis Charlie lui demanda l'autorisation de la rencontrer. Il battit des cils plusieurs fois, un peu surpris. « Vous voulez la rencontrer ? » Il se traita aussitôt d'imbécile. Il allait lui donner l'impression qu'il n'en avait pas envie en réagissant de cette manière. « J'veux dire oui. Bien sur. J'imagine qu'elle sera contente. » C'était sa sœur qui allait être contente surtout. Elle qui rêvait de le voir heureux, de lui trouver quelqu'un pour veiller sur lui, pour l'aimer et l'apaiser. Charlie réussissait plutôt bien dans ce domaine. Ils s'installèrent finalement un peu plus loin et Yong Joon poussa un soupir en posant ses fesses sur le banc. Il plaça ses coudes sur ses genoux puis tourna la tête quand elle sortit son téléphone et fronça les sourcils. Qu'est-ce qu'elle faisait ? Oh snapchat. Il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire amusé. « Aigo, vous avez quel âge ? » Mais elle était mignonne. Beaucoup trop mignonne. Sage comme une image, il se redressa en même temps qu'elle pour lui faire plaisir et fixa l'écran plus amusé par les réactions de Charlie que ce qu'il y voyait. Au moins, cela lui changeait les idées. Elle devait le faire pour ça et il lui en était très reconnaissant. « Tout me va bien, vous oubliez que je suis parfait. Par contre, c'est vrai que ça vous rajeunit, vous êtes mieux comme ça. » Il prit un air sérieux. Il aimait tellement la taquiner sur son âge alors qu'à peine trois petites années les séparaient. Mais il ne réussit pas à tenir longtemps comme ça, et il rit légèrement. Ça n'était pas grand chose mais ça restait plutôt pas mal compte tenu de la situation. Il se prêta au jeu plus pour lui faire plaisir et l'entendre rire qu'autre chose. Au bout d'un moment, il lui chipa son téléphone. « Attendez, on va faire une vraie photo. » Il tendit son long bras pour cadrer et, sans lui laisser le temps de réagir, prit son menton entre ses doigts pour tourner son visage vers le sien pour lier leurs lèvres. La photo dans la boîte, il baissa sa main et approfondit leur baiser quelques secondes, savourant le goût de caféine qu'avait sa bouche. Puis il jeta enfin un œil au cliché et l'enregistra dans la mémoire du téléphone. « En voilà une que vous ne pouvez pas mettre dans votre story. Enfin, vous ne pouvez en mettre aucune en vérité. » Qu'arriverait-il si une rumeur sur la nature de leur relation se propageait ? Pas qu'ils ne faisaient pas confiance aux amis de Charlie mais lui n'en avait parlé à personne de son côté. Bon, ce n'était pas la même chose. Ses proches à lui avaient son âge et suivaient les cours de la brune. Peut être qu'elle pouvait plus avoir confiance en son entourage que Yong Joon. 
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Dim 20 Mar - 19:07


only you can save me
TENUE ∆ Elle avait l'impression de rattraper ses jeunes années qu'on lui avait volé grâce à Yong Joon. Elle retrouvait goût à la vie, elle avait une réelle motivation pour se lever le matin, elle riait pour des choses simples. Il était véritablement une bouffée d'air frais, un rayon de soleil dans sa misérable vie. Grâce à lui, elle devenait pleinement Charlie Evans. C'était cette vie qui lui offrait dont elle avait toujours rêvé. Bien sûr, ils n'en étaient encore qu'à leur début, mais qu'importe. Pour le moment, ils étaient heureux, et cela leur suffisait. En tout cas, ça suffisait à la japonaise. Elle ne demandait pas des bouquets de fleurs tous les jours, des petits déjeuners au lit tous les matins, des sorties dans des restaurants cinq étoiles. Oh non. Leurs petites soirées dans le faux-lit de Yong Joon dans cette pièce unique qui lui servait d'appartement lui convenait à la perfection. C'était ça, pour elle, une vie de couple. Des choses simples mais sincères. Charlie ne comprenait pas toutes ces filles qui avaient besoin de cadeaux hors de prix pour, soit-disant, preuves d'amour. À ses yeux, cela empestait le faux, l'hypocrisie. Elle était heureuse que son cadet ne soit pas ainsi. Ils semblaient partager les mêmes valeurs, la même vision de la vie à deux.

