Partagez|
+18/ and it burns in my chest. ft. charlie
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Lun 22 Fév - 23:53


and it burns in my chest
TENUE ∆ Un peu plus de cire peut être ? Yong Joon plongea ses doigts dans le pot et dégota une noisette. Il frictionna ses mains pour la chauffer puis arrangea les dernières mèches un peu rebelles. Satisfait, il contempla le résultat sous tous les angles. Parfait. Et même si ça ne l'était pas, rien de grave, il sortait avec ses amis. Il arrangeait son image au cas où il croisait la route d'une douce créature mais ça n'était pas l'objectif de la soirée. Il ferma sa montre autour de son poignet, attrapa son portefeuille qu'il glissa dans la poche arrière de son pantalon et quitta son appartement. Enfin, si on pouvait appeler ça un appartement. L'endroit était minuscule. Il ne pouvait guère se permettre de payer quelque chose de plus grand. Et il s'en fichait. Il n'y passait que très peu de temps. Il ferma la porte à clé derrière lui et envoya un message pour prévenir de son arrivée. Il était un peu en retard. Cela ne lui ressemblait pas d'ailleurs. Yong Joon était plutôt quelqu'un de ponctuel. La faute sans doute à son petit côté perfectionniste. Les mains dans les poches, à la lueur des lampadaires, il marchait donc en direction du petit restaurant où il était attendu. L'air était un peu frais, ça aurait sans doute mériter une grosse écharpe ainsi qu'un manteau. Mais il n'avait que quelques minutes de marche et n'avait par conséquent pas estimé ça utile. Il leva les yeux vers le ciel pour contempler les étoiles et poussa un petit soupir. Il n'avait rencontré aucun de ses coups réguliers lors de ces derniers jours. Pourquoi ? Il ne le savait pas lui-même. En fait, il n'en avait pas envie. Vraiment pas envie. Il avait la tête ailleurs. La faute à une personne bien précise. Il baissa à nouveau le visage et c'est là qu'il l'aperçut. Cette personne là justement. Il fronça les sourcils. Que faisait-elle assis sur les marches d'un immeuble et complètement seule ? Ganan n'était pas un quartier fréquentable où il faisait bon pour une demoiselle comme elle de se balader sans protection.

Alors il s'approcha d'elle et une fois à sa hauteur, s'accroupit juste devant. « Hey ! » Il agita sa main comme il le faisait toujours. Il s'attarda un instant sur sa tenue et se crispa un peu. C'était possible de s'habiller encore plus légèrement que ça ? Non, parce qu'elle devait attirer tous les regards, surtout des mecs du coin. Charlie avait apparemment du mal à couvrir sa peau. Ce n'était pas la première fois qu'il remarqua le détail. « Qu'est-ce que vous faites là ? C'est pas une heure pour vous balader toute seule dans le coin. » Il s'inquiétait vraiment. Quelqu'un avec de mauvaises intentions aurait aussi pu s'arrêter pour elle. Elle avait de la chance que ça ne soit que lui. Son regard suivit alors la ligne de ses bras et il remarqua qu'elle tenait sa cheville. « Vous avez mal ? » Il n'hésita pas à bouger ses mains pour poser les siennes à sa place et masser l'endroit qui semblait douloureux. Ça n'était qu'une cheville, il n'était pas en train de lui faire des attouchements non plus. Même si bien sur ça le botterait bien hein, mais c'était pas le moment. 
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mar 23 Fév - 20:26


and it burns in my chest
TENUE ∆ Elle aimait jouer du piano devant des inconnus, dans ce petit café cozy un peu caché. L'ambiance jazzy lui plaisait énormément, et il y avait toujours une bonne ambiance. Et puis, malgré les apparences -surtout celle du quartier-, les clients avaient tous toujours plus ou moins son âge, et n'étaient nullement dangereux. C'est pourquoi elle s'y rendait toujours avec plaisir, et sans le stress de passer une mauvaise soirée. Cela faisait maintenant plusieurs années qu'elle jouait là-bas, et avait définitivement prit ses marques. Les autres employés étaient devenus des amis, et même le patron, qui avait seulement la trentaine, entretenait une relation chaleureuse et détendue avec elle. Charlie s'y sentait bien. À sa place même. C'est pourquoi, encore ce soir là, la japonaise sortit du café avec un grand sourire. D'humeur joyeuse, elle prit le chemin du retour, mains dans les poches de sa veste épaisse. Jouer lui avait permit de changer ses idées, qui depuis plusieurs jours, n'avaient été tournée que vers une seule et unique personne : Yong Joon. Tellement perdue dans ses pensées enfin légères, la brune ne fit pas attention et se prit le pied droit dans une aération. Perdant l'équilibre à cause de son talon coincé, elle tomba lourdement au sol, entraînant la cassure de ce fameux talon rebelle.

C'est donc pourquoi Charlie se trouvait à présent assise sur les marches de l'entrée d'un immeuble, qu'elle avait réussit à atteindre à cloche pied, à se tenir la cheville. Car bien évidemment, avec cette chute brutale, elle se l'était foulé bien méchamment. Grimaçant de douleur, elle tentait tant bien que mal de faire passer l'horrible sensation. Trop concentrée sur cette tache, elle ne remarqua même pas la silhouette qui vint s'accroupir devant elle. Se fut donc accompagnée d'un sursaut qu'elle releva la tête. « … Yong Joon ? ». Clignant des yeux, la japonaise peinait à y croire. Que faisait-il ici ? Vivait-il également dans ce quartier ? Wow. Comme quoi, le monde était petit. Car le garçon était bien la dernière personne sur qui elle pensait tomber. Cependant, la situation était bien loin de lui déplaire. Se pinçant les lèvres, Charlie baissa un peu la tête, honteuse de sa mésaventure stupide. « Je reviens de mon deuxième boulot, j'étais sur le chemin du retour... Et toi ? ». Inspectant rapidement la tenue de son cadet, la brune opta pour une fête, une soirée entre amis. C'était de son âge, et dans son caractère. Soudain, Yong Joon mit le doigt en plein sur le problème actuel : sa cheville blessée. Le voyant retirer ses mains, la demoiselle obéit et les posa sur ses cuisses, docilement. Un léger couinement quitta ses lèvres lorsqu'il se mit à la masser. « Je... Ça va aller. Ne t'inquiètes pas pour moi. Tu peux y aller, je ne veux pas te mettre en retard. ». Alors qu'elle allait faire en sorte qu'il retire ses doigts, un peu gênée tout de même, Charlie remarqua qu'avec sa chute, elle avait également égratigné ses mains. Merde. Venant les cacher rapidement dans les poches de sa veste, pour ne pas qu'il le remarque, elle se pinça de nouveau les lèvres, et posa discrètement son regard sur Yong Joon. Lentement, elle admire chacun de ses traits, chacun des détails de son visage. Il était vraiment beau. Détournant alors le regard, elle gonfla ses joues et redressa ses épaules, reprenant cette moue bougon trop mignonne qui lui allait si bien. « Je suis une grande fille. ». Oui, elle avait honte d'être de nouveau dans cette position d'infériorité.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mar 23 Fév - 20:58


and it burns in my chest
TENUE ∆ Il ne pensait pas une seule seconde la croiser dans le coin. Il avait quitté son appartement l'esprit léger et prêt à passer une bonne soirée avec ses amis. Ce qui, pour autant, ne rimait pas avec alcool chez le jeune Yong Joon. Il n'en buvait presque jamais. Il déclinait en général l'invitation à poursuivre dans un bar, ce qui lui valait bien quelques moqueries. Il ne s'en vexait pas. Il venait juste pour manger un morceau et passer un bon moment puis il rentrait sagement chez lui ou chez une de ses conquêtes. Mais visiblement, il allait devoir modifier ses plans. Il s'approcha de Charlie, étonné de la trouver là. Il pointa du doigt le bout de la rue avec une petite moue. « Je vais manger un morceau avec des amis. » Alors comme ça, elle travaillait dans le coin. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire ? Il comptait lui poser la question lorsqu'il remarqua qu'elle serrait sa cheville entre ses doigts. Elle était blessée, voilà ce qu'elle faisait assis sur ces marches. À l'entendre couiner, il comprit qu'elle souffrait vraiment et se mordit la lèvre. Il ne pouvait pas la laisser ici. Comment comptait-elle rentrer chez elle dans cet état ? Il remarqua alors le talon cassé de sa chaussure et rassembla tout seul les pièces du puzzle. La pauvre devait avoir fait une mauvaise chute. Il l'obligea à tourner un peu sa cheville. Elle ne semblait pas cassée, Charlie serait en train de crier de douleur si tel était le cas. « J'peux pas vous laisser comme ça. À moins que vous vous sentiez capable de rentrer à cloche-pied ? » Il pouffa un peu de rire en s'imaginant la scène mais se calma assez vite ne voulant pas avoir l'air de se moquer d'elle. « Une grande fille ? Mais pas aussi grande que moi. » Voilà en effet quelque chose de compliqué avec son presque mètre quatre vingt dix. Il lui tira la langue. Qu'elle était mignonne à bouder comme ça. Bon, il fallait maintenant qu'il prenne les choses en mains. Il sortit son téléphone de sa poche et composa la numéro de son ami. Pendant que ça sonnait, il posa son index sur ses lèvres intimant à Charlie de rester silencieuse. « Ouais ? Hyung ? C'est moi. Écoute j'vais pas pouvoir venir finalement. Je me sens mal et j'ai des examens la semaine prochaine, j'vais me reposer. La prochaine fois ? » Et il raccrocha.

Désormais libre comme l'air, il pivota tout en restant accroupi pour présenter son dos à Charlie. Mais celle-ci ne semblait pas réagir. Alors il tourna un peu la tête et tapota son épaule. « Allez ! Je vais m'occuper de vous. » Il avait sûrement de quoi lui faire un bandage de fortune chez lui et peut être un sac de petits pois au congélateur à appuyer sur sa cheville pour éviter qu'elle ne prenne du volume. Pour l'obliger à s'activer, il attrapa ses mains qu'elle avait glissé dans ses poches et les enroula lui-même autour de son cou. Il aperçut alors ses égratignures. C'est qu'elle s'était pas loupé en plus. Il se leva d'un seul coup et sans aucune difficulté, faut dire qu'elle était plutôt légère, puis passa habilement ses mains sous ses cuisses. Mais c'est qu'elle portait une jupe. Une jupe et pas de collant. Yong Joon ravala sa salive alors que sans qu'il le veuille ses joues se teintaient d'un petit rose pale. « Comment vous êtes tombé ? » Demanda-t-il après un temps tout en se raclant la gorge pour se donner un peu de contenance.
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mar 23 Fév - 21:23


and it burns in my chest
TENUE ∆ Peut-être qu'au final, au lieu de bien faire les choses, le destin était en train de se jouer d'elle. Pourquoi, dans un moment pareil, où elle avait besoin d'aide, fallait-il qu'elle tombe sur Yong Joon ? Non pas qu'elle n'avait pas confiance en lui, loin de là, puisque quelques jours plus tôt, il lui avait démontré à quel point il pouvait être mature et attentionné. Mais justement. Avoir autant besoin de lui en si peu de temps était étrange. D'autant plus qu'entre temps, Charlie l'avait recroisé à l'université, et les regards qu'ils se sont échangés n'étaient plus exactement similaires aux anciens. Ils étaient plus doux, parfois gênés. Est-ce que lui aussi repensait sans cesse à cette fameuse après-midi ? Est-ce que lui aussi avait cette sensation que quelque entre chose avait changé ? Car c'était le cas pour la japonaise, et le fait de ne pas pouvoir y mettre d'explications la frustrait. Elle s'était surprise plus d'une fois à le chercher du regard, chose qui n'existait pas auparavant. Comme si le fait de savoir Yong Joon près d'elle la rassurait. Elle se sentait si bête, si naïve. Car elle était persuadée que le garçon continuait de la voir comme une simple proie, de plus en plus faible. Et elle refusait de céder. Elle ne voulait pas lui donner ce plaisir.

Charlie avait donc vu juste : il avait quelque chose de prévu avec ses amis. Étaient-ils de l’université eux aussi ? Leur avait-il parlé d'elle ? Lorsque l'étudiant se moqua gentiment d'elle, elle le poussa un peu de sa jambe. Quel idiot. Le voyant sortir son téléphone, la japonaise hocha légèrement la tête lorsqu'il lui fit signe de se taire. Il allait vraiment annuler sa soirée juste pour la raccompagner ? Elle se sentait mal à l'aise. Elle ne pouvait lui imposer ça. Il avait bien mieux à faire que de s'occuper d'une fille maladroite. Regardant Yong Joon se tourner pour lui présenter son dos, la brune fronça un peu les sourcils. « Tu veux que je monte... ? ». Les gens faisaient vraiment ça dans la vraie vie ? Ce n'était donc pas uniquement dans les dramas ? Complètement surprise, elle se laissa alors complètement faire par son dos, et en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, se retrouva sur son dos, perché à presque deux mètres. Lâchant un petit cri de surprise, elle lui entoura le cou et serra fermement les cuisses contre la taille du garçon, tout en cachant son visage dans le cou de celui-ci. C'était vraiment un géant ! Elle venait de prendre presque 30 centimètres d'un coup ! Faute d'être un poids plume, Yong Joon put donc commencer à la transporter ainsi. D'ailleurs, un frisson traversa son frêle corps en sentant les mains de son cadet sur ses cuisses nues. Aish. Pourquoi avait-elle mit une robe ?! Restant ainsi accrochée, telle une enfant ou un koala, au choix, Charlie lui répondit d'une voix embarrassée, le visage toujours dans son cou. « Mon talon s'est coincé dans la grille... ». La honte. Vraiment. Redressant finalement quelque peu la tête, la japonaise rougit en constatant leurs visages si proches. Recula alors la tête, pour tenter de s'auto-désembarasser, elle fixa la coupe de cheveux du plus jeune. Redressant le bout de son nez, elle vint glisser une main dans les cheveux de Yong Joon, pour complètement le décoiffer, et ainsi lui recréer sa frange. « Yah. J'ai dit que ça t'allait mieux ainsi. ». Lui tirant ensuite la joue, histoire de bien lui faire comprendre, Charlie reprit sa position initiale, c'est-à-dire ses bras autour du coup du plus jeune, et posa son menton sur son épaule, tout en fermant les yeux. Et elle murmura tout bas un timide mais sincère « Merci ».
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mar 23 Fév - 21:51


and it burns in my chest
TENUE ∆ Est-ce qu'il regardait trop de dramas ? En lui présentant son dos il n'avait pas franchement réfléchi plus loin. Comme un automatisme. Elle ne pouvait pas marcher alors il allait la porter. Il trouvait ça plutôt logique. Bon, il aurait tout aussi bien pu passer son bras autour de son épaule mais la différence de taille l'aurait gêné. La transporter de cette manière semblait être la meilleure solution. Puis elle n'était pas lourde. Un véritable poids plume. Yong Joon avançait sans aucune difficulté. De temps en temps il replaçait un peu ses mains pour mieux la tenir mais sinon tout se passait bien. N'empêche, il avait quand même son enseignante sur le dos et accessoirement ses mains sur ses cuisses. Est-ce que ça la gênait ? « Heureusement que je suis là pour vous sauver hein ? » Et comme d'habitude il ne manqua pas une si bonne occasion de la taquiner un peu. « Qu'est-ce que vous feriez sans moi m'dame ? » Elle n'aurait pas un étudiant un peu lourd qui lui courrait après. Peut être qu'il l'agaçait à insister comme ça mais il n'avait pas encore l'intention de lâcher le morceau. Chose plutôt rare, il ne s'embêtait normalement pas autant. Il n'aimait pas perdre son temps. Mais Charlie était différente. Il leva les yeux au ciel quand elle se mit à lui plaquer les cheveux avant de rire légèrement. « Excusez-moi, je ne pensais pas tomber sur vous. Y en a d'autres qui aiment bien sans la frange. » Il énonçait volontairement l'existence d'autres filles. Il voulait la tester un peu. Est-ce qu'elle serait jalouse ? Ou pas du tout ? Dans le fond, il espérait qu'elle l'était. Même juste un peu.

Il sentit son menton sur son épaule, et il soupira d'aise. Cela lui plaisait de la sentir aussi proche de lui. « C'est normal. Vous pensiez vraiment que j'allais vous laisser ? » Il s'en serait voulu. Surtout qu'il était soulagé de l'avoir trouvé. Elle aurait aussi bien pu tomber sur un pervers. Elle pouvait s'estimer chanceuse que ça ne soit que lui. Même si oui, il rêvait de la mettre dans son lit, il ne ferait jamais rien pour la blesser ou contre sa volonté. Elle avait bien vu qu'il ne lui voulait pas de mal. « C'est quoi votre deuxième job ? » Questionna-t-il curieux tout en continuant de marcher. Les gens qui les croisaient se retourner pour les regarder ou les dévisager, mais ça ne le dérangeait pas. Yong Joon n'était pas du genre à s'intéresser à ce qu'on pouvait bien penser de lui et cela se sentait dans son comportement. « J'vous emmène chez moi pour vous soigner, ça ne vous dérange pas ? » Non parce qu'il avait un peu pris la décision tout seul, si ça se trouve elle voulait juste rentrer chez elle.
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mar 23 Fév - 22:18


and it burns in my chest
TENUE ∆ Bien sûr qu'elle était heureuse d'être tombée sur lui. Charlie avait pleinement conscience qu'elle avait eut de la chance qu'un détraqué sexuel ou un vieux chelou ne vienne pas à elle. Car dans son état actuel, elle n'aurait même pas pu fuir. Alors, oui, elle était soulagée. Extrêmement soulagée. C'est pourquoi lorsque Yong Joon la taquina sur son désormais rôle de preux chevalier, la japonaise ne put qu'émettre un hochement de tête pour affirmer ses dires. Qu'est-ce qu'elle ferait sans lui ? C'était une question bien difficile. Car si le garçon avait le don depuis quelques temps de détruire son train-train quotidien, au fond, Charlie aimait cela. Elle s'était habituée à sa présence, à son sourire parfois idiot, à sa bonne humeur infaillible. Malgré ce jeu de séduction qui lui restait au travers de la gorge, elle considérait le garçon comme un rayon de soleil dans sa vie morose. Il créait en elle des sensations jusque là inconnues, et cela titillait sa curiosité. Comment faisait-il ? Comment faisait Yong Joon pour être à la fois si irritable et si adorable ? Si cruel et si attentionné ? N'éprouvait-il aucun remord à jouer ainsi avec le cœur si fragile de Charlie ? Parfois, elle avait envie de lui poser la question.

Lorsqu'il parla de ces autres filles qui elles, aimaient ses cheveux relevés, la japonaise serra les dents. Bien qu'elle avait parfaitement conscience qu'en tant que don juan, il devait fréquenter un nombre incalculable de filles, savoir que ce dont pensaient ces pétasses siliconées lui importait la blessait. Elle lâcha alors un sec « Elles ont juste de mauvais goûts. » avant de le serrer un peu plus contre elle, presque avec possession. Mais cela, Charlie ne s'en rendit pas compte. Quelque peu bercée par les pas de son cadet, elle ferma les yeux, évitant ainsi de se rendre compte des regards surpris et jugés qu'on leur jetait. Quand Yong Joon l'interrogea sur son second travail, elle ne put retenir un petit sourire. S'intéressait-il sincèrement à elle ? Ou bien faisait-il simplement la conversation ? Qu'importe. « Je joue du piano dans un petit café du quartier. Mais c'est devenu plus un plaisir qu'un vrai job maintenant. ». Humant discrètement le parfum de son cadet, Charlie n'avait même pas réaliser qu'en effet, ils prenaient un chemin qu'elle ne connaissait pas. Aller chez lui ? Le pouvait-elle vraiment ? Mh. De toute façon, s'il venait à avoir un geste déplacé, elle pourrait toujours le frapper de son talon intacte ! « Non non. Il faudra juste me ramener. Je n'ai pas cours demain, mais je ne veux pas rentrer trop tard. ». Ouvrant finalement les yeux, la brune tenta en vain de reconnaître la rue. « J'habite à l'opposé en fait. Je ne suis jamais venue par ici je crois. ». Rangeant ses mains comme elle pouvait dans ses manches, elle ajouta, plus bas : « Je pensais que tu vivais à l'université. ». Yong Joon avait donc son indépendance. Ce qui, en réalité, devait lui être bien plus facile pour attirer les femmes dans son lit, n'est-ce pas ? Arrivant finalement à l'immeuble, elle voulu descendre, pour ne pas créer de quiproquo si jamais d'autres personnes étaient présentes, mais l'étudiant l'en empêcha. Charlie se contenta donc se cacher son visage contre la nuque du plus jeune, était elle complètement embarrassée par la situation. Néanmoins, elle continua d'être docile et de le laisser faire jusqu'à son appartement. Une fois devant la porte, elle gigota un peu. « Yaaah... Tu peux me déposer maintenant. Je dois être lourde à force. Désolée... ». Néanmoins, elle resta accrochée à lui en mode koala, appréciant bien trop cette position malgré elle.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mar 23 Fév - 22:58


and it burns in my chest
TENUE ∆ Bingo ! Elle était jalouse. Ce ton ne trompait pas. Et même si elle ne le voyait pas, il affichait un énorme sourire niais mais surtout satisfait par cette réaction tandis qu'une petite part de lui trouvait ça absolument adorable. « Et vous avez de bons goûts ? » Il la titillait encore. Il se moquait un peu d'elle aussi. En vérité, qu'elle le préfère avec la frange l'amusait. Elle disait qu'elle le considérait comme un gosse, qu'il n'était que son étudiant mais en même temps il lui plaisait sinon elle n'aurait jamais fait cette remarque. Il l'espérait en tout cas. Et curieux, il l'interrogea sur son deuxième boulot. Il hocha lentement la tête. Alors elle jouait du piano. Elle devait aimer ça si elle continuait à s'y rendre. Il l'imaginait bien derrière cet instrument. Ça allait avec sa douceur, sa grâce. « Vous jouez depuis longtemps ? » Et pour une fois, il ne feignait pas son intérêt mais désirait réellement en savoir un peu plus sur elle. Après la scène des toilettes, il s'était rendu compte que, non seulement elle était différente des autres mais aussi qu'il ne savait rien d'elle. Il ignorait tout de sa vie. Il savait juste qu'elle enseignait le japonais. Sans lui demander son avis, Yong Joon avait emprunté le chemin qui menait jusqu'à chez lui. Il n'avait pas d'idée derrière la tête. Il pensait d'ailleurs qu'avec la réaction qu'elle avait eu la dernière fois qu'il l'avait touché s'il voulait obtenir quelque chose il allait devoir y aller progressivement, mais il voulait prendre soin d'elle. Il profitait aussi du fait que le destin l'avait placée sur sa route pour passer la soirée avec elle. « Je vous raccompagnerai. » Affirma-t-il sans hésiter. Alors elle vivait à l'opposé, ceci expliquait le fait qu'il la croisait pour la première fois. « C'est pour ça que je ne vous ai jamais vu. » Cela surprenait souvent les gens mais il avait fui le domicile familial assez tôt ne pouvant plus supporter le comportement de sa mère. Son visage se ferma un peu et lui répondit timidement. « J'avais besoin d'indépendance. » Mais payer un loyer lui compliquait la vie plus qu'autre chose car il devait aussi payer pour celui de sa mère et les frais de sa sœur, enfin bref, ça n'en finissait jamais.

Ils arrivèrent devant l'immeuble qui ne datait visiblement pas d'hier. Yong Joon grogna légèrement quand elle voulut descendre et l'obligea à rester sur son dos. Il n'y avait pas d’ascenseur et même si ça risquait d'être compliqué, il préférait la garder sur son dos. Puis il aimait bien sentir ses bras autour de son cou, il n'avait vraiment pas envie de la lâcher. Yong Joon monta les six étages non sans ronchonner un peu de temps en temps et arriva complètement essoufflé en haut. « C'est pas faux, faudrait penser à faire un régime. » Articula-t-il entre deux grandes respirations. Bien entendu, il plaisantait et en rit juste après. Il poussa la porte de son appartement, la referma d'un coup de pied et se dépêcha de gagner le lit. Il s'agenouilla pour qu'elle puisse s’asseoir puis se laissa carrément tomber par terre et poussa un long soupir. Autant la balader dans le quartier avait été facile, autant l'escalier avait compliqué la chose. « Bon sang, plus jamais je sauve de jeune fille en détresse. » D'ailleurs, Charlie était la première femme qui mettait les pieds entre ces murs -en dehors de sa sœur-. Il n'emmenait pas ses conquêtes ici. L'appartement était petit. Ça n'était qu'une pièce avec une cuisine ouverte d'un côté. Il ne possédait d'autres meubles qu'une commode, un bureau et un lit de fortune constitué d'un matelas placé sur des palettes. Mais c'était propre et rangé. Le lit était fait. Les draps noirs conféraient une ambiance masculine. Il se leva enfin. « J'reviens. » Il se rendit dans la salle de bain pour chercher sa trousse de secours et récupéra un sachet de légumes congelés qu'il tendit à Charlie. « Posez ça dessus, je vais m'occuper de vos mains d'abord. » Elle pensait vraiment qu'il n'allait pas remarquer ? « Allez, donnez-les moi. » Une fois ses petites mains dans les siennes, beaucoup plus grandes, il prit un coton qu'il imbiba d'alcool pour désinfecter un peu. Puis il approcha ses lèvres et souffla doucement dessus. Quand il leva la tête vers elle, il lui sourit doucement. Même lui trouvait ça bizarre de l'avoir ici, d'avoir une femme chez lui. Il baissa à nouveau les yeux pour inspecter ses blessures et l'air de rien lui signala l'étrangeté de la situation pour lui. « Y a que ma sœur qui vient ici normalement. » Et ça le gênait presque. La preuve, il n'osait plus la regarder.
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mar 23 Fév - 23:30


and it burns in my chest
TENUE ∆ Oui, elle était jalouse. Jalouses que des filles superficielles et creuses puissent intéresser Yong Joon. C'était idiot n'est-ce pas ? Qui était-elle pour imposer les goûts en matière de femmes au garçon ? Personne. Mais en réalité, ce qui la blessait -n'allons pas le cacher-, c'était qu'il puisse la mettre sur le même palier que ces dévergondées vulgaires. Car cela signifiait bien que pour lui, seul le physique, visiblement, l'importait. Ou plutôt, juste un corps « baisable ». Penser cela lui faisait mal. Mais pourquoi ? Charlie devrait plutôt s'en moquer, puisque de toute manière, elle ne se laisserait pas avoir par ce goujat ! Elle l'avait décidé ! Mais c'était plus fort qu'elle. Bien qu'elle ne voulait pas se l'avouer, elle désirait que Yong Joon se rende compte qu'elle valait bien mieux que toutes les autres qui pouvaient passer et être passées dans ses bras. Qu'il ne se consacre qu'à elle. Qu'il ne regarde que elle. La japonaise avait finit par devenir égoïste à l'égard de son cadet. C'était bien la première fois, et elle espérait, la dernière. Car Charlie n'aimait pas ce sentiment. Il n'était que puéril à ses yeux. Et pourtant, il trahissait parfaitement de l'attachement bien trop important qu'elle apportait au garçon.

Elle ne voulait pas rebondir sur le sujet de la coupe de cheveux du plus jeune. Alors, elle ne répondit rien, et attendit la prochaine question. Qui d'ailleurs, la surprit. Il voulait donc en savoir plus sur elle ? « J'ai commencé quand j'avais 5 ans je crois. Et je joue aussi du koto. C'est un instrument traditionnel japonais. ». Faute d'avoir quitté son japon natal, elle n'en avait pas joué depuis plusieurs années, mais tant qu'à lui en apprendre à son sujet, autant tout dire. Quand Yong Joon aborda le sujet de l'indépendance, la jeune professeur ne put que trop bien le comprendre, ayant traversé la même chose. Et elle se doutait que pour un jeune homme, ce besoin ne devait être que bien plus fort encore. Lorsqu'ils arrivèrent enfin chez lui, Charlie ne put s'empêcher de se sentir coupable de la fatigue physique de l’étudiant. Un régime ? Yah ! Il était encore en train de se moquer d'elle ! Balayant la pièce du regard, la brune finit par s'asseoir volontiers sur le lit, et se mordilla la lèvre en le voyant dans un tel état. « Je t'avais dit de me laisser descendre... J'aurai pu monter les escaliers seule. ». Néanmoins, elle était reconnaissante de son geste. Touchée même. C'était bien la première fois qu'un homme agissait d'une manière si attentionnée envers elle. Laissant Yong Joon partir un court, elle en profita pour observer d'avance son lieu d'habitation. C'était petit, certes. Mais pour une raison qu'elle ne saurait décrire, elle trouvait que c'était parfait pour son cadet. Que cet endroit lui correspondait à la perfection. Retirant alors ses bottines, Charlie le remercia tout en prenant le sac de légumes, et le posa délicatement sur sa cheville rougit. Un petit couinement s'échappa de ses lèvres lors du contact, à cause du froid. Mais dieu que c'était agréable ! « Mh ? Mes mains ? ». Il avait donc remarqué ? Retenant une moue d'énervement contre elle-même, la japonaise les tendit donc presque à contre cœur, s'en voulant d'avoir été aussi maladroite. Elle avait beau avoir 25 ans, en cet instant, on aurait dit une fillette de 7 ans. Se mordillant la lèvre, elle observa faire Yong Joon, surprise qu'il sache si bien s'y prendre. Il était doux, très doux. Lorsque leurs yeux se rencontrent, ses joues se mirent à rougir, sans qu'elle ne puisse le contrôler. Et la confession du garçon la choqua. Cela voulait donc dire qu'il n'avait jamais emmené l'une de ses conquêtes ici ? Qu'elle était la première ? « Et... Que me vaut le privilège d'être une exception ? ». Question complètement stupide : elle était blessée, voilà tout. Comment pouvait-elle s'attendre à une autre réponse, franchement. Se traitant d'idiote mentalement, Charlie recula lentement l'une de ses mains pour venir la glisser plus timidement dans les cheveux de son cadet. Doucement, elle se mit à les lui caresser, voulant par ce geste le remercier de tout ce qu'elle faisait pour lui. Le garçon redressa alors la tête, et de nouveau, leurs yeux vinrent se perdre les uns dans les autres. Un silence s'installa alors entre eux, mais nullement pesant. Simplement, aucun mot n'était nécessaire. Les joues brûlantes, la brune fit glisser le bout de ses doigts manucurés jusqu'à la joue de Yong Joon, et la lui effleura du pouce. Elle n'arrivait pas à affirmer son geste. Son cœur se mit alors à accélérer dans sa poitrine, et elle eut la sensation comme de milliards de petits papillons qui remontaient le long de son échine. Charlie était envoûtée.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mer 24 Fév - 0:09


and it burns in my chest
TENUE ∆ Tous les étudiants fantasmaient sur Charlie. Inévitablement, Yong Joon ne dérogeait pas à la règle. Parfois, ils les entendaient parler d'elle. Ils ricanaient bêtement et utilisaient des mots peu respectueux. Il arrivait qu'il prenne sa défense mais la plupart du temps il se taisait pour masquer cette tendresse un peu particulière qu'il ressentait et qu'il n'assumait pas vraiment. Et puis Charlie, ce n'était pas juste un corps. Il l'admirait en cours et l'écoutait étaler ses connaissances. Même s'il pensait sincèrement que toutes les femmes se valaient et qu'il n'existait pas d'être-vivant plus superficiel, Yong Joon devait bien se rendre à l'évidence : Charlie se démarquait. Alors oui, il s'intéressait à elle même s'il souhaiterait rester indifférent. « Vous aimez la musique alors. » Belle conclusion. Non mais quelle remarque idiot. Parfois, il devrait apprendre à se taire.

Yong Joon était pourtant un jeune homme sportif. Il courait régulièrement et faisait partie du club de natation de l'université. Mais monter six étages avec un poids sur le dos n'était tout de même pas évident. Encore par terre, il passa sa main sur son front pour essuyer quelques gouttes de sueur. « Vous n'auriez pas pu monter six étages comme ça. » Et même s'il ne comptait pas le reconnaître, il n'avait pas eu envie de la lâcher tout simplement. Il finit par partir chercher tout ce dont il avait besoin pour s'occuper d'elle et s'obligea à être le plus doux possible. Il avait l'habitude de soigner de petites blessures car c'était lui qui s'occupait de sa sœur plutôt casse-cou. En la voyant rougir, il ne put s'empêcher d'esquisser un léger sourire. Il aimait tellement voir cette couleur sur ses joues. D'abord parce que cela prouvait qu'elle n'était pas totalement indifférente à son charme ensuite parce qu'il trouvait ça vraiment trop mignon. Ça lui donnait un air si innocent. Elle ressemblait à une enfant. Il baissa sa tête pour se concentrer à nouveau sur son travail et en profita pour se confesser à son tour. Il n'osait pas la regarder parce que ça l'embarrassait. Il aurait aimé cependant qu'elle ne lui pose pas la question. Il se pinça les lèvres. Que pouvait-il répondre ? « J-je sais pas. Hm, c'est juste que je n'allais pas vous laisser dans la rue. » Mais dans ce cas là, il aurait aussi pu la ramener chez elle hein ? Mauvaise réponse, pensa-t-il. Quand il fallait être sincère, Yong Joon éprouvait quelques difficultés. Il était bien plus habitué à jouer sa carte maîtresse du mec mignon.

Sentant ses doigts dans ses cheveux, il sourit un peu. Qu'est-ce qu'elle faisait ? Et comme elle continuait, il finit par lever les yeux. Boum. Non, il rêvait. Cette sensation bizarre. D'où ça venait ? Juste parce qu'elle le regardait, vraiment ? Il n'avait pas l'habitude. Ce phénomène bizarre qui compresse la poitrine, il ne le connaissait pas non plus et il s'obligea alors à l'ignorer. À la place, il se concentra sur les joues rouges de Charlie, sur le bout de ses doigts sur la sienne. Il pencha sa tête sur le côté pour mieux sentir sa main, comme un chaton. Puis il a tourna un peu, ses lèvres rencontrèrent la paume de sa main et il ferma les yeux. Elle n'avait pas l'air d'avoir peur cette fois. Est-ce qu'il pouvait essayer ? En temps normal, Yong Joon n'aurait jamais hésité à sauter sur une telle occasion. Mais c'était différent. Il pensait à la dernière fois. Il avait peur de déclencher une nouvelle crise. Alors doucement ? À genoux devant elle, il se dressa un peu pour approcher son visage du sien et comme cette fameuse fois, il colla son front au sien. « Vous êtes courageuse. Vous vous êtes jeté dans la gueule du loup sans hésiter. » Il souffla un peu sur ses lèvres. Il ne restait que quelques pauvres centimètres. Il cherchait un signe, n'importe quoi pour se donner de l'élan. Mais sans doute que si elle avait voulu le repousser, elle l'aurait fait depuis longtemps. Alors sa main se faufila dans la nuque de Charlie et, avec une douceur sans pareille, il frôla sa bouche. Puis il pressa ses lèvres plus franchement. Il avait l'impression d'embrasser pour la première fois. Il hésitait même. Est-ce qu'elle le sentait ? Bon sang, ça n'était pas viril du tout ça. Il rompit ce baiser un peu à contrecœur et rouvrit les yeux pour observer sa réaction. Ce qu'ils faisaient était totalement interdit mais terriblement excitant pour lui.
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mer 24 Fév - 20:17


and it burns in my chest
TENUE ∆ Charlie avait peur. Peur de s'attacher à ce garçon bien plus qu'elle ne le devrait. Peur que les sentiments prennent le dessus sur sa raison et l'entraîne à sa perte. En un peu plus de 25 ans d'existence, elle n'avait jamais ressentit le sentiment amoureux. Pourtant, elle savait les ravages qu'il pouvait créer, et elle ne souhaitait en aucun cas connaître cela. Certes, il y avait de belles histoires, heureusement d'ailleurs. Mais comment cela pourrait être possible avec un jeune homme qui ne pense qu'à séduire et enchaîner les conquêtes sans lendemain ? Elle ne voulait pas tomber sous le charme de Yong Joon. Car la japonaise savait que la seule dont elle en tirerait serait de la souffrance. Et même si elle avait perdu toute confiance, toute idéalisation en l'amour, au fond d'elle, elle souhaitait trouver quelqu'un de bien. Qui ne regarderait qu'elle. Qui n'aimerait qu'elle. Qui ne s'offrirait qu'à elle. Charlie n'avait pas l'impression d'être égoïste à penser cela. Après tout, qui ne désirait pas connaître un beau et sincère premier amour ? Elle en faisait partie, et son cadet n'était en aucun cas un candidat adéquate. Mais voilà, ces derniers temps, son cœur semblait désobéir à son cerveau. Était-elle donc condamnée à ne tomber que sur des hommes non recommandables ?

Sans surprise, à sa question complètement stupide, Yong Joon lui donna une réponse des plus évidentes. Qu'elle pouvait être idiote ! Comme si il aurait pu lui répondre autre chose franchement ! Oui, la japonaise était déçue. Oui, elle aurait préféré qu'il confesse quelque chose de plus profond. Qu'il lui dise qu'elle était spéciale. Sauf que ce n'en était nullement le cas. Hochant donc simplement la tête en esquissant un faible sourire, Charlie effectua cette caresse innocence dans les cheveux châtains de son élève. Ils étaient doux. Il devait probablement en prendre soin. Lorsque Yong Joon vint appuyer sa joue contre sa main pour accentuer le contact entre elles, la jeune professeur se mordille la lèvre. On aurait dit un petit chat. Il vint même glisser ses lèvres contre la paume. Oh. C'était une sensation étrange, mais plutôt agréable. Le regardant faire, curieuse, Charlie eut un léger mouvement de recul lorsqu'il se rapprocha d'elle. Réflexe quand tu nous tiens. Leurs fronts collés, elle pouvait sentir la respiration du plus jeune contre sa peau, sa bouche. Ses joues n'en dérougirent pas, malheureusement pour elle, et elle se sentait alors démunie. Et aux dires du garçon, la professeur revint à la réalité. Il était dangereux. Beaucoup trop même. Alors pourquoi ? Pourquoi n'arrivait-elle pas à le repousser ? Pourquoi son corps refusait-il de bouger ? Même lorsque la main de Yong Joon se logea dans sa nuque, elle resta figée. Et ce qui devait arriver arriva. Leurs lèvres s'unirent. Tout d'abord avec timidité, mais l'étudiant finit par assurer son geste. Et de nouveau, cette sensation de milliers de papillons remontant le long de son dos surgit. Charlie eut à peine le temps de profiter que leurs bouches se décollèrent. Et en fixant le châtain, elle voulu disparaitre. Il venait de lui voler son tout premier baiser. Oui oui. Le premier. Faute d'avoir été élevée à la dure et selon un schéma un peu trop traditionnel japonais, avec en plus un ex-fiancé l'ayant toujours considéré comme une moins que rien, la jeune professeur n'avait donc jamais eut ce genre d'expérience. Alors, présentement, elle avait envie de le gifler. De l'insulter. De pleurer. Mais elle ne fit rien de tout cela. Restant sagement assise, faute de ne pouvoir fuir à cause de sa cheville toujours douloureuse, elle détourna simplement la tête tout en serrant les poings. Sa voix était certes calme, mais comportait une pointe de colère. « Je ne suis pas comme elles Yong Joon. ». Elle lui en voulait. En lui en voulait d'avoir oser agir ainsi envers elle, car elle était persuadée qu'il avait tout calculer : faire son gentleman, prendre l'excuse de la soigner ici, user de son intimidation pour l'embrasser. Charlie était certes faible, mais pas débile pour autant. « Tu ne devrais pas embrasser n'importe qui si facilement. Pour certaines personnes, un baiser signifie beaucoup. ». Pour elle, par exemple. Mais ça, elle ne pouvait le lui confesser.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mer 24 Fév - 20:50


and it burns in my chest
TENUE ∆ Franchir l'interdit. Quel sentiment excitant. Il pensait associer à juste titre ce frisson si grisant qui parcourait son corps à cet acte plutôt audacieux de sa part. Embrasser son enseignante. Si ça s'ébruitait, elle risquait de perdre son boulot. Même si Yong Joon était majeur et même s'il lui courait après, elle récolterait tous les torts. Mais il lui plaisait, pas vrai ? C'était pour ça qu'elle rougissait, pour ça qu'elle l'avait embrassé sur la joue et peut être même pour ça qu'il l'agaçait parfois. Cependant, à en juger par la douceur de ce baiser et par son côté un peu maladroit, il ne s'agissait pas seulement d'adrénaline. Yong Joon n'avait pas l'habitude d'être fébrile. Sûr de lui, il collectionnait les conquêtes et leur servait les mêmes disquettes. Les phrases bateaux, les attentions mignonnes, elles finissaient toutes par tomber dans le panneau. Il avait fait la même chose à Charlie. Mais quelque chose lui échappait. Il perdait le contrôle sur un aspect important. Il oubliait de se protéger. Lui qui pensait pouvoir rester insensible. La simple présence de la demoiselle entre ces murs prouvait qu'il tenait à elle plus qu'il ne le souhaitait. Il s'agissait aussi d'une erreur. Un écart qu'il risquait de payer. Pour l'heure, il désirait rester aveugle. Il fermait volontairement les yeux, pas prêt à assumer tout ça. Il fronça les sourcils en la voyant tourner la tête et retira aussitôt sa main. Merde, trop tôt ? Il n'aurait pas dû c'est ça ? Il se mordit la lèvre. « Hm, je sais. » Il le voyait bien. D'abord parce qu'elle lui résistait. Et parce qu'elle n'était pas comme celles qu'il chassait habituellement. Yong Joon préférait courir après les nanas superficielles. Celles qui dégainaient leur carte bleue aussi vite qu'elles écartaient les jambes. Les filles refaites de la tête aux pieds. Les extravagantes, les fêtardes. Alors pourquoi Charlie ? Il n'avait absolument rien à tirer d'elle. Il ne pouvait rien gagner ici. Mais elle était belle. Pas bonne. Mais belle. Et lui-même ignorait pourquoi il la voulait à ce point. Il pencha la tête sur le côté alors qu'il essayait de comprendre où elle voulait en venir. Il n'embrassait pas n'importe qui. Enfin si, elle avait raison. Mais là, il ne pensait pas avoir embrasser n'importe qui. Et puis quoi ? Qu'est-ce que ça voulait dire ? Elle en avait embrassé d'autres avant lui, il ne voyait pas le mal. Et là, il percuta. « Je ne peux pas être le premier que vous embrassez, si ? » Mais plus il la regardait, plus il réalisait que malheureusement il avait bien cerné le problème. « Oh. » Lâcha-t-il en baissant les yeux. Il se massa la nuque, son tic nerveux, plutôt embarrassé. Il ne se félicitait pas. Il n'avait gagné aucun point là parce qu'elle semblait plutôt énervé. Mais une part de lui sautait de joie. Il avait volé quelque chose qu'aucun autre homme n'aurait et ça lui appartenait.

Sauf que s'il avait su, il se serait un peu plus appliqué. Il avait agit sans réfléchir et, stressé par sa réaction, il ne lui avait pas vraiment offert un premier baiser digne de ce nom. Elle avait le droit de lui en vouloir. Même s'il se doutait bien que ce qui la dérangeait n'était pas la technique mais le principe. « Pardon. J'veux dire, je pouvais pas savoir. Et vous aviez l'air de... » De quoi Yong Joon ? De n'attendre que ça ? Il se mordit la lèvre avant de dire quelque chose qui pourrait lui coûter cher. Il s'éclaircit la gorge et décida de se concentrer sur autre chose. Comme le bandage de sa cheville qu'il commença à effectuer. C'était hallucinant quand même. Il n'arrivait pas à le croire. Il termina de bander sa blessure et ferma ensuite sa trousse de soins. « J'ai terminé. » Il se leva pour aller la ranger et s'éloigner un peu d'elle. N'empêche, c'était vexant. Bon, il ne s'attendait pas non plus à ce qu'elle lui saute au cou mais quand même. Il revint dans la pièce principale et s'assit en tailleur devant elle. Et maintenant ? Quel boulet. Il gérait pas du tout. « Et désolé. Si j'avais su que c'était votre premier baiser je me serai plus, euh, appliqué ? Enfin j'aurai essayé de faire en sorte qu'il soit inoubliable ou je sais pas. » Mais qu'est-ce qu'il racontait ? Il avait envie de se donner des claques. Et elle devait avoir envie de lui en distribuer. Il osa lever un peu la tête pour la regarder non sans craindre qu'elle finisse par le gifler.
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mer 24 Fév - 21:36


and it burns in my chest
TENUE ∆ Trop de choses se mélangeaient en elle. Trop de sentiments. D'un côté Charlie avait l'impression d'être une toute jeune adolescente en plein premiers émois. Son corps était chamboulé, et ses pensées n'étaient concentrées que sur son cadet. Elle était curieuse, elle voulait aller plus loin, en apprendre davantage. Et de l'autre côté, elle avait l'impression d'avoir raté sa vie. Elle se sentait salie, humiliée. Non seulement par son ex-fiancé, mais aussi par celui à l'origine de tous ses chamboulements. Elle comprenait parfaitement que Yong Joon et d'autres personnes puissent trouver l'importance que portait à la japonaise à ce fameux premier baiser ridicule. Puéril même. Mais elle s'en moquait royalement. Dans ses rêves les plus secrets, les plus intimes, Charlie avait imaginer et idéaliser maintes fois cet instant. Avec un homme remplit d'un amour pur et sincère à son égard, qui la respecterait comme jamais, qui lui ferait ressentir ce que c'était d'être aimée pour ce que l'on est. Mais la situation actuelle était à des années lumières de cela. La brune devait se faire à l'idée qu’apparemment, le destin s'obstinait à lui pourrir la vie et ne lui offrir aucun cadeau, aucun moment de répit.

Et les dires de Yong Joon vinrent accentuer la plaie qu'il avait créé avec ce baiser. Elle avait l'air de quoi ? D'avoir enchaîné les hommes, comme lui le faisait si bien avec les femmes ? Génial. C'était donc ça l'idée qu'il avait d'elle ? Tellement prise dans son délire, Charlie n'avait même pas conscience qu'elle était en train de déformer complètement la réalité. Bon, au moins, il s'excusait. C'était la moindre des choses. Lui en voulant beaucoup trop, et faute d'être une véritable tête de mule, la japonaise garda le silence, quitte à ce que l'ambiance devienne pesante. Yong Joon quant à lui finit enfin son bandage et s'en alla ranger la trousse de secours. Elle en profita alors pour lâcher un long soupire et se masser un peu le visage. Que devait-elle faire ? Rentrer chez elle ? Rester et tenter de s'expliquer ? Elle n'en savait rien. Strictement rien. Le garçon revint alors vers elle, et s'assit en face. Refusant tout contact visuel avec lui, Charlie regardait son pied bandé, jouant nerveusement avec ses ongles. Et le discours du plus jeune la surprit. Fronçant alors les sourcils, elle finit par poser ses yeux sur Yong Joon et répondit sèchement. « Car même si tu avais su que c'était mon premier, tu l'aurais quand même fait ?! ». Wow. Elle peinait à y croire. Il avait vraiment un culot impressionnant. Elle était déçue. Serrant les dents, la jeune professeur ferma les yeux. « Ne t'en fais pas. Tu l'as rendu inoubliable. Mais pas dans le bon sens. ». Croisant les bras pour mieux se blottir dans son gros manteau, Charlie retint ses larmes. Elle se sentait tellement stupide... Se pinçant les lèvres, une larme finit malgré elle par rouler le long de sa joue, et tout bas, presque de façon inaudible, elle ajouta : « J'avais finit par avoir confiance en toi... ». Reniflant, elle garda les yeux fermés, presque honteuse d'avoir finit par croire un tel manipulateur.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mer 24 Fév - 22:12


and it burns in my chest
TENUE ∆ L'étudiant sursauta presque, surpris par cette véhémence dans ses paroles. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle réagisse comme ça. Elle ne lui avait même jamais parlé sur ce ton. Ça le perturbait. Surtout qu'il ne se sentait pas coupable. Et qu'il ne lui semblait pas avoir dit quelque chose de mauvais. Enfin, Yong Joon parlait souvent sans réfléchir, pour ne pas dire toujours, mais il ne pensait pas la blesser encore plus. Il croyait bien faire en lui expliquant que s'il avait su, il se serait donné plus de mal pour rendre ce moment parfait. Mais apparemment, ce n'était pas du tout ce qu'elle avait envie d'entendre. Il ne regrettait pas de lui avoir volé ce baiser. Il l'aurait fait. Un jour ou l'autre, il en était persuadé. Parce qu'il était certain de pouvoir la faire craquer. Il arrivait toujours à ses fins. Sauf qu'il oubliait peut être de prendre les sentiments de Charlie en compte. Il n'était pas doué pour ça. Principalement parce qu'en temps normal il se fichait de ce que les femmes qu'il fréquentait pouvaient bien ressentir. Mais la situation ici était un peu différente. S'il ne regrettait pas de l'avoir embrassé, il s'en voulait en revanche de l'avoir heurtée. « Ouais, je l'aurais quand même fait. J'en avais envie. Et vous aussi ! » Si on devait évaluer sa délicatesse sur une échelle, elle serait sans doute proche de zéro. Dans le domaine sentimental, Yong Joon manquait de diplomatie et certainement aussi de maturité. Il avait beau enchaîné les coups d'un soir, il n'était pas un professionnel des relations. Loin de là, puisqu'il n'était sorti avec une fille sérieusement qu'une seul fois et en plus ça s'était mal terminé. Yong Joon poussa un long soupir. Cette conversation l'exaspérait et pourtant il se savait l'unique fautif. Et qu'est-ce qu'il se sentait con en plus. Il ne supportait pas cette sensation. Il passa sa main dans ses cheveux et tira légèrement dessus en l'entendant parler à nouveau. Parce qu'elle le regrettait, elle ? Petit pincement au cœur. Pincement au cœur encore plus grand lorsqu'il réalisa qu'il l'avait faite pleurer.

Merde. Il n'aimait pas ça. Il n'avait pas supporté de la voir pleurer l'autre jour. Il s'était déjà senti responsable de cette crise même s'il avait deviné que ça venait d'un traumatisme et non de lui. Mais là, aucune excuse. Les larmes qu'il voyait, il en était la seule cause. Confiance ? Yong Joon pouffa de rire, un rire nerveux. Cameron ne l'avait-elle donc pas mis assez en garde ? Et lui, de quel droit se permettait-il de blesser une fille comme ça ? Rah, il n'aimait pas ça. Quand ça devenait compliqué. Et il détestait l'entendre renifler. Il soupira encore et rassembla le peu de courage dont il disposait pour revenir près d'elle, comme avant, à genoux juste devant. Il pria très fort pour qu'elle ne le repousse pas et passa son pouce sur sa joue pour écraser ses larmes. « Vous m'en voulez tant que ça ? » Quelle question. Ça paraissait plutôt évident pourtant. Il se dressa pour pouvoir poser ses lèvres sur sa joue. « Puisque je vous dis que j'en avais envie et que je sais. Je sais que vous êtes différente. » Il se mordit la lèvre parce qu'il n'aimait pas ce qu'il allait dire ensuite. « Assez pour être la première femme à mettre les pieds ici. » Il l'embrassa sur l'autre joue. « Assez pour que je perde mon temps à vous courir après. » Un baiser un peu plus proche du coin de ses lèvres ensuite. « Et moi ça me plaît. Ça me plaît même beaucoup d'être le premier. J'ai quelque chose que les autres auront jamais. » Pourvu qu'elle comprenne sa façon de raisonner, qu'elle sente qu'il aimait ça parce que ça venait d'elle, qu'il tenait à elle et non par fierté mal placée. « Vous ne voulez vraiment pas un vrai premier baiser ? » Il tendait la perche. Soit elle l'attrapait, soit il se mangeait le râteau de sa vie et ça serait le premier. Plutôt équitable comme échange quand il y pensait, il lui volait son premier baiser et elle lui offrait son premier vent ? Enfin, il n'avait pas tellement envie qu'elle choisisse cette option. Il la regardait dans les yeux, peu serein et il se rendit alors compte que son cœur battait un peu trop vite. Pourquoi est-ce que tout ça l'atteignait à ce point ?  
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mer 24 Fév - 22:50


and it burns in my chest
TENUE ∆ Comment osait-il parler en son nom ? Comment osait-il dire, clamer qu'elle avait eut envie elle aussi de l'embrasser ? Yong Joon n'était ni sans sa tête ni dans son cœur. Et même s'il avait raison, même si oui, plus d'une fois, elle s'était surprise à avoir envie de l'embrasser, il n'avait tout de même aucun droit. Et lorsqu'il se mit à rire, le cœur de la japonaise se serra dans sa poitrine. Il venait de se moquer d'elle ?! Vraiment ?! Il allait trop loin. Vraiment trop loin. Charlie avait beau être une fille gentille et tolérante, il ne fallait pas non plus la prendre pour une conne. Et là, c'était ce que le garçon était de faire. Elle avait si mal. La japonaise s'en voulait à mourir de s'être laisser bernée ainsi, si facilement. Elle qui voulait devenir une femme forte, indépendante, voilà qu'au final, elle était toujours aussi aveugle et naïve qu’auparavant. À croire qu'elle n'avait pas comprit la leçon. Yong Joon méritait une gifle. Non, des gifles. Des coups mêmes ! Comment pouvait-il être aussi insensible ? Comment pouvait-il s'en foutre autant des sentiments d'une personne ? Était-il seulement humain ?

Bien sûr qu'elle lui en voulait autant. Même si elle ne le montrait pas, Charlie bouillonnait à l'intérieur de colère. Le laissant néanmoins lui essuyer la joue, elle garda les yeux fermés, bien décidée à faire culpabiliser son cadet. L'écoutant parler, sans l'interrompre ou commenter ses paroles, la brune serra davantage ses poings. Comment pouvait-elle le croire à présent ? La confiance timide qu'elle avait placée en Yong Joon s'était envolée. Elle était tiraillée. Tiraillée entre l'envie de mettre fin à toute relation avec lui, quelque quelle soit, et l'envie de lui accorder une seconde chance. Ouvrant les yeux à la question finale du garçon, la japonaise planta son regard encore embrumé de larmes dans le sien. Laissant un blanc s'installer entre eux, pour tenter de percer les réelles pensées de son élève au travers de son regard. Finalement, Charlie prit la parole, sur le même ton sec que plus tôt. « Si. J'en rêve. Comme toute femme. Mais je veux qu'il soit sincère. Je veux que ce soit avec un homme qui ait envie de m'embrasser, pas dans le but de me mettre dans son lit, mais de me mettre dans sa vie. ». Finalement, elle détourne le regard. « Cameron m'a parlé de toi. Et pas en bien. Je sais qui tu es Yong Joon. Je sais que tu t'amuses avec moi, comme tu le fais avec toutes les autres. Qui me dit que c'est la vérité, cette histoire d'être la première à venir ici, hein ? Elle m'a bien dit que tu mentait comme tu respirait. Je ne sais plus ce que je dois croire. Je suis perdue. Je n'ai pas envie d'être utilisée, je n'ai pas envie d'être jetée une fois que tu auras obtenu ce que tu souhaites, je n'ai pas envie de souffrir de nouveau. Je veux juste qu'une fois, une seule et simple fois, on prenne en compte mes sentiments. On prenne en compte que je suis humaine. Qu'on soit simplement sincère avec moi. Si tu as juste envie de coucher avec moi, dis le ! Arrêtes toute cette comédie ! Car pour toi c'est peut-être un jeu, mais moi j'en souffre Yong Joon ! Si Cameron ne m'aurait pas mise au courant, j'aurai craqué depuis longtemps pour toi, pour ton sourire de mec parfait. Et là, en ce moment, je serai dans mon lit, dévastée. Car pour la seconde fois, un homme aurait détruit mon cœur. ». Au cours de son long monologue, d'autres larmes avaient fini par se mettre à couler le long de ses joues, et Charlie vint se les essuyer grossièrement. Elle en avait plus que marre de pleurer sans arrêt ! Depuis quand était-elle si émotive ?! Reniflant, elle prit appui sur le lit pour se lever. « Je vais rentrer. ». Elle ne voulait pas, elle ne pouvait pas rester ici plus longtemps. Pas après avoir autant ouvert son cœur au garçon. Pas après avoir confesser à moitié que oui, il avait réussit à la charmer.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Mer 24 Fév - 23:33


and it burns in my chest
TENUE ∆ Il ne se dévoilait pas. Il ne gagnerait rien à le faire. Parce qu'à force de jouer avec les autres, il avait compris que plus il se plaçait hors de la portée des autres, plus il se protégeait. Puis ça ne l'intéressait pas. Tomber amoureux, qu'est-ce que ça voulait dire ? Ce sentiment à la con n'existait que pour nous affaiblir. On se donnait à quelqu'un sans réserve et surtout sans aucune garantie de la sincérité de la personne qui en un claquement de doigt pouvait décider de nous briser. Yong Joon ne supportait pas cette idée. Alors peut être bien qu'il préférait blesser les femmes avant que l'une d'elles ne choisissent de le démolir. De toute manière, elles ne valaient rien. Elles n'aimaient pas vraiment. Elles ne faisaient attention qu'au du fric, leur petit confort et à ce que les autres pensaient d'elles. Toutes les femmes qui croisaient sa route se ressemblaient. Il n'en connaissait aucune pour rattraper l'autre. Puis au milieu, y avait Charlie. Il l'avait approché de la même manière que les autres. Il lui jouait la même comédie et lui servait les mêmes sourires. Parce qu'elle lui résistait, il persévérait. Plus que toutes les autres, il la voulait. À la base, elle était juste un trophée. La cerise sur le gâteau. Et sans qu'il s'en aperçoive, il perdait le contrôle. Depuis sa crise, il la regardait autrement. Charlie était fragile. S'il le voulait, il pourrait la briser en mille morceau. Il s'en était rendu compte. Et autre chose avait changé. Il avait envie de la protéger. Il ne supportait pas de la voir pleurer. Ça le rendait dingue. Surtout que ces larmes là coulaient par sa faute. Il la regardait toujours dans les yeux. Totalement bousculé par ce qui se passait. Il n'avait pas l'habitude. Coupable, il baissa la tête quand elle évoqua la mise en garde de Cameron. Il l'écouta sans broncher. Comme si elle était en train de lui passer un savon, et en fait, c'était un peu le cas. Alors elle aurait cédé si elle n'avait pas été mise au courant ? Yong Joon esquissa un sourire mais un sourire crispé. Ça l'emmerdait. Il n'aimait pas se prendre la tête. Mais en même temps, il se détestait de la malmener comme ça. Sauf qu'il ne voulait rien lui promettre, il ne pouvait rien lui promettre. Rentrer ? Yong Joon se redressa d'un coup et attrapa son poignet juste à temps pour la retenir. Encore à genoux, il secoua la tête en la regardant. « Non. » Mais encore ? Il allait en falloir un peu plus pour la retenir.

Yong Joon se leva à son tour sans la lâcher. Il ravala sa salive. La vérité c'était qu'il ne savait absolument pas quoi lui dire. Il n'existait pas de discours tout fait pour cette situation là. Il n'avait jamais eu à l'affronter. Il prit une grande respiration. « Ouais, je mens comme je respire. Je joue au petit mec innocent et les plus idiotes se font avoir. J'fais ça depuis longtemps. Ça m'amuse. » Pas la peine de mentir, elle le savait depuis le début de toute façon. Il nota dans un coin de sa tête qu'il fallait qu'il remercie Cameron pour ce bordel. « Mais vous êtes vraiment la première à venir ici. Parce qu'ici, ici c'est chez moi. Et que j'laisse pas n'importe qui entrer dans ma vie. » Il se mordit la lèvre, ça l'écorchait presque de devoir être si sincère. « Alors faut m'écouter. Parce qu'y a aucune chance pour que je le répète, compris ? » Il leva les yeux au ciel comme s'il cherchait encore un peu de courage, celui qu'il n'avait pas. Il reposa son regard sur Charlie, brisa la distance qui les séparait et passa ses mains dans sa nuque pour qu'elle le regarde dans les yeux. « J'avais vraiment envie de vous embrasser. J'en crève encore d'envie. Et oui, oui j'ai envie de vous, j'vais pas mentir. Pas juste pour rajouter votre nom en bas de la liste. Mais parce que vous me plaisez genre vraiment. Y a les autres, et puis y a vous. Et depuis quelques temps y a que vous. » Il marqua une petite pause pour reprendre son souffle, il parlait trop vite, beaucoup trop vite. Ça le stressait. « Vous êtes différente. Je tiens à vous, je m'inquiète pour vous. Je pense à vous. Beaucoup. » Cette fois, il approcha ses lèvres des siennes. « Beaucoup trop. » Et il choisit de ne pas lui laisser le temps de répondre, pas maintenant en tout cas. Il posa sa bouche contre la sienne et pendant de longues secondes ça ne fut que ce contact. Ses doigts dans sa nuque caressaient sa peau dans un geste tendre et réconfortant. Quand il se mit enfin à l'embrasser, il rapprocha un peu plus son corps du sien en passant un bras dans son dos. Il savoura la douceur de ses lèvres. Il les caressa avec volupté. Il voulait se rattraper. Que ce baiser efface l'autre, ou au moins qu'il vienne le compléter.  
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Ven 26 Fév - 14:43


and it burns in my chest
TENUE ∆ Elle mourrait d'envie de se blottir dans les bras de Yong Joon. Qu'il entoure son frêle corps et la serre contre lui. Qu'il la réconforte, juste par sa présence. Elle voulait tant ressentir de nouveau cette sensation de bien être qui l'avait enveloppé lors de cette fameuse après-midi, à l'université. Car cela avait été la toute première fois qu'elle s'était sentit si bien, si apaisée. Et depuis, Charlie ne cessait de se remémorer cet instant, pour tenter de reproduire cette sensation, même de façon infime. Pourtant, présentement, elle ne voulait pas craquer. Non, elle se devait d'être forte face à son cadet. De lui prouver qu'il ne suffirait pas d'un baiser pour la mettre dans son lit. Alors oui, de nouveau, la japonaise pleurait, faute d'avoir le cœur lourd et douloureux. Certes, elle détestait cela. Exposé au grand jour ses sentiments. Mais là, c'était plus fort qu'elle. Et puis, au fond, le jeune professeur espérait que cela fasse culpabiliser Yong Joon, qu'il se rende compte qu'elle n'était ni un objet, ni une fille facile. Peut-être était-ce cruel voir vicieux d’utiliser ce genre de stratégie, mais Charlie s'en moquait. Si elle pouvait extérioriser sa peine tout en lui ouvrant les yeux, c'était parfait.

Comment ça non ?! Fronçant les sourcils, elle regarda son élève qui vint se lever également, revenant ainsi la dominer de par sa taille de géant. Depuis quand décidait-il pour elle ? Lorsqu'il commença à parler, la japonaise retint un soupire et détourna le regard. Elle l'écouta sagement parler, sans l'interrompre une seule fois. Vu sa réaction, il semblait sincère. Sinon, pourquoi serait-il aussi énervé ? C'était une petite victoire pour elle. En sentant Yong Joon glisser ses mains à sa nuque pour la forcer à avoir un contact visuel, la brune se mordilla la lèvre inférieure. Ses grandes mains étaient chaudes. C'était plaisant. Le laissant continuer son discours, les joues de Charlie, qui décidément avaient décidé de la trahir, se mirent à rougir. Il n'y avait qu'elle ? Qu'entendait-il par là ? Qu'il ne draguait que elle ? Qu'il ne pensait qu'à elle ? Cette phrase était beaucoup trop ambiguë au goût de la japonaise. Clignant un peu les yeux, la dernière phrase du garçon la toucha, profondément. Personne ne lui avait dit cela. Qu'on tenait à elle, et qu'on s'inquiétait pour elle. Incapable de répondre, elle n'en aurait eut de toute façon pas le temps, puisque Yong Joon vint l'embrasser. Ouvrant de grands yeux, elle se figea un peu. Elle avait envie de le repousser. Mais aussi de prolonger. Fondant sous ses caresses malgré elle, lorsqu'il rapprocha leurs corps en passant un bras dans son dos, Charlie se laissa faire, et vint s’accrocher timidement à son pull. Elle ne savait pas comment faire. Face à cette inexpérience complète, elle se sentait ridicule. Elle avait honte. Alors, s'en voulant, elle laissa son cadet tout faire, se contentant simplement d'apprécier en pressant un tout petit peu plus ses lèvres contre les siennes. Finalement, à cause du manque de souffle, leurs bouches s'éloignèrent, lentement. Et alors que la jeune professeur allait s'exprimer, sa cheville lâcha. Et elle bascula en arrière sur le lit, entraînant Yong Joon dans sa chute faute de ne pas le lâcher. Heureusement pour elle, il se réceptionna avec ses mains. C'est ainsi qu'elle se retrouva allongée sur le lit, avec le châtain à quatre pattes au dessus d'elle. Constatant la proximité non négligeable de leurs corps, Charlie plaqua ses mains sur son visage rougit, beaucoup trop gênée. Néanmoins, elle écarta discrètement les doigts, pour pouvoir le voir. D'une petite voix adorable, elle dit : « P-Pardon... C'est ma cheville... Je n'ai pas fait exprès... ». Sérieusement, depuis quand réagissait-elle comme une pré-pubère ? Elle avait 25 ans merde ! Pourquoi la faisait-il changer ainsi ?!
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Ven 26 Fév - 15:14


and it burns in my chest
TENUE ∆ On n'obtenait pas facilement de Yong Joon qu'il fasse preuve de sincérité. D'abord parce qu'il jouait son rôle du petit gars maladroit en permanence. Il ne montrait que peu souvent sa véritable personnalité et encore plus rarement ses sentiments. Il plaçait de façon volontaire une barrière entre lui et les autres. Grâce à cette comédie, il évitait de laisser à quiconque l'occasion de l'atteindre et donc de le blesser. Les personnes qui le connaissaient réellement se comptaient sur les doigts d'une main. Mais Charlie ne lui laissait pas le choix. Ou bien il acceptait d’entrouvrir la porte et de se dévoiler un peu, ou elle lui filait entre les doigts. Et bizarrement, il n'envisageait pas cette deuxième option. C'était pour ça qu'il l'avait retenue et pour ça aussi qu'il lui parlait à cœur ouvert. Enfin, il essayait en tout cas. Il en avait si peu l'habitude qu'il peinait à exprimer ce qu'il ressentait. Sans doute aussi parce que ça l'effrayait un peu et que ça l'embêtait d'avouer tout ça. Le dire à voix haute rendait ça plus réel. Cette idée ne l'enchantait pas. Cela ne lui plaisait pas de s'attacher à cette femme. Pas parce qu'il n'en avait pas le droit. Mais parce qu'il n'en avait pas envie. Il ne voulait pas ressentir cette tendresse envers elle. Sauf qu'il découvrait à ses dépends que ces choses là ne se contrôlaient pas. Et que la meilleure façon de lui faire comprendre était peut être de laisser parler son corps. Ça, il savait faire. Il l'embrassa avec douceur et délicatesse. Ses lèvres caressèrent lentement les siennes. Il sentit même un frisson secouer sa colonne vertébrale. Il la retenait contre lui avec fermeté. Il n'était plus le jeune garçon mais bien un homme. Quand elle s'accrocha à son pull, il sourit doucement au milieu de leur baiser. Mais il ne fallait pas abuser des bonnes choses. Il quitta cet échange pourtant si doux sans pour autant la relâcher. Peut être que s'il ne l'avait pas tenu aussi fort, il ne serait pas tombé avec elle. Mais ça aurait été bien dommage. Par réflexe, il tendit ses bras ce qui lui évita de l'écraser complètement. Il avait ses mains de chaque côté de sa tête et pouvait admirer Charlie d'assez près. Jusqu'à ce qu'elle cache son visage ce qui déclencha un petit rire chez le plus jeune. Adorable. Beaucoup trop adorable. Et il était supposé résister ? Il frotta son nez contre ses mains lui demandant implicitement de les enlever. « Je croyais que vous ne vouliez pas finir dans mon lit ? » Il se moquait d'elle espérant qu'elle ne le prendrait pas mal. Même si cette position lui plaisait beaucoup, il devait bien l'admettre.

Il se décida à ôter ses mains, les plaquant contre le matelas en entrelaçant leurs doigts. Il appuya sa bouche sur son front quelques secondes puis à nouveau sur ses lèvres, juste un bisou. Il ne pouvait s'empêcher de se demander s'il était vraiment le premier. Il n'arrivait pas à y croire. Elle était plus âgée que lui. Elle avait forcément connu ça avec quelqu'un. Ça lui paraissait si logique. Il ne disait pas qu'elle avait enchaîné les conquêtes, tout le monde n'était pas comme lui, il le savait, mais tout de même. « Pardon. » Il lâcha une de ses mains pour prendre son menton entre ses doigts. Il s'excusait de lui avoir volé son premier baiser. « Même si en vérité, ça me plaît vraiment d'être le premier. » Il lui vola un nouveau baiser se montrant toujours aussi délicat. Il était rempli de tendresse. D'où ça lui venait ? Il avait bien dérobé quelques premières fois mais un premier baiser ? Il ne se souvenait même pas du sien. Il trouvait ça mignon. Il n'avait pas l'impression d'être plus jeune qu'elle. Il avait sûrement beaucoup plus d'expérience. « Alors, ça fait quoi d'embrasser un de ses étudiants ? » Il lui tira un peu la langue, incapable de garder son sérieux mais surtout cherchant volontairement à la faire rougir, à détendre l'atmosphère et fuyant peut être aussi l’éventuelle discussion sérieuse qu'il devrait avoir. Yong Joon n'était pas prêt à se confier plus que ça. Elle allait devoir faire preuve de patience.  
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Ven 26 Fév - 16:22


and it burns in my chest
TENUE ∆ Comment pouvait-elle lui raconter son passé ? Comment pouvait-elle lui expliquer la raison pour laquelle à 25 ans elle n'avait jamais embrassé quelqu'un, sans passer par ces quatre années d'épouvante ? C'était impossible. Malheureusement, il lui faudrait passer par cette étape. Mais elle refusait de voir de la pitié dans les yeux de Yong Joon à son égard. Elle ne voulait pas qu'il la traite comme une petite chose fragile, à se retenir d'être lui-même. Non, la japonaise voulait garder cette image de femme, qui simplement se respectait. Certes, si elle lui racontait les horreurs que son ex fiancé lui avait fait, le garçon n'en serait probablement que bien plus doux et attentionné encore. Mais ce serait comme tricher. Charlie ne souhaitait pas qu'il change. Enfin, si, dans le sens qu'il arrête son petit jeu de séduction malsain. Mais pas pour autant qu'il perde sa personnalité. Son caractère impulsif. Et puis, qui sait, peut-être que Yong Joon ne voudrait plus la toucher s'il savait à quelle point elle était sale, souillée. Ce que la brune comprendrait. Alors, elle prit la décision de se taire, pour le moment. Tant qu'il ne lui demanderait pas d'où lui venait cette crise, ou cette virginité labiale, Charlie ne dirait rien.

Alors qu'elle se cachait davantage le visage avec ses mains en l'entendant rire, le garçon vint y frotter son nez, à la manière d'un chat. Et à sa question, la japonaise lui donna un coup de cuisse. « Yah ! Tais toi ! ». Terriblement gênée, elle se laissa néanmoins faire lorsqu'il retira les mains, et les fit entrelacer entre les siennes. Wow. Ok, là, elle était aussi rouge qu'une tomate. C'était quoi ça ? Pourquoi faisait-il ça ? Le suivant du regard, Charlie se laissa volontiers embrasser sur le front, puis sur les lèvres. C'est qu'elle y prenait vite goût. Il était si tendre qu'elle ne pouvait se résoudre à le repousser. Laissant Yong Joon parler, elle planta donc son regard dans le sien lorsqu'il prit le menton. Que pouvait-elle répondre à tout cela ? Rien. Elle n'avait rien à dire. Vraiment. Son cerveau refusait de trouver une quelconque phrase. Lorsque leurs lèvres se retrouvèrent de nouveau, la japonaise pressa un peu plus les lèvres, partagée entre la timidité et l'assurance. Bon Dieu Charlie, mais que fais-tu ? Finalement, à la question des plus embarrassantes du plus jeune, la brune plaqua ses mains non sur elle pour une fois, mais bien sur la bouche du garçon. « Yah ! Je t'ai dit de te taire ! Arrêtes tes conneries ! ». Toujours aussi rouge, elle força Yong Joon à se redresser. Gonflant ses joues, pour reprendre son habituelle moue boudeuse, la jeune professeur entreprit de retirer son manteau, ayant bien trop chaud depuis un moment. Elle le déposa au sol et soupira, fermant les yeux et venant se faire du vent avec ses mains. Restant ainsi quelques instants, elle ne remarqua même pas que sa courte robe s'était davantage relevée. Tout en continuant de s'éventer à l'aide de ses mains, Charlie se pinça les lèvres, comme pour retenir le plus longtemps possible la sensation de la bouche du garçon contre la sienne. Elle avait beau eut avoir imaginer plus d'une fois ce contact, jamais elle n'aurait pensé que c'était si agréable. Cette simple pression avait réussir à l'emporter ailleurs. En son ventre, plein de petits papillons la chatouillaient. Yong Joon lui avait jeté un sort, elle en était persuadée.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Ven 26 Fév - 16:51


and it burns in my chest
TENUE ∆ Il se pinça les lèvres pour ne pas rire une nouvelle fois alors qu'elle venait de le cogner avec sa cuisse. N'empêche, si on lui avait dit qu'il passerait sa soirée avec Charlie il ne l'aurait pas cru. En plus, elle était sur son lit. Pas encore dedans mais c'était un début. Yong Joon sentait qu'il devait prendre ses précautions. Il gardait encore en tête la réaction plutôt violente qu'elle avait eu l'autre jour et craignait d'en déclencher une nouvelle du même type. Alors il se montrait aussi doux que possible. En même temps, il avait l'impression d'avoir une petite chose fragile entre ses mains. Il se sentait obligé d'en prendre soin. Il avoua avec sincérité combien ça lui plaisait d'être le premier à goûter à ses lèvres. Il chérissait ce privilège. Et autant en profiter. Il chercha un nouveau baiser qu'il savoura comme les précédents. Cette timidité qui la caractérisait lui arrachait parfois un sourire alors qu'il pressait un peu plus leurs lèvres pour la rassurer. Mais il ne ratait aucune occasion de la taquiner. Il aimait bien trop voir ses joues s'empourprer. Il éclata de rire quand elle plaqua ses mains sur sa bouche pour le faire se redressant un peu pour finalement se laisser tomber sur le matelas. « Mais quoi ? Je veux vraiment savoir ce que ça vous fait. » Il l'embêtait et le provoquait. Il s'assit finalement en tailleur à côté d'elle pendant qu'elle retirait sa veste. Il la regardait s’éventer incapable d'arrêter de sourire, bien trop fière qu'elle ne lui soit pas insensible. Il poussa sur ses mains pour se rapprocher un peu plus et posa son menton sur son épaule. « Je vous donne chaud ? » Il ne s'arrêtait jamais. Véritablement jamais. Un coup d’œil vers le bas et il remarqua sa jupe un peu trop relevée. Il se mordit doucement la lèvre, ravi d'apercevoir un peu plus de chair qu'il ne le devrait. « Oh, vous voulez que je me déshabille aussi peut être ? Fallait me dire qu'on passait aux choses sérieuses. » Taquin, il fit semblant de tirer sur son pull pour le remonter un peu mais en voyant les joues si rouges de Charlie, il éclata à nouveau de rire et cessa son petit manège, se laissant tomber en arrière sur le lit.

Il s'obligea à se calmer et se dressa un peu sur ses avant-bras pour pouvoir mieux l'observer. N'empêche, il avait envie de savoir. Si c'était son premier baiser ? Était-elle vierge ? Rah, il ne pouvait pas lui demander ça comme ça. Elle risquait de mal le prendre. Mais en même temps, ça le travaillait sérieusement cette histoire. Quel âge avait-il quand il avait embrassé une fille pour la première fois ? Quinze ans peut être ? Il ne se souvenait plus bien. « Dites-moi, comment ça se fait que je sois le premier à vous avoir embrasser ? Pas que j'm'imaginais que vous collectionnez les mecs mais j'veux dire... à votre âge. Enfin, j'dis pas que vous êtes vieille non plus hein. » Et à nouveau, il montrait à quel point il pouvait manquer de tact. Il rejeta sa tête en arrière en soupirant. Quel imbécile. « Oubliez ça, vous avez peut être pas envie de me le dire. » Il se redressa enfin et leva un sourcil avec un sourire malicieux. « Vous voulez que je vous apprenne des trucs ? » Autant ne pas trop creuser, dans le fond, ça n'était pas important le pourquoi du comment non ? Ce qui comptait, c'était qu'elle était sur son lit en ce moment même et qu'il valait mieux qu'il en profite.   
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Ven 26 Fév - 17:25


and it burns in my chest
TENUE ∆ En réalité, le fait d'embrasser l'un de ses étudiants ne la gênait pas tant. Puisqu'ils n'étaient pas en public, tout cela restait entre eux, et personne ne pouvait aller les signaler au directeur de l'université. Ainsi, son poste de professeur était en sécurité. Au contraire, cet interdit imposé dans son contrat créait en elle une espèce de rébellion. Après tout, l'être humain n'est-il pas fait pour enfreindre les règles ? La japonaise espérait seulement que Yong Joon n'irait pas le crier sur tous les toits. Pas comme Se Hwan qui lui veut coucher avec elle uniquement dans le but de faire le fier auprès de son groupe de tordus. Le garçon n'était pas si idiot, pas vrai ? Dans tous les cas, Charlie ne pouvait pas lui confesser, lui avouer qu'elle aimait. Que le contact de leurs bouches liées lui plaisait bien plus qu'elle ne l'avait imaginé. Son embarras était bien trop grand pour cela. Pour tout vous dire, rien que l'innocent bisou qu'elle avait donné à Yong Joon sur la joue à l'arrêt de bus l'avait chamboulé. Alors vous imaginez bien son état maintenant qu'ils avaient franchit une étape aussi importante pour elle !

Le garçon avait constaté qu'elle avait chaud. Ne répondant pas à sa première taquinerie, Charlie ouvrit néanmoins les yeux lorsqu'il parla de se déshabiller. Il allait vraiment le faire ?! Se mettant sur les avant-bras, elle le poussa du pied lorsqu'il commença à relever son pull. « Yah ! Je n'ai jamais sous-entendu ça ! Ne déformes pas la réalité ! Sale gosse ! ». Mais quel idiot celui-là ! Laissant donc Yong Joon rire, la brune attrapa l'oreille de celui-ci et vint le serrer tout contre elle, comme une enfant le ferait avec sa peluche, malgré le fait qu'elle avait chaud. Simple besoin de réconfort. En profitant alors pour tenter de calmer les rougeurs de ses joues, Charlie manqua de s'étouffer avec sa salive lorsque son cadet mit enfin le doigt sur cette question de virginité. Paniquant un peu, ses doigts se crispèrent sur l'oreiller. Que pouvait-elle bien lui répondre ? Fixant le plafond, son regard s'assombrit un peu. « Disons que j'ai été élevée à la vieille façon traditionnelle japonaise. Mes parents ont toujours contrôlé ma vie. Et principalement ma vie amoureuse. ». Voilà. Autant faire court et détourné un peu le vrai problème. Finalement, comme à son habitude, Yong Joon revint à l'attaque avec une énième taquinerie. Mais cette fois, s'en était trop pour la jeune professeur. Se redressant d'un coup, elle vint sans prévenir chevaucher le plus jeune, et l'oreiller toujours en main, se mit à le frapper avec sa force de mouche. « Tu vas voir qui va apprendre des trucs à l'autre !! ». Tenant fermement le coussin, pour ne pas qu'il le lui vole, Charlie s'assit sur le bassin de son étudiant, sans réaliser que faute d'avoir les jambes écartées, le bas de sa robe ne cachait plus grand chose. Le frappant, chaque coup était accompagné d'un « ばか » (baka - "idiot") assumé. Finalement, après un moment, la demoiselle était à court de force et prise d'épuisement. Lâchant donc l'oreiller, elle posa ses mains sur le torse de son cadet et baissa la tête, les yeux fermés, pour reprendre son souffle. Et s'est alors qu'elle perçue une drôle de sensation contre son entrejambe. Quelque chose de dur. Fronçant les sourcils, Charlie redressa la tête pour regarder Yong Joon, tout en ondulant légèrement son bassin. « Tu as oublié ton porte feuille dans ta poche ? ». Malgré l'innocence dont elle faisait actuellement preuve, ses joues rougies et son souffle encore un peu rapide et chaude ainsi que ses cheveux quelque peu en bataille lui donnaient un air... terriblement sexy.

AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Ven 26 Fév - 18:00


and it burns in my chest
TENUE ∆ Plus elle s'énervait, plus il riait. Il se tenait même les côtes. Ça l'amusait de l'embêter comme ça et il aimait la faire rougir. C'était tellement facile. Il avait rarement vu une jeune femme prendre des couleurs aussi facilement. Peut être parce que les demoiselles qui fréquentaient étaient souvent plutôt délurées. Les timides, il les évitait. Elles l'ennuyaient plus qu'autre chose. Il n'avait pas la patience de les réconforter pour parvenir à ses fins. Puis elles manquaient souvent de confiance en elles et ça ne l'attirait pas. Il estimait qu'il n'était pas là pour régler leur problème. Pourtant, Charlie respirait l'innocence et ça ne l'agaçait même pas, au contraire, il craquait pour ça. Pour cette teinte rosée sur ses joues et pour ses mimiques de gamine. Éventuellement, il finit par se calmer, non sans difficulté, et se permit de se redresser pour s'approcher de Charlie. Il posa la question qui lui brûlait les lèvres de façon maladroite. Il craignait qu'elle se vexe ou se braque mais à sa grande surprise elle lui accorda une réponse. Yong Joon cessa un instant de faire le pitre, hochant simplement la tête pour lui montrer qu'il comprenait. L'explication lui paraissait plausible et il ne voyait pas pourquoi elle lui mentirait de toute façon. « Ça paraît logique du coup. Sans ça, j'aurais pu croire que vous viviez dans une grotte ou je sais pas. » Il n'était pas le seul à lui tourner autour. Charlie était une belle femme. Elle devait forcément avoir un passé amoureux. Il ne pouvait pas être le premier à l'approcher d'aussi près. Mais elle ne semblait pas disposée à lui en dévoiler plus. En revanche, si elle avait respecté cette éducation si stricte jusqu'à maintenant, cela signifiait-il qu'elle était vierge ? Qu'elle attendait le mariage ? Voilà une toute autre histoire qui le travaillait encore plus.

Il choisit de revenir à une atmosphère plus légère, Charlie n'avait visiblement pas envie de s'attarder sur le sujet et lui non plus, ça le gênait plus qu'autre chose. Mais il ne s'attendait pas à ce qu'elle réplique de manière aussi brutale. Retombant en arrière quand Charlie se hissa sur lui, il se protégea avec ses bras pour éviter les coups d'oreiller alors qu'il se remit à rire. Il entendit vaguement un mot japonais. Une insulte non ? Elle le traitait d'idiot non ? Ça ne l'étonnerait pas. Et ça le fit même rire encore plus. « Yah ! Arrêtez ! Vous n'avez pas le droit de frapper vos étudiants. » Quand elle cessa sa petite scène pour reprendre son souffle, Yong Joon en fit de même et soupira un grand coup. Il laissa ses bras retomber le long de son corps et suivit le mouvement avec ses yeux jusqu'à ce qu'un déclic s'opère dans sa petite tête. Wait, une seconde. Elle était vraiment assise sur lui ? Il baissa le regard. Ses mains sur son torse en plus. Il se mordit la lèvre alors qu'une réaction typiquement masculine se déclenchait un peu plus bas sans qu'il puisse le contrôler. Et sa robe était sacrément remontée en plus. Il ferma les yeux à la seconde où il repéra un morceau de tissu qu'il n'aurait même pas dû voir. Comme pour s'assurer de ne pas regarder, il posa ses mains sur son visage. Puis les enleva quand il la sentit remuer fronçant les sourcils et se pinçant les lèvres alors qu'un frisson irrésistible lui parcourait le bassin. « C'est pas mon portefeuille. » Grogna-t-il en serrant les dents. Non mais sérieux, elle le faisait exprès ou pas ? Il n'arrivait pas à savoir. En tout cas, certains des neurones ne fonctionnaient plus correctement. Sa raison le lâchait. Il l'attrapa par le bras et tira d'un coup pour qu'elle lui tombe dessus. Il s'en mordit les doigts dès la seconde où sa poitrine s'écrasa contre son torse. Et on espérait vraiment qu'il puisse garder son calme ? Il posa ses mains sur ses cuisses en les remontant lentement jusqu'à ses hanches les faufilant sans gêne -mais non sans crainte de se manger une gifle- sous sa jupe. Il approcha ses lèvres de son oreille. « C'est mignon ce que vous portez là. » Il mentionnait bien évidemment ses sous-vêtements alors qu'il commençait lui aussi à avoir chaud. Puis il posa sa bouche sur la sienne quelques petites secondes, il resta à proximité de celles-ci pour la mettre en garde. « Faut qu'vous descendiez de là, sinon j'réponds plus de rien. » Même s'il n'était pas certain de pouvoir la laisser s'en tirer comme ça malgré tout.   
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Ven 26 Fév - 18:30


and it burns in my chest
TENUE ∆ Vivre dans le grotte ? À vrai dire, c'était plutôt comme une prison dorée. Plus jeune, elle se pensait libre de ses actes et de son destin, faute de ne voir qu'en réalité ses parents tiraient les ficelles. Ils avaient su s'y prendre à la perfection pour que jamais elle ne se doute de quelque chose. Mais maintenant qu'elle avait ouvert les yeux et qu'elle avait assez de recul, Charlie s'en voulait. Elle maudissait Yuuka, son ancienne elle, d'avoir pu être si naïve, alors que tout était sous ses yeux, gros et évident comme  un éléphant dans une cage d'ascenseur. M'enfin. Dans tous les cas, les dires du garçon l'avaient quelque peu surprise. Ainsi, pour Yong Joon, une femme n'aurait pas le droit d'être vierge délibérément à 25 ans ? Il fallait absolument qu'elle passe à la casserole avant ses 20 ans ? Wow. La japonaise trouvait cela aberrant qu'on puisse penser de telles choses. Heureusement qu'il y avait encore de nos jours des femmes qui se respectaient ! Il fallait lui apprendre décidément plein de choses à ce gosse. Lui qui voulait que Charlie arrête de le voir comme un enfant, peut-être devrait-il pour cela changer sa vision macho de la vie !

L'entendant rire sous ses coups, la jeune professeur continua donc. « Et toi tu n'as pas le droit de te moquer ainsi de ta professeur ! ». Et puis bon, frapper était un bien grand mot ! Tandis qu'elle reprenait son souffle tout en se questionnant sur ce qu'elle sentait, Yong Joon lui donna une réponse qu'elle ne comprit pas de suite. « Mh ? Bah alors c'est qu-... ». Oh. My. God. Son cerveau venait de tilter. Son visage se mit alors à brûler tant elle devint rouge, et alors qu'elle allait pour se cacher, beaucoup trop embarrassée, Charlie se retrouva tirée brusquement. Elle s'écrasa alors sur le corps de son cadet, ses mains posées sur son torse. Allant répliquer, un long frisson remonta son échine en sentant les grandes et chaudes mains de son élève glisser le long de ses cuisses nues jusqu'à ses hanches, passant sur son petit boxer en dentelle. Mais il faisait quoi là ?! Sentant son cœur accéléré vivement dans sa poitrine, les dires de Yong Joon ne firent rien pour arranger sa gêne. Elle avait envie de disparaître. De se téléporter chez elle. Serrant le pull du garçon dans ses mains, Charlie vint cacher son visage rougit dans le cou de celui-ci. Son corps n'arrivait pas à bouger, comme pétrifié. La brune avait peur. Peur d'être dans ce lieu qui lui était inconnu. Peur de ne pas contrôler la situation. Peur que tout dérape. Serrant les dents, elle rassembla son courage et arriva à se redresser sur les avants-bras. La tête un peu baissée, ses cheveux courts lui cachaient le visage. Timidement, elle leva le regard vers Yong Joon. Mais ses yeux arrêtèrent leur chemin sur les lèvres du garçon. Elles l'attiraient, l'appelaient. Charlie avait beau se dire et se redire qu'elle devait fuir, son corps en décida tout le contraire. En effet, lentement, son visage pencha vers celui du plus âge, et leurs bouches se retrouvèrent de nouveau. D'abord timide voir chaste, le baiser finit par devenir plus assuré, plus affirmé. Ses mains quand à elles restaient crispées sur le pull, faute d'être concentrée dans cet échange. Allait-elle le regretter... ?
AVENGEDINCHAINS
[
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Ven 26 Fév - 19:03


and it burns in my chest
TENUE ∆ Yong Joon leva un sourcil. Elle ne lui posait pas vraiment la question. Ah, son expression venait de changer. Ça y est, elle avait compris ce qui se passait plus bas. Faut dire que le mystère n'en était pas un en vérité mais elle n'avait sans doute pas réalisé la position dans laquelle ils se trouvaient et encore moins qu'à force de gigoter de cette façon elle stimulait une partie plutôt sensible de son anatomie. Parce qu'elle l'attirait, se retenir devenait plus compliqué qu'il ne pensait. Même s'il pouvait prétendre être habitué, il n'était pas un surhomme. Sa robe ne cachait plus grand chose, il sentait sa poitrine contre son torse, difficile de résister à cette tentation. Ses mains se déplacèrent jusqu'à ses cuisses sans qu'il ne puisse les contrôler. Il avait bien trop envie de toucher sa peau et un peu plus d'ailleurs puisqu'il effleura la dentelle de son boxer avant d'arrêter son ascension à ses hanches. Il n'ouvrit la bouche que pour la mettre en garde. Il la prévenait de ce qui pouvait arriver si elle ne se décidait pas à descendre de là pour qu'il puisse respirer et tenter de se calmer. Au fond, il espérait qu'elle n'allait pas bouger mais pensait tout de même qu'elle s'en irait. Alors quand elle nicha son visage dans son coup, il baissa les yeux vers elle, un peu surpris. « Yah ! Vous m'aidez pas. » L'une de ses mains quitta son poste pour se placer derrière la tête de l'enseignante et venir lui caresser les cheveux. Qu'est-ce qui n'était pas mignon chez cette femme ? Comment était-il supposé résister ? Il soupira comme si cette lutte intérieure l'épuisait. Lorsqu'elle se redressa un peu, Yong Joon en profita pour remettre sa main sur sa cuisse. Autant en profiter non ? Il n'était pas du genre à garder ses mains dans son dos de toute façon. « Vous devriez vraiment vous enle... » Il laissa sa phrase en suspend parce qu'elle s'approchait pour l'embrasser. Qu'elle fasse ce premier pas là l'enchantait. Il n'hésita pas une seule seconde à y répondre avec tendresse. Il la laissa même prendre les devants et frissonna en remarquant qu'elle prenait en assurance. Ce baiser n'avait désormais plus rien à voir avec le premier. Yong Joon lâcha ses cuisses pour glisser ses doigts dans ses cheveux et les ramener en arrière dans sa nuque, parce que ça chatouillait trop son visage et qu'il pouvait ainsi l'empêcher de s'arrêter. Surtout pour ça.

Mais l'échange s'enflammait. Il soufflait bruyamment à chaque fois que leurs lèvres avaient le malheur de se séparer un peu trop, ne serait-ce que quelques secondes. Et ça ne l'aidait absolument pas à éclaircir son esprit ou à se calmer. Il ne savait plus ce qu'il devait faire. Il n'osait pas faire grand chose en fait. Il avait bien trop peur de la faire fuir. Mais en même temps, ce n'était pas son genre de ne rien tenter et puis il en rêvait depuis si longtemps. Sans cesser de l'embrasser, il déboutonna le premier bouton de son col. Elle ne réagissait pas et se lança donc pour déboutonner le suivant ce qui lui fit un décolleté bien plus plongeant. Ça tombait bien parce qu'il était inexistant avant ça. Cette fois, il quitta ses lèvres mais embrassa son menton, sa machoire et puis son cou. Il descendit un peu plus, tout doucement dans son décolleté et hésitant à aller plus loin, il laissa retomber sa tête sur l'oreiller pour planter son regard dans le sien. Si elle était rouge comme une pivoine, ses joues à lui se teintaient de rose aussi. Il faisait chaud ici. « C'est votre dernière chance. » La dernière occasion qu'il lui laissait de s'échapper alors qu'il posait ses doigts sur un nouveau bouton prêt à le défaire. Il ne voulait cependant rien faire contre sa volonté ni risquer de lui faire peur. Après la crise des toilettes, il sentait quelque chose clochait sur son rapport aux hommes.  
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

avatar
INFORMATIONS
Wons : 376
Messages : 237
Emploi/loisirs : professeur de japonais à l'université Han + chanteuse-pianiste dans un café branché
Humeur : #joolie
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Ven 26 Fév - 19:42


and it burns in my chest
TENUE ∆ Elle découvrait tant de choses avec Yong Joon. Toutes ces petites sensations, ces situations anodines qui pourtant pour elle lui étaient jusqu'alors inconnues commençaient à s'ouvrir à elle. Par exemple, plus tôt, il avait lier leurs doigts. C'était peut-être un geste simple et sans grand intérêt pour la majeure partie des gens, mais pour Charlie, c'était tout nouveau, au même niveau que les baisers. Alors, candide, elle profitait de chaque instant, de chaque ressentit. La japonaise était telle une page vierge, que son cadet remplissait progressivement, avec précaution. Car oui, elle n'était pas bête. Elle sentait bien qu'il prenait soin d'elle, qu'il faisait attention à ses gestes, même s'ils étaient un peu osés pour une demoiselle inexpérimentée. Et elle en était touchée. Vraiment. Qu'il fasse attention à elle lui réchauffait ce cœur qui s'était éteint quelques années auparavant. Charlie avait l'impression de revivre. Que sous les doigts de Yong Joon, une seconde vie s'offrait à elle. Tel un papillon qui sortait progressivement de sa chrysalide. Elle aimait ce sentiment. Savoir qu'elle pouvait lui faire confiance. Car il lui avait assurer sa sincérité, non ? En lui disant toutes ces belles choses plus tôt. Elle voulait le croire. Lui laisser le bénéfice du doute. Il avait mérité sa seconde chance.

Ce baiser, qu'elle rendait délibérément plus assumé que les précédents, Charlie n'arrivait pas à croire qu'elle en était l'origine. C'était elle, qui était venue à lui. Pour la première fois. Est-ce qu'elle le regrettait ? Non. Yong Joon avait su lui donner envie. Et puis, maintenant qu'il lui avait volé son premier, elle n'avait plus vraiment de raison de lui en refuser d'autres n'est-ce pas ? Le laissant volontiers lui tenir les cheveux en arrière, puisqu'ils la dérangeaient également, la brune sentit bien que du côté de son cadet, les choses s'enflammaient. Lorsqu'il entreprit de lui défaire les boutons de sa robe, elle le laissa faire. Tant qu'elle, ou plutôt, ils avaient toujours leurs vêtements, elle ne craignait rien. Lorsque leurs lèvres finirent par se quitter définitivement, Charlie laissa un faible soupire chaud s'échapper. Mais l'étudiant n'avait visiblement pas envie de s'arrêter en si bon chemin. Fermant les yeux, elle profita alors pleinement des baisers que lui offrait Yong Joon à différents endroits. Jamais son ex fiancé n'avait prit la peine de faire de telles choses. De toute manière, il n'avait jamais posé sa bouche sur elle, qu'importe l'endroit. Donc bon. De nouveau, un frisson traversa son corps, plus long cette fois-ci. Serrant davantage ses doigts sur le pull, la jeune professeur n'arrivait désormais plus à contrôler les battements rapides de son cœur. Mais d'un coup, tout s'arrêta. Le garçon venait de se rallonger sur le lit, et la regardait, les joues roses. Hein ? Les joues roses ? Surprise, Charlie cligna des yeux et se redressa un peu, pour mieux voir. Non, elle ne rêvait pas. Était-ce de sa faute, ou bien était-ce l'excitation de l'instant ? Lorsque Yong Joon brisa le silence, la japonaise se figea. Sa dernière chance ? Sinon quoi ? Ils... ? Fuyant alors soudainement son regard, elle se remise en position assise sur le bassin du plus jeune, cette fois un peu plus haut, ne voulant pas recommencer la situation de plus tôt. Lui lâchant le haut, elle joua un instant nerveusement avec ses ongles avant de se cacher le visage avec ses mains, réflexe décidément ancré chez elle. À voix basse elle lui répondit : « Je... J'ai peur Yong Joon... Peur de cet inconnu... Je... J'ai envie de fuir... mais aussi de rester... ». Et puis, elle avait peur qu'il se moque de son incompétence . Elle avait peur qu'il n'aime pas son corps si plat. Elle avait peur de revoir son ex fiancé. Elle avait peur d'avoir mal de nouveau. Elle avait peur qu'il la rejette ensuite. Bref. Charlie était apeurée, pétrifiée.
AVENGEDINCHAINS
avatar
INFORMATIONS
Wons : 490
Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie Ven 26 Fév - 21:13


and it burns in my chest
TENUE ∆ Mêlée à la douceur, une envie fiévreuse se dégageait de la danse qui se jouait entre leurs lèvres. Yong Joon tenait avec fermeté sa nuque pour approfondir leur baiser et ne pas lui laisser le temps de réfléchir. Il souhaitait qu'elle se laisse aller et qu'elle découvre tous les frissons que ce geste pourtant banal pour lui pouvait déclencher. Enfin, plus si banal. Il ressentait des connexions qu'il ne connaissait pas. Son cœur commençait à battre à un rythme moins tranquille. Il se permit de parcourir son corps en s'efforçant de ne pas dépasser les limites et ainsi d'éviter de la brusquer. S'il lui envoyait trop d'informations d'un coup, elle risquait de s'affoler et de lui échapper. Puis il désirait prendre son temps. À en juger par ses réactions, Charlie ne devait pas avoir l'habitude qu'un homme la touche. Il la voyait se crisper ce qui le perturbait et même le dérangeait. Pas parce que son manque d'expérience l'ennuyait mais bien parce qu'il craignait de déclencher une crise, de la mettre mal à l'aise ou qu'elle n'apprécie pas ces attentions. Malgré tout, il doutait encore. Il se demandait d'où venait cette réserve. Il ne s'agissait pas seulement de timidité. Quelque chose de différent se cachait derrière ce comportement. Mais quoi alors ? Elle ne l'avait jamais fait ? Yong Joon laissa retomber sa tête lourde d'interrogations. Elle ne semblait même pas avoir conscience de tout l'effet qu'elle lui faisait. Pourtant, à en juger par les pommettes rosies du plus jeune, et surtout par ce qu'il se passait dans son pantalon, difficile de ne pas comprendre. Intrigué, il la regarda se redresser en se mordant la lèvre. Elle ne réalisait même pas combien elle était sexy en cet instant. Ses cheveux un peu bataille, les boutons ouverts qui dévoilaient sa peau et sa jupe tellement remontée qu'il apercevait son boxer quand il baissait les yeux. Il s'obligea à se concentrer sur son visage et plissa les yeux quand elle reprit la parole comme s'il avait besoin d'un décodeur. Il tilta sur le mot 'inconnu' et se redressa sur ses coudes. « Est-ce que vous êtes... vierge ? » Et comme toujours ce cruel manque de tact. Cela ne faisait définitivement pas partie de ses qualités. Yong Joon oubliait trop souvent de placer un filtre entre ses pensées et sa bouche. Ça lui jouait bien des tours d'ailleurs.

Alors il se hissa comme il put pour se retrouver assis. Elle cachait encore son visage. Une sorte de réflexe chez l'enseignante. Mais Yong Joon lui prit les mains et doucement l'invita à les descendre. « Arrêtez de penser. Vous réfléchissez trop. » Et lui peut être pas assez, mais là n'était pas véritablement le problème. Il voulait juste qu'elle se sente à l'aise avec lui. Tandis qu'il cherchait dans les yeux de la belle ce qu'il pouvait bien faire pour la rassurer, il soupira doucement. Il n'avait pas l'habitude de rassurer une femme. Il ne savait plus comment faire. Délicatement, il replaça les cheveux de Charlie derrière ses oreilles. « Dites-moi stop. » Il l'embrassa du bout des lèvres. « Dites-moi stop et j'arrête. » Il reproduisit le même manège et dessina sur sa peau un nouveau chemin de baisers partant de sa bouche, passant sur son menton puis son cou. Il s'y attarda plus longuement, la chatouilla avec la pointe de sa langue avant de descendre plus bas encore. Il ouvrit encore un bouton et dévoila ainsi son soutien gorge dont il frôla le bord avec le bout de son nez avant de poser ses lèvres dessus. Tant qu'il n'entendait rien, il continuait. Un dernier bouton sauta et n'étant pas contorsionniste, il se recula pour jeter un œil au tableau. Ce qu'il admirait lui plaisait beaucoup et cela se lisait dans son regard brûlant d'envie. « Vous avez toujours envie de fuir ? » Il espérait un peu moins quand même. « Vous voulez me l'entendre dire ? » Il lui sourit, attendri par sa fragilité. « Vous êtes belle. »   
AVENGEDINCHAINS

_________________

« i was in the wrong place at the wrong moment. »

INFORMATIONS
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: +18/ and it burns in my chest. ft. charlie

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Money & Power :: NASTY PIGS ! :: archives :: RP :: rp - mars-