Partagez|
so we meet again ? #jinix
avatar
INFORMATIONS
Wons : 50
Messages : 29
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: so we meet again ? #jinix Lun 22 Fév - 1:08

so we meet again ?.
phoenix + ji hwan


Phoenix arpente les rues d’un pas lent mais assuré, soufflant dans ses mains rougies par le froid de février. Les gens se confondent autour de lui, ils s’esclaffent, titubent, certains sortent tout juste des bars pour continuer leur chemin en boîte de nuit, d’autres, comme lui, errent comme des âmes perdues. C’est un nouveau samedi soir comme les autres qui remplit sa vie monotone. Il vient tout juste de finir de vendre à la sortie d’une boîte, des jeunes inconscients en recherche d’adrénaline, prêts à dépenser sans compter, pour une herbe de mauvaise qualité. Mais ses poches sont remplies, et c’est tout ce qui l’intéresse. Une femme fait tomber son sac et Effy le ramasse. Les 10000 wons dans son portefeuille lui arrache un soupire, mais il s’en contentera. C’est ça, sa vie. La moindre petite pièce compte, le moindre petit centime, tout ce qui peut l’aider à nourrir sa famille lui suffit. Il ne pense que très peu à lui. De temps en temps, lorsque la pêche est bonne, il s’autorise à acheter de nouveaux vêtements –comme la veste en cuir qu’il a sur le dos, esthétique mais peu pratique, mais ça s’arrête là. Il aimerait bien sortir de la rue, parfois. Mener une vie normale. Peut-être faire des études, se mettre au sport. Mais il sait qu’il n’est voué qu’à la médiocrité, et la masse crasseuse qu’il est continue de dévaler dans les rues en lançant des regards hargneux à tous ceux qui osent le regarder un peu trop longtemps.
Il compte son argent, comme d’habitude. Les billets défilent entre ses doigts et les numéros se mélangent dans sa tête pour arriver à un total qui le fait souffler. Tout juste assez pour nourrir sa sœur et sa mère pour les prochains jours à venir. Il ne mangera pas ce soir, ni demain, et son corps trop maigre décroît de jours en jours.
Le lampadaire scintille et une mélodie se mélange dans les rires des gens. Une mélodie qui l’arrête, net, sur le trottoir devant ce bar. La façade annonce la couleur : foutu bar à cocktails rempli de fortunés, de vieux PDG cherchant à fuir leurs femmes trop capricieuse et jamais contentes dans les bras de filles comme lui : aveuglées par l’argent, prête à tout pour se remplir les poches. Le genre de bar dans lequel il ne mettrait jamais les pieds, si ce n’était pas pour ce son familier.
Et, au fur et à mesure qu’il s’enfonce dans cet univers inconnu, il reconnait cette harmonie, cette cadence parfaitement maîtrisée qui resurgit de nulle part, après des mois de silence. Et il le voit, là, devant le piano les yeux clos, emporté par la poésie crée par ses doigts de fée. Ceux de Phoenix se crispent tandis qu’il regarde son ancien ami jouer dans l’univers qu’ils convoitaient. La rage lui serre la gorge, mais il n’arrive pas à bouger. Là, près du bar, à quelques mètres de celui qu’il considérait autrefois comme son ami. Les poings serrés, il contemple ses cheveux nouvellement colorés et son expression sereine, rêvant de voir le sang couler de son nez.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
avatar
INFORMATIONS
Wons : 115
Messages : 186
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: so we meet again ? #jinix Lun 22 Fév - 13:21

so we meet again ?.
phoenix + ji hwan


Autrefois il ne se serait pas gêné pour leur cracher au nez, aujourd'hui il avait encore une fois cédé à la facilité. Argent facile pour peu d'effort, il avait accepté de jouer dans un bar peuplé d'individu aussi détestable les uns que les autres : Riches bien trop fortunés ennuyés par leur soit disant misérable quotidien ou encore bonnes femmes qui ne trouvaient leur fortune que dans la luxure, c'était par le passé ce genre de personnes qu'il définissait par le mot exécrable. Cependant, aujourd'hui il avait vendu sa bonne conscience en échange de quelques vaines paroles mais surtout l'influence de son supérieur qui était présent parmi les conviés. Ceux-ci ayant eu vent de son talent, alors il y a quelques années lui auraient allégrement marché dessus, lui proposèrent de jouer quelques mélodies pour animer la soirée. « Génie », « prodige », « enfant talentueux », il fût présenté comme une nouvelle bête de foire ayant comme simple but d'émerveiller les autres. Si avant il ne jouait que pour ceux qui lui étaient chers et ceux dont il voulait apaiser le cœur, désormais c'était devenu son gagne-pain ; sa fierté ayant été acheté pour quelques billets. Sans trop se faire attendre, il s’essaya auprès du piano avant de se laisser porter par son instinct.
Naturellement, ses doigts se positionnèrent de telle sorte qu'il rejouait pour cet unique instant, cette précieuse mélodie qu'autrefois il n'offrait qu'a une seule personne, une personne qui avait partagé ses joies et ses peines, ses pleurs par le passé. Il la présentait comme une chose inédite auprès des conviés, mais cette mélodie il l'avait composé avec cette oreille attentive, celle qu'il avait perdu de vue. Il aurait voulu la revoir cette personne, mais il n'avait jamais trouvé le courage de la retrouver. Que lui dire après tout ? Il était sorti de la pauvreté, de sa misérable situation et il l'avait lâchement abandonné. Le jour où la chance lui avait enfin sourit, ce jour il où il voulait partager avec lui sa joie ils s'étaient terriblement disputés. Sûrement pour une raison misérable qui allait rapidement se régler, mais qui en l’occurrence l'avait découragé de lui faire part de la nouvelle parce qu'il avait trop peur de le perdre à cause de sa jalousie parfois un peu trop excessive. Cependant, il était loin d'imaginer que cette simple dispute allait mener à la situation d'aujourd'hui. Sa peur de lui reparler l'avait finalement paralysé et ils ne se sont plus revus depuis lors.
Une fois le morceau fini, ses yeux se rouvrirent lentement, se tournèrent en direction de son public attentif et d'un simple battement de cils il leur offrit un large sourire à contre-cœur, rempli de fausseté et de mépris qu'il avait consciencieusement camouflé. Ayant salué son public, il s’engouffra dans la foule afin de s'isoler au bar pour chercher de quoi de rafraîchir. D'un simple mouvement d'épaule, alors qu'il cherchait une place pour s'installer confortablement, il vit cette chevelure décolorée accompagnée de ce visage si familier. « Effy ? » Ce nom qu'il prononçait avec frayeur lui rappelant ces moments de tristesse et de bonheur mais aussi cet ami, si précieux et chérissable mais qui aujourd'hui l'effrayait tant son visage semblait déchiré par la colère.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________
Maman,
je suis un enfant pour toute la vie,
j'écorche mes genoux aux graviers,
j'offre des pâquerettes aux filles que je trouve jolies,
je fais le funambule sur les rebords des trottoirs.
Maman, est-ce que tu m'en veux de ne vouloir grandir ?
(c) Myuu.BANG!
avatar
INFORMATIONS
Wons : 50
Messages : 29
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: so we meet again ? #jinix Lun 22 Fév - 16:39

so we meet again ?.
phoenix + ji hwan


Alors c'est ça sa vie, maintenant ? Feindre des sourires aux ennemis, porter des costumes hors de prix et rougir sous la cacophonie des applaudissements ? C’est pour cette vie qu’il a laissé Phoenix et tout ce qu’ils partageaient ? La rue, les rires, les engueulades, mais aussi les embrassades. Avant, cette musique il l’a jouait devant lui, seulement lui ; et même s’il prétendait le contraire en faisant mine de détester ça, au fond, il adorait l’écouter. Il y avait même un soupçon de jalousie qui marinait en lui : parce que Ji savait ce qu’il voulait faire, il avait des rêves, des ambitions, et Phoenix n’était qu’un gamin paumé destiné à pourrir dans des rues mal éclairées.
Il sent sa veine péter contre sa tempe alors que son ami d’avant rouvre les yeux. Les mains tremblent de rage, la rage de s’être fait abandonné, complètement duper, d’avoir accordé sa confiance à la mauvaise personne. C’est ça sa plus grande peur, au fond. L’abandon. C’est pour ça que Phoenix ne s’attache pas, parce que c’est exactement ce qui arrive : on l’abandonne, on le déçoit. Et Jihwan l’a tellement déçu qu’il n’entend même plus les mains claquer dans la salle. Juste le son de son cœur qui pompe du sang un peu trop fort, un peu trop vite, et un peu trop violement.
Il ne le quitte pas des yeux lorsqu’il se fraye un chemin près du bar, fonçant tout droit vers le gamin déboussolé. Il a l’air bien loin le temps où ils riaient autour d’une bière, dans un bar miteux et mal fréquenté. Là, Ji se dirige sûrement vers le comptoir pour commander une Margarita ou un autre connerie du genre, et le simple fait de l’imaginer siroter la boisson verte lui glace le sang.
Le truc avec Phoenix, c’est qu’il ne sait pas comment fonctionne l’amitié. Il n’arrive pas à se réjouir lorsque ses amis réussissent à sortir du système, au contraire, il rêve de les voir replonger. Mais il a l’impression de tous les observer partir un à un, avancer sans lui, le laisser derrière complètement à la ramasse et impuissant. Parce que Phoenix, il sait qu’il n’en sortira jamais, c’est foutu pour lui. Il n’a aucun talent, aucune ambition, aucun contact sain. Sa vie, c’est la rue, et il a désespérément besoin qu’on l’en sauve.
Ji le remarque et un sourire malsain étire les lèvres du décoloré en voyant son visage en décomposition. Il veut le détruire, autant physiquement que mentalement. Faire tomber en ruines tout ce qu’il a construit. Alors il s’approche de lui et pose une main sur son épaule pour la serrer fort, bien trop fort. Ses ongles s’enfoncent dans la veste du roux tandis que son sourire ne le quitte pas. Sourire néfaste, remplit de mauvaises intentions, de désir de nuire. « Tu me payes à boire ? » Il penche légèrement sa tête sur le côté pour accentuer sa question avant de trainer le nouveau riche devant le bar sans jamais lâcher prise. « Trois shots. » Il a besoin de s'étirer avant de passer à l'action. Boire cul sec, sentir l'alcool lui brûler l'estomac et le traîner dehors.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
avatar
INFORMATIONS
Wons : 115
Messages : 186
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: so we meet again ? #jinix Lun 22 Fév - 17:54

so we meet again ?.
phoenix + ji hwan


Si Ji Hwan avait pris la ferme résolution de ne pas revoir son ami, bien trop terrorisé à l'idée de voir sa réaction, le destin avait pris les choses en main et en avait décidé autrement.
Il le toisa, pétrifié lorsqu'il reconnaissait son visage. Celui avec qui il avait partagé tant de choses, de souvenirs. Ah la rue ! Il n'y avait pas que de la noirceur à cet époque, même s'il trimait pour obtenir le moindre centime, qu'il se laissait mourir de faim afin que ses sœurs cadettes puissent se nourrir, que même s'il avait tout sacrifié pour se payer un piano miteux, il avait tout de même partagé son temps avec ce garçon. Il l'appréciait bien plus qu'il ne l'imaginait en réalité. Malheureusement il ne se rendit compte de son importance qu'une fois qu'il l'avait perdu. Il lui manquait tellement. Pour leurs rires, leur complicité, les souvenirs qu'ils ont partagés…. Il avait osé lui donné sa confiance, et jamais une seule fois il l'avait regretté.
Mais désormais, tout s'enchaînait bien trop vite pour son petit cœur, la surprise, la joie, la honte, la peur, il ne savait même plus comment il devait se comporter en face de lui désormais. Ses lèvres tremblantes, il ne fût qu'en mesure d'articuler timidement son prénom, confus par la situation. Il resserra ses doigts sur les plis de sa veste, tandis que Phoenix se rapproche de lui avec une expression qui l'effrayait. Ji Hwan n'était pas une personne facilement émotive ou même impressionnable, au contraire il prônait l'indifférence et le calme, ce qui par le passé leur permettait si bien de se compléter. Parce que le blond, sang-chaud marchait mieux avec les poings tandis que Ji lui le tempérait. Si aujourd'hui il montrait une expression que d'ordinaire il ne montrait jamais, c'était tout bonnement parce qu'il était perdu. Il voulait le serrer dans ses bras, s'excuser, lui dire qu'il lui avait manqué. Il voulait savoir comment il allait aujourd'hui, l'inviter à boire chez lui, lui montrer sa nouvelle vie, sa petite bulle que seule peu de personne connaissaient. Mais il n'osait pas. Comme ce fameux jour où ils s'étaient fait leur ultime dispute. Il avait peur qu'il s'éloigne qu'il ne le revoie plus, aujourd'hui c'était presque similaire, il avait peur de le perdre définitivement, qu'il se mette dans une colère incontrôlable. Et il avait raison, Jihwan le méritait. Sentant sa poigne sur sa pauvre épaule, la violence du geste lui arracha une grimace qu'il tentait en vain de camoufler. La main tremblante, encore sous le choc, il acquiesça sans vraiment avoir la possibilité de refuser. Néanmoins, prenant son courage à de mains il l'osa l'affront.« Deux bières plutôt. » Espérant ralentir la montée d'adrénaline du garçon en leur commandant quelque chose de bien moins alcoolisé, il le regarda, croisa finalement son regard et poursuivit « Tu sais très bien que je tiens mal l'alcool ». Il lui offrit un sourire gêné, comme si son ami venait de lui poser la question, se rappelant combien de fois par le passé il lui avait dit cela, que le pauvre n'était même pas foutu de tenir un shot avant de finir pompette. Il souriait, mais ce sourire fût rapidement abrégé. En même temps que leurs verres arrivèrent, l'expression du garçon se décomposa, son courage ayant pris la poudre d'escampette. Ses doigts crispés, attachés sur le pauvre tissu de sa veste, il cherchait de quelle manière il devait exprimer ses mots. Puis, baissant le regard d'une manière presque solennelle, laissant son épaule continuer à faire malmener par le décoloré, il prononça enfin les paroles qui brûlaient au fond de sa gorge. « Je suis désolé. Je n'ai aucune excuse pour ce que j'ai fait ». C'était enfin dit, mais c'était sûrement trop tard. Trop tard pour réparer sa lâcheté. Il avait perdu son ami ; son précieux ami.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________
Maman,
je suis un enfant pour toute la vie,
j'écorche mes genoux aux graviers,
j'offre des pâquerettes aux filles que je trouve jolies,
je fais le funambule sur les rebords des trottoirs.
Maman, est-ce que tu m'en veux de ne vouloir grandir ?
(c) Myuu.BANG!
avatar
INFORMATIONS
Wons : 50
Messages : 29
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: so we meet again ? #jinix Lun 22 Fév - 23:17

so we meet again ?.
phoenix + ji hwan


Une boule de feu grandit dans son ventre, le ronge de l’intérieur. Il va exploser. Les mains tremblent et le monde entier semble tourner un peu trop vite. La simple vue de son visage lui donne envie d’hurler, d’le frapper, de tout casser. Il se rappelle des jours ayant suivis leur dispute. Ils n’avaient généralement pas l’habitude de se battre aussi violemment, mais quand ça arrivait, l’un ou l’autre finissait par revenir en rampant. Cette fois-ci, c’était Effy. Après quelques jours sans nouvelles, il s’était dit qu’il allait peut-être faire un effort. Un message sans réponse. Deux messages sans réponse. Trois. Quatre. Des appels dans le vide qui, après un certain temps, le menait directement sur la messagerie –qu’il avait fini par connaître sur le bout des doigts. Puis la peur ressentie, la peur qui ronge l’estomac, qui le garde éveillé la nuit. L’inquiétude que quelque chose soit arrivé à son meilleur ami. Au fond, il avait besoin de lui, plus qu’il ne voulait se l’admettre. Jihwan, c’était son pilier, le seul qui arrivait à le calmer. Effy était un feu beaucoup trop vif et sauvage, et Ji était l’eau, qui, par la force de ses mots arrivait étrangement à l’apaiser.
Mais maintenant, il ne ressent plus que de la haine envers lui. Elle tambourine contre ses tempes, déchaine ses entrailles. Elle le crispe lorsque le roux s’interpose entre son choix et commande deux bières à la place. Il le regarde des flammes dansants dans les yeux, mais il n’a néanmoins pas le temps de riposter que son ancien ami lui rappelle la facilité avec laquelle l’alcool lui monte à la tête. Il a envie de lui dire « C’est vrai, je préfère que tu sois conscient quand ta tête embrassera le sol », mais il se tait, se contentant de plisser les yeux en le menaçant silencieusement. Jihwan sourit, Jihwan a l’air heureux. Jihwan tient le col de sa veste comme si sa vie en dépendait, comme si Phoenix allait lui arracher. Pas tout de suite. Pas tout de suite. Les bières arrivent, le décoloré boit la sienne d’une traite en quelques secondes, faisant claquer le verre sur le comptoir tandis qu’il le repose. Il a pas l’temps pour les enfantillages, les bavardages inutiles, et les discutions sur le temps qu'il fait dehors. Lui, il veut le visage de Ji entre ses mains, lui montrer à quel point il l’a déçu, à quel point il lui a fait du mal, plus de mal qu’il ne se l’avouera jamais.
Le pianiste s’excuse et une étincelle explose dans l’estomac de Phoenix. Il en rit jaune. Une cacophonie malsaine s’échappe de sa bouche alors qu’il attrape son ancien ami par la nuque et l’oblige à le suivre. Il ne rigole plus. Il ne veut plus rire. Il veut comprendre comment, et surtout pourquoi. Et il veut le comprendre à sa façon.
Le froid lui gifle le visage alors qu’ils se retrouvent dehors, la main glacée du blond tenant toujours aussi fermement le cou du traître. Une allée sombre et déserte juste à côté de la bâtisse lui semble l’endroit idéal pour un règlement de compte. Il s’y dirige d’un pas rapide et déterminé, exerçant une plus forte pression autour du cou de son jadis ami avant de le jeter contre le mur, les gestes durs et remplis de rage. « T’étais où !? » Il lui demande presque paisiblement avant de coller son genou dans le ventre du rouquin, libérant peu à peu cette frustration qui le rongeait depuis des mois. « T’ETAIS OU, PUTAIN !? » Il cri, maintenant. A pleins poumons, il lui cri toute sa haine, toute sa rancœur, toute sa déception. Il fait les cent pas devant lui avant de l’attraper par les cheveux, le forçant à le regarder. « P’tit enfoiré. Tu suces les bourges, maintenant ? C'est pour ça qu't'es parti !? Pour ton piano de tapette !!? »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
avatar
INFORMATIONS
Wons : 115
Messages : 186
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: so we meet again ? #jinix Mar 23 Fév - 2:20

so we meet again ?.
phoenix + ji hwan


Il avait peur. Peur de la tempête qui allait se déchaîner sur lui. Phoenix était incontrôlable, il était impétueux, irascible, colérique et seul Ji Hwan arrivait autrefois à le canaliser, à dompter son hostile caractère par un phénomène inexplicable. C'était probablement son calme, son hardiesse, celle de ne pas avoir craint le garçon, d'avoir cherché à le comprendre, d'avoir compris qu'il avait juste besoin d'une lumière pour ne pas s'égarer dans ce bas-monde. Mais cette fois, ça n'allait pas le sauver. Il connaissait par cœur le garçon et cette fois-ci il constatait avec terreur qu'il était enragé. Son regard de prédateur le dévorait déjà, attendant uniquement le moment propice pour le punir pour sa trahison, l'achever tel un oiseau de proie.
Après un court silence, il s'excusa pitoyablement. Il savait pertinemment qu'elles étaient vaines et qu'il était probablement trop tard. Que seul les mots ne pourraient le racheter après l’odieuse chose qu'il avait commise. Mais au fond, c'était quelque chose de symbolique en soit. C'était une confession qui avait mis des mois à sortir de sa bouche, mais aujourd’hui il avait eu le courage de le dire, même si cela était désormais inutile. En voyant le blond lui rire au nez, l'expression malsaine, il se contenta de baisser le regard, ne trouvant même plus les mots pour exprimer à quel point il regrettait, à quel point il était désolé. Et lorsque la poigne de Effy se montra plus prononcée et plus douloureuse, le garçon ne réagissait même plus, attendant que sa sentence tombe. Docilement il se laissa traîner jusqu’à l'extérieur dans une de ces ruelles qu'il reconnaissait. Ce même genre d'endroit ou il avait sûrement fait sa connaissance, où après deux ou trois coups ils s'étaient liés d'amitiés. Aujourd'hui c'était peut-être leurs adieux qui allaient se dérouler ici.
Il joua la carte du mutisme, son esprit encore perdu dans ses pensées, sa voix encore inaudible. Puis soudain, une vive douleur à l'estomac le ramena à la réalité. Il se mordit la lèvre, se tordit de douleur. Mais il le riposta pas, parce qu'il s'intimait qu'il le méritait. Ses os encore fragiles de par son extrême maigreur passée, craquèrent sous le choc, lui arrachant un faible gémissement. Ses forces l'abandonnèrent déjà tandis que son corps se pétrifia cherchant prématurément à signer l'armistice pour une guerre qu'il n'avait pas déclaré. Il haletait, cherchant avec difficulté à reprendre son souffle en se contentant de regarder dans le vide puis, fatalement, il se laissa lentement glisser le long du mur, mais il fût rapidement stoppé par le garçon qui n'avait probablement pas eu son compte. L’agrippant par sa crinière de feu, continuant à déverser sa rage, le pianiste le toisa au moment même où il attaqua la corde sensible. « J'suis une pute ouais. Toi t'aurais refusé si on t'avait promis d'offrir une maison à ta mère et des études à tes sœurs ? » Le regard à nouveau ravivé, avec véhémence il lui avait rétorqué ces mots qu'il n'aurait osé prononcer plus tôt. « j'suis qu'un gros con. Un putain d'enfoiré comme tu le dis si bien. Autre chose ? Au lieu de te fatiguer à réfléchir, j'te laisse faire ce que tu as toujours si bien fait. » De façon inattendue, alors qu'il y a quelque minutes il cherchait un terrain d'entente, il prôna désormais la violence comme solution désespérée pour calmer ses ardeurs. D'ordinaire le garçon cherchait toujours à régler les problèmes par les mots avec une douceur inédite mais ce soir il ne la méritait pas. Ce soir, il cherchait sa rédemption dans la violence des poings de son ami.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________
Maman,
je suis un enfant pour toute la vie,
j'écorche mes genoux aux graviers,
j'offre des pâquerettes aux filles que je trouve jolies,
je fais le funambule sur les rebords des trottoirs.
Maman, est-ce que tu m'en veux de ne vouloir grandir ?
(c) Myuu.BANG!
avatar
INFORMATIONS
Wons : 50
Messages : 29
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: so we meet again ? #jinix Mer 24 Fév - 17:30

so we meet again ?.
phoenix + ji hwan


Il pensait que le frapper allait le soulager. Que le genou dans son ventre, et le voir agoniser allait lui ôter ce poids insupportable des épaules. Ce poids qu’il se trimbale depuis trop longtemps. Mais rien. Rien d’autre que de la frustration mélangée à son excès de colère alors qu’il serre un peu plus les cheveux roux dans sa main rougie par la haine.
Puis il ose parler de sa mère et sa sœur. Il ose, et pendant quelques secondes, les yeux du décoloré chassent la rage pour laisser place à de l’étonnement, tandis que son vis-à-vis profite de ce moment de faiblesse pour continuer à cracher les mots qui font mal.
Ca devient rouge. Dans ses yeux, dans son ventre, dans ses entrailles en feu ; et son regard est tellement noir qu’il en ferait trembler le diable.
« J’te laisse faire ce que tu as toujours si bien fait. » Parce que Phoenix, il a pas autant d’talent que Ji Hwan. Son seul talent, à lui, c’est cogner. C’est détruire les gens sous ses poings et ses mots acrimonieux, leur montrer sa supériorité. Et c’est c’qu’il compte faire avec Jihwan. Il veut le détruire, ou au moins lui faire ressentir c’qu’il a ressenti.
C’est pas le genre de Phoenix, d’être heureux de la réussite de ses amis. Mais il aurait pût, avec un peu de volonté. Il aurait pût être heureux pour lui et lui montrer, sans en avoir après son argent. Mais Jihwan a préféré l’abandonner dès la seconde où il a percé et il va lui faire payer. Par la force de ses poings et ses mots trop crus, il va lui montrer c’que ça fait. Lui faire ressentir à l’extérieur tout c’qu’il a pu vivre à l’intérieur. Seul. Tout seul.
Et il laisse la rage le contrôler. Ses poings s’affalant sur la mâchoire saillante du roux, puis son nez. Il ne cherche même pas à se mettre en position de défense au cas où son ancien ami chercherait à riposter. C’est plus Phoenix, c’est le diable en personne qui a prit l'ultime possession de son corps et les flammes de l’enfer brûlent dans ses yeux. Un autre coup dans le ventre, puis sur la tempe, il finit par jeter sa victime au sol, exténué. Mais pas assez pour s’arrêter, et ses pieds le ruent de coups dans le dos, les jambes. Avec moins de puissance que ses coups précédents, mais assez pour sentir le corps tout entier de sa marionnette craquer. Il finit enfin par le sentir, le poids qui allège ses épaules. Et, à bout de souffle, les jambes tremblantes de haine et de faim, il crache sa haine au visage du déformé. « C’est c’qui arrive quand on m’prends pour une pute. » Les genoux légèrement fléchit pour rapprocher son visage de l’homme à terre, il sent des larmes de rage remplir ses yeux cernés. « Alors, ça valait l’coup, au moins ? J’espère que t’as assez d’argent de côté, parce qu’avec ta sale gueule déformée plus personne va vouloir de toi avant un moment ! » Il cri presque, il crache ses mots comme du venin en plein sur son visage, sèchement, sans retenue.  Puis sa voix se fait plus calme, bien que toujours autant menaçante. « De toute façon t’as aucun talent. Tu l’as pas encore compris ? T’es rien du tout, et bientôt tout l’monde le remarquera, et tu t’retrouveras au point de départ. Sauf que tu s’ra tout seul, cette fois. »


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
avatar
INFORMATIONS
Wons : 115
Messages : 186
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: so we meet again ? #jinix Jeu 25 Fév - 0:05

so we meet again ?.
phoenix + ji hwan


Réalisant son ultime aveu, il laissa alors celui qu'il appelait autrefois ami devenir son bourreau en abandonnant son corps sans défense face à sa colère et à la violence de ses poings.
Alors qu'il avait tout ses sens en alerte, que sa conscience réclamait qu'il réagisse, il se laissa porter par cette inhumaine torture. Il souffrait le martyr, découvrant une douleur qu'il n’avait jamais vécue auparavant lui arrachant contre son gré de faibles gémissements. Il sentait ses os un à un craquer sous l'ardeur des coups de son bourreau et pourtant, même s'il avait eu à de multiples occasions de riposter, l'idée même ne lui était pas parvenue. Il voulait se voir souffrir et pour preuve, il l'avait provoqué délibérément. En effet, il attaqua sa corde sensible, faisant presque sonner ses paroles comme une critique, désirant dans une pulsion sans nom se voir mourir sous les coups de son ami. Cherchant dans une logique presque aberrante l'envie de se faire anéantir pour ce qu'il avait commis afin d'obtenir la rédemption pour sa propre conscience, il réalisa enfin ce qu'il avait fait subir à son ancien ami : une douleur lente, pernicieuse qui dura jusqu’à aujourd'hui. Sans remords, pendant tout ce temps, lui avait vécu dans la richesse, un monde qu'il avait toujours convoité sans se soucier des maux et de l'inquiétude de son ami.
Pourtant il avait oublié une chose à cet instant. Ce n'était pas son rêve, mais leur rêve. Il l'avait lâché égoïstement et même s'il le niait par fierté, tout était de sa faute.

Dans cet instant de douleur, où la violence des coups lui arrachèrent un dernier geignement, il sentit Phoenix se rapprocher de lui, prêt à lui cracher à nouveau ses paroles acerbes. S'il l'avait détruit physiquement, mentalement c'était une autre paire de manches. De simples paroles ne pouvaient le blesser, il avait déjà bien plus subi que cela. Le roux le toisa avec la même détermination qu'il y avait quelques instants même si désormais son regard avait perdu de la vigueur, sa conscience cherchant à abdiquer. C'était absurde, illogique, mais il n'y avait même pas une once de haine dans ses pensées. Même dans ses derniers retranchements alors qu'il l'avait savoureusement torturé, le garçon n'avait pas la moindre envie de se venger. Il était simplement désolé, encore perdu dans ses sentiments qui se partageaient entre une rancœur nouvellement crée et l'affection qu'il éprouvait encore envers lui même si le délai de prescription était dépassé depuis désormais trop de temps. Rassemblant ses dernières forces, alors que le sang coulait de son nez et que ses muscles le tiraillèrent de douleur, il se redressa contre le mur contre lequel il fût jeté auparavant. Essayant pitoyablement de prendre appui sur ses jambes couvertes de bleus, il se releva avec difficulté, désormais à hauteur de regard avec le décoloré. Incertain, il l'attrapa avec une faible poigne son col, réduisant alors leur distance. « Connard. » Il peina à articuler, à rendre audible ses mots tant son corps était mutilé mais il savait pertinemment qu'il l'avait entendu. Il avait du mal à trouver son équilibre, mais après quelques instants, il se rapprocha encore un peu du garçon, les yeux débordant de larmes, avant de le serrer dans ses bras timidement d'une manière incertaine, désirant lui offrir un dernier instant de tendresse.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________
Maman,
je suis un enfant pour toute la vie,
j'écorche mes genoux aux graviers,
j'offre des pâquerettes aux filles que je trouve jolies,
je fais le funambule sur les rebords des trottoirs.
Maman, est-ce que tu m'en veux de ne vouloir grandir ?
(c) Myuu.BANG!
avatar
INFORMATIONS
Wons : 50
Messages : 29
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: so we meet again ? #jinix Dim 28 Fév - 1:23

so we meet again ?.
phoenix + ji hwan


L’adrénaline est retombée pour laisser place à du regret. L’regret du passé, des moments à rire, des moments à s’disputer aussi. Parce que oui, il regrette leurs anciennes chamailleries, les anodines, celles qui se terminaient autour d’une bière après des pseudos excuses forcées. Il aurait jamais pensé le frapper comme ça un jour, au point de le voir agoniser au sol, le visage en sang et estropié par ses phalanges rougies.
Il est là, le fixant à bout de souffle, si bien qu’il finit par appuyer ses mains sur ses cuisses dans l’espoir de retrouver une respiration correcte. Pendant une micro seconde, il s’demande bien s’il n’a pas fini par le tuer et c’est son corps tout entier qui commence à trembler. Il s’dit que c’est le froid, la rage, mais étrangement, tout s’arrête quand il voit son ancien ami bouger, et un soupir de soulagement s’échappe de ses lèvres malgré lui.
Phoenix, il a plus aucune humanité. C’est juste un sauvage, un gamin indomptable qui essaye de survivre du mieux qu’il peut dans un endroit hostile. Un sale gosse capricieux qui ne supporte pas la réussite des autres, un pauvre marginal bon à jeter aux ordures –là où il appartient. Personne ne l’aime, et il n’aime personne, parce que voilà où ça l’mène, les sentiments ; à la déception, l’abandon et aux poings qui volent dans tous les sens.
Il voudrait bien lui demander pourquoi. Pourquoi il est parti, comme ça sans laisser d’traces, pourquoi il l’a laissé, tout seul. Sans son meilleur ami, sans son confident, sans la seule personne avec qui il pouvait parler librement, sans jugements et sans artifices. Il voudrait lui demander s’il a vraiment compté pour lui, aussi. Si tous les moments passés ensemble n’étaient rien d’autre que des illusions, si les rires étaient simulés, les sentiments réellement partagés. Mais à quoi bon ? Il connait la réponse, et elle lui déchire déjà assez le cœur. Alors il s’contente de le fixer, comme ça, impassible face à sa douleur. Il a eu tout c’qu’il méritait.
Mais lorsqu’il le voit enfin bouger, essayer de se relever malgré les bleus, le sang et les membres endoloris, ses yeux s’écarquillent et il fait un pas en arrière. Il est pas censé riposter, il est pas censé bouger, il doit rester à terre. Faut qu’il chiale comme un bébé, juste pour marquer l’ultime humiliation, la cerise sur le gâteau. Il doit se tordre de douleur et le supplier de lui pardonner. Pourtant, il est debout devant lui et Phoenix ne cherche même pas à cacher son effroi. Il a pas peur de lui, il sait pertinemment qu’il ne lui fera rien, il est bien trop affaibli pour ça. Mais c’est juste le fait d’le voir se défendre, d’