Vraiment ? Il lui faisait la morale car elle avait snapchat ? Tss ! C'était l'une des rares applications qu'elle avait, alors pas de commentaires monsieur Ahn ! Amusée avec l'application telle une enfant, Yong Joon vint la taquiner, sur son âge comme à son habitude. Lui tirant la langue, elle fit une moue boudeuse tout en lui répondant. « Mes rides font mon charme ! Et puis tu sais, si tu me trouves trop vieille, je connais un médecin qui lui apprécierait d'être avec une grand mère~ ». Oui, elle remettait sur le tapis cet inconnu qui l'avait dragué. Elle se doutait que cela n'allait pas plaire à son petit ami, mais c'était bien fait, il l'avait cherché ! Fière d'elle, Charlie continua de tester les filtres sur eux avant que l'étudiant ne vienne lui prendre son portable. Surprise, elle le regarda faire, le questionnant du regard. La réponse de Yong Joon la fit rougir. Une photo. Ils ne l'avaient encore jamais fait. Tellement prise à dépourvue, elle n'eut même pas le temps de se recoiffer ou prendre une pose adéquate qu'elle se retrouva avec les lèvres du châtain collées aux siennes. Charlie oublia alors la photo, et prolongea avec douceur ce contact, glissant ses mains sur ses joues. Finalement, elle se décolla à contre cœur et regarda la photo. Ils n'étaient pas dans leur plus grande forme, mais elle lui plaisait énormément. Elle montrait bien la tendresse qui définissait leur couple. Un immense sourire aux lèvres, la brune l'enregistra avant de la supprimer de l'application. « Ne t'en fais pas. Je vais la garder précieusement ! Après tout, c'est notre première. ». Elle mourrait d'envie de la mettre en fond d'écran, mais c'était beaucoup trop risqué. Il suffisait qu'un de ses élèves la voit en cours et tout tomberait en ruine. Remettant son téléphone dans son sac à main, elle termina sa canette et regarda un instant Yong Joon. Un détail la fit sourire de nouveau. « Depuis que je t'ai dit que je te préférais ainsi... je t'ai toujours vu avec cette frange. Tu es drôlement docile. ». Et cela lui plaisait. Vraiment. Passant une main dans ses propres cheveux ébène, elle soupira. « Ça me fait encore bizarre de ne plus les sentir sur mes épaules. Mais je préfère, c'est plus agréable quand tu passes ta main dans cette zone. ». Des rougeurs s'installèrent sur ses joues et elle se pencha sur le côté pour mettre sa canette dans la poubelle. Ses yeux tombèrent alors sur un petit chiot King Charles. « Aaaawn ! Il est trop mignoooon ! Joon regardes ! ». Elle tira un peu la manche de son amant pour qu'il regarde dans la direction du petit être qui était couché dans un coin, à côté d'un distributeur à nourriture. « Il n'a pas de collier... Tu crois qu'il est à un membre de l'hôpital ? Il est tout petit... ». Charlie craquait face à ce petit bout, mais n'osait pas l'approcher. Elle en voulait pas passer pour une voleuse.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Dim 20 Mar - 20:21


only you can save me
TENUE ∆ Peut être que cela les avait encore rapproché. En tout cas, assis sur ce banc à la regarder rire, Yong Joon se sentait mieux. Elle l'aidait à se détendre. Puis il aimait la voir si joyeuse. Son moral n'était peut être pas au beau fixe mais il prenait sur lui pour ne pas être désagréable avec elle. Il évitait de se renfermer. Alors il la taquinait ce qui lui permettait de rester lui-même. Mais de plus en plus, Charlie réussissait à lui rendre la monnaie de sa pièce. Sa répartie lui attaqua un peu les nerfs. Si bien que sa mâchoire se crispa et il fronça les sourcils. « Y a pas intérêt. » Grogna-t-il. Il jeta un coup d’œil au dit médecin qui quittait sa table et ses collègues pour retourner à ses occupations. Il se permit malgré ça de regarder une dernière fois le couple et cette fois Yong Joon lui adressa un regard menaçant. Bon, il ne semblait pas intimidé. Il devait le considérer comme un petit jeune idiot et naïf. Sauf que Yong Joon venait des mauvais quartiers et distribuer les coups ça le connaissait, il n'aurait aucun scrupule si ce type s'approchait encore une fois trop près de Charlie. Il poussa un long soupir avant d'arrêter de bouder pour faire plaisir à sa petite amie qui essayait tous les filtres de l'application sur eux.

Au bout de quelques minutes, une idée lui traversa l'esprit et il lui faucha son portable avec habileté. Il ne lui laissa pas le temps de réfléchir ou même de réagir puisqu'il colla ses lèvres aux siennes le temps d'une photo. Enfin, un peu plus longtemps que ça en fait. Même s'ils se trouvaient en public et que les plus vieux ou les plus prudes devaient se sentir outragés d'une telle scène, Yong Joon l'embrassa un petit moment. Sa main jusque là sous son menton passa même dans sa nuque alors qu'elle posait les siennes sur ses joues. Il se sépara à contre cœur de cette délicieuse douceur et lui vola un dernier petit baiser au passage avant d'observer la photo, plutôt fier d'avoir réussi à conserver le bon angle. Il remarqua néanmoins ses immenses cernes et grimaça un peu. Elle lui plaisait quand même. Il vint chatouiller la joue de sa petite amie avec le bout de son nez et laissa sa main retomber sur sa cuisse. « Vous me l'enverrez, hm ? » Puis il se décala un peu. Il valait peut être mieux ne pas abuser. Malgré l'absence d'éducation de la part de sa mère, Yong Joon était un homme qui savait se tenir. Comme Charlie, il vida sa canette puis l'écrasa avec sa main. Un peu gêné qu'elle ait remarqué qu'il ne coiffait plus ses cheveux en arrière il passa ses doigts dans ces derniers et fit la moue. Docile ? Le bout de son nez se fronça à cet adjectif. Ça ne lui correspondait pas. « Dites pas ça, j'le fais pas pour vous en plus. C'est juste que j'ai pas le temps en ce moment. » Mais à son petit air boudeur, on devinait aisément qu'il mentait. Ah oui, elle avait coupé ses cheveux. Il se souvenait l'avoir remarqué lors de leur dispute dans son bureau. Amusé de la voir rougir, il se pencha rapidement pour effleurer son cou du bout de ses lèvres puis se redressa. « Vous êtes belle. » Tellement que même les médecins n'hésitaient pas à lui faire du rentre dedans. Yong Joon la trouvait même plus que belle. Elle était magnifique. Il la bouffait des yeux en permanence. D'ailleurs, absorbé dans sa contemplation, il ne redescendit sur terre que lorsqu'elle tira sur la manche de sa chemise. Il suivit du regard la direction qu'elle lui indiquait et haussa les sourcils en apercevant la petite boule de poils recroquevillée à côté du distributeur. Personne d'autre ne semblait la remarquait. « Je pense pas. Je veux dire, c'est bizarre non ? Il ne devrait pas être là. Ça m'étonnerait que les animaux soient autorisés. » Et puis la bestiole ne paraissait pas au mieux de sa forme. « Restez là, je reviens. » Il se leva et jeta au passage sa canette. Avant d'approcher l'animal, il se renseigna auprès des tables autour. Après une dizaines de courbettes et de réponses négatives, il en conclut qu'il s'était invité tout seul entre ces murs. Sa petite taille avait dû éviter qu'il se fasse remarquer. Il n'avait pas l'air adulte. Il sortit son porte monnaie et glissa quelques pièces dans le distributeur pour obtenir un petit paquet de gâteaux. Il en sortit un et s'agenouilla pour l'agiter sous le nez du chiot. Celui-ci réagit et hésita quelques secondes mais finalement vint manger. Yong Joon en profita pour passer sa main sous le King Charles et le ramena là où se trouvait Charlie. Il était tellement minuscule. Il s'assit et le déposa sur les jambes de sa petite amie, du bout des doigts il lui grattouillait la tête tout en lui tendant un autre biscuit. « C'est une femelle. J'me demande comment elle s'est retrouvée là. J'ai demandé à plusieurs personne si c'était la leur mais non. Elle s'est infiltrée comme une grande je crois bien. » Même si Yong Joon n'affichait que de la perplexité sur son visage, il continuait à la caresser et à la nourrir, montrant ainsi qu'il lui portait de l'intérêt mais aussi que même s'il voulait jouer au mec viril, il craquait totalement pour cette bouille. Presque autant que Charlie. 
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Dim 20 Mar - 22:29


only you can save me
TENUE ∆ Si leur couple tout lovey-dovey choquaient les autres personnes présentes dans cette pi-ce, Charlie s'en moquait royalement. Si un simple baiser d'amoureux les outrait, elle plaignait leur vie. C'était bien l'une des choses qui l'agaçait le plus dans le système asiatique : cette réserve qu'on imposait aux couples. Lors de son année aux États-Unis, elle en avait vu des gens se rouler d'énormes patins, se toucher sans pudeur, voir même pire ! Est-ce que cela gênait les gens ? Non, aucunement. Ils étaient libres de s'aimer au grand jour. Mais ici, et encore plus dans son pays natal, l'importance du regard des gens comptait trop. Et elle détestait cela. La japonaise voulait tant se coller à Yong Joon et ne jamais quitter ses bras, l'embrasser jusqu'à perdre haleine. Mais elle ne le pouvait pas. Sinon on viendrait les insulter de jeunes pervers exhibitionnistes. Quelle bande d'idiots. Heureusement qu'en privé, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient ! D'autant plus que Charlie ne voyait pas ce qui pouvait tant déranger, puisque, justement, dans le privé, tout le monde fait bien la même chose ? Des câlins et des baisers, ce n'étaient pas des choses anodines ! Alors pourquoi ?

Il ne le faisait pas pour elle, de se coiffer ainsi ? Apprends à mentir Yong Joon avant de tenter de faire ton homme viril ! Car la brune avait bien remarquer qu'il mentait. Il avait un petit toc dont il ne devait même imaginer l’existence qui se produisait lorsqu'il osait lui dire des choses fausses. Sauf que dommage pour lui, la jeune femme était très observatrice. C'est pourquoi elle se contenta d'hausser les épaules, sans relever. Néanmoins, elle nota bien le compliment, qui la fit sourire. Il était si adorable. Mais très vite, leur attention fur attirer sur cette petite boule de poil au loin. Charlie n'avait qu'une envie : s'approcher. Regardant son petit ami, elle hocha un peu la tête à ses dires. « Oui, j'imagine. Peut-être qu'il avait froid dehors et est venu chercher de la chaleur ici ? Personne n'y fait attention, c'est trop triste... ». Ne pouvant s'empêcher de sa bouille d'enfant tristoune, elle fut néanmoins surprise lorsque Yong Joon se leva. Où allait-il ? Le suivant des yeux, elle comprit très vite. Le voyant nourrir cette pauvre petit bête, le cœur de la brune faillit en fondre tellement la scène était touchante. Décidément, elle avait le petit ami parfait, un vrai prince charmant ! En pleine gagatisation, elle le regarda revenir à elle et se retrouva avec le chiot sur les genoux. Ne pouvant tenir plus longtemps, Charlie vint caresser du bout des doigts le chiot, ayant presque des étoiles dans les yeux. « Elle est toute fine. Tu crois qu'elle s'est enfuit de sa portée ? Elle doit être à peine sevrée. ». Laissant donc la chienne manger, visiblement affamée, elle leva le regard sur son cadet et se pinça les lèvres. « Tu crois... qu'on peut la garder ? ». Elle n'avait aucune envie de la laisser ici, surtout maintenant qu'elle l'avait dans les bras. D'ailleurs, la petit King Charles avait engloutit les gâteaux et venait de s'installer en boule sur les cuisses de Charlie, pour dormir, la tête posée contre sa main libre. « Aaw, regardes... Je refuse de la laisser à la rue. Petite, tu viens de te trouver une famille ! ». Tout sourire, elle vint voler un baiser à Yong Joon, heureuse. Son rêve d'enfant venait de se réaliser. « Alors, monsieur Ahn, comment allons-nous appeler notre premier enfant, mh ? ». Riant à sa petite blague qu'elle trouvait mignonne, elle observait le chiot dormir, complètement sous le charme. « Joolie. C'est un nom parfait. ». Un beau mélange entre leurs deux prénoms. L'étudiant allait-il faire le rapprochement ?
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Lun 21 Mar - 11:21


only you can save me
TENUE ∆ Le brun nourrissait le petit animal encore méfiant et jetait en même temps des regards autour de lui. Les gens ne se préoccupaient pas d'eux. Ce chiot devait vraiment s'être faufilé tout seul dans l'hôpital. Il avait de la chance, personne d'autre ne semblait l'avoir remarqué ou se préoccuper de lui. Yong Joon doutait que sa présence ne soit autorisée alors il aurait forcément fini par se retrouver dehors. Puis à en juger par la réaction de sa petite amie, l'adorable boule de poils ne la laissait pas indifférente. C'est pourquoi, il attrapa le King Charles un peu par surprise. Il constata alors qu'il s'agissait d'une femelle. Elle tenait dans sa grande main et devait donc avoir à peine plus de deux mois. Il la ramena à Charlie, la lui déposant sur les jambes avant de reprendre sa place juste à côté. Il vida le paquet de petits gâteaux pour elle, charmé par cette bouille. « Je pense plutôt qu'on a dû l'abandonner. Ce n'est pas le genre de chien qu'on trouve dans la rue normalement. » Et parce qu'il s'agissait d'un être laissé de côté, livré à lui-même, Yong Joon ne se sentait pas le décevoir. Tandis qu'il caressait du bout de ses doigts sa petite tête, il leva la sienne vers Charlie en l'entendant poser la fameuse question. Il hocha un peu la tête. « Oui, je suppose qu'on peut. On verra bien si elle est pucée quand on ira chez le véto. » Même si ça l'étonnerait fortement, elle était encore si petite. Bon, en tout cas, on pouvait dire qu'elle avait bien choisi son jour. Il observait Charlie et apercevait un milliard d'étoiles dans ses yeux. On pouvait presque parler de coup de foudre. Il serait presque jaloux.

Il débarrassa ses doigts des dernières miettes puis se redressa. Il couvait du regard sa petite amie quand celle-ci vint lui voler un baiser. Yong Joon ne put s'empêcher de sourire un peu sentant son cœur fondre devant la scène. Il rit doucement en l'entendant parler de l'animal comme de leur premier enfant. « Si jeune et déjà un enfant. Enfin moi je suis jeune. » Il la taquinait encore mais cela le fit aussi réaliser que Charlie était en âge de se marier, de commencer à fonder un foyer, avoir des enfants, tout ça. Alors qu'il n'en avait pas encore fini avec les études et que son avenir lui semblait encore si flou. Il espérait qu'elle pourrait l'attendre. « Joolie ? » Répéta-t-il amusé. Il baissa les yeux vers le chiot qui s'endormait sur les jambes de Charlie. C'était mignon. Il approuvait donc ce choix et surtout ce savant mélange. « Va pour Joolie. » Mais ils n'allaient pas pouvoir la garder ici. On risquait de leur faire une remarque ou de leur demander de la dégager. D'ailleurs, qui allait la prendre ? « Vous voulez la garder chez vous ? » Demanda-t-il en commençant à déboutonner sa chemise. Il finit par la retirer et enroula le tout nouveau membre de leur famille dedans. Maintenant en t-shirt, il réalisa qu'il ne faisait pas bien chaud dans l'hôpital. Son portable se mit alors à vibrer et Yong Joon se dépêcha de décrocher en voyant le nom de sa mère sur l'écran. Ce n'était pas trop tôt. Il commençait presque à désespérer. Maintenant, il fallait qu'il réussisse à garder son calme et qu'il ne se mette pas à gueuler, inutile d'attirer l'attention ou de faire une scène devant Charlie. Il n'en avait vraiment pas envie. Alors il prit une grande bouffée d'air avant de se mettre à parler avec autant de retenu que possible. « Yah, je t'ai appelé une centaine de fois. Pourquoi t'avais éteint ton téléphone ? Tu sais ce que je t'ai dit, il faut que tu le gardes près de toi et chargé, on ne sait jamais ce qui peut arriver. » Difficile de croire qu'il parlait à sa mère et non à un enfant. Il était beaucoup plus responsable qu'elle. Après l'avoir un peu remise à sa place, il lui expliqua la situation et lui donna le numéro de la chambre puis raccrocha sans plus de cérémonie. Il soupira et se frotta les yeux. Sa mère était déjà en route et hors de question qu'elle rencontre Charlie. Alors il se leva et tendit sa main à sa petite amie. « Rentrons, je ne veux pas qu'on croise ma mère. Et puis si on la remarque on va nous foutre dehors. » Lâcha-t-il en montrant la chienne du menton. Il entrelaça ses doigts à ceux de l'enseignante. Et même si ça lui semblait parfaitement logique, Yong Joon posa la question à Charlie. « On passe la nuit ensemble ? » Il ne se voyait pas rester seul, surtout en sachant sa sœur à l'hôpital. Même si sa mère ne tarderait pas à être à son chevet, il était loin d'être au meilleur de sa forme et ressentait le besoin de rester aux côtés de sa petite amie. Dans les couloirs, il passa plutôt son bras autour des épaules de Charlie afin de lui permettre de tenir Joolie plus facilement. Certaines personnes les dévisageaient et ils croisèrent même le fameux médecin. Yong Joon lui adressa un dernier grand sourire faux puant d'hypocrisie puis ils sortirent. Le froid agressa la peau du coréen mais il ne broncha pas se contentant de continuer d'avancer.
 
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: only you can save me + charlie Lun 21 Mar - 20:36


only you can save me
TENUE ∆ Abandonner ? Comment pouvait-on abandonner une petite créature si craquante ? Charlie ne comprenait vraiment pas les gens qui délaissaient leurs animaux. Que ce soit à cause d'un déménagement ou d'une simple lassitude, cela ne justifiait en rien qu'on se débarrasse froidement d'un animal. À vrai dire, si elle possédait encore la fortune de sa précédente vie, elle aurait fondé un refuge depuis bien longtemps. Mais son petit salaire de professeur aidé par celui de pianiste dans un café ne lui permettait pas, malheureusement. Mais au moins, avec Yong Joon, ils allaient combler d'amour cette minuscule chienne. La japonaise fut si heureuse lorsqu'il lui confirma qu'ils pouvaient la garder, mais surtout quant il approuva le nom qu'elle venait de lui donner. « Je pense que c'est mieux, c'est plus grand elle pourra courir et se cacher dans plein d'endroits ! ». Adressant un grand sourire à son petit ami, Charlie était redevenue une petite enfant. Elle s'imaginait déjà lui acheter plein d'accessoires, jouer avec elle, la câliner au réveil. Le voyant alors se lever pour offrir une sorte de couverture à l'aide de sa veste, la brune en profita pour admirer la peau légèrement halée de son amant. Si parfait. Puis, de nouveau absorbée dans sa contemplation de la désormais nommée Joolie, un léger sursaut la prit lorsque le téléphone de Yong Joon sonna. Oh, sa mère, enfin. Le laissant donc répondre à son appel, elle caressa la petite tête de leur « enfant » puis fixa cette main tendue avec étonnement. Levant le regard vers lui, elle l'écouta tout en se relevant avec son aide. « Mais, et ta sœur ? Tu ne veux pas rester avec elle ? ». Charlie le suivit sans plus de questions, tenant bien le petit être endormi contre elle. Saluant d'un signe de tête poli le médecin, elle hocha la tête à la question de son amant. « Bien sûr, quelle question ! Et je te kidnappe chez moi~ ». Lui collant un baiser sur la joue, elle frissonna face à l'air frais de la nuit. C'est ainsi qu'elle se mit en route pour son appartement, à la fois excitée et stressée à l'idée de le faire entrer dans son chez elle.
AVENGEDINCHAINS
INFORMATIONS
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: only you can save me + charlie

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Money & Power :: 천당 CHEONDANG :: 심장 SIMJANG :: JEONG Hopital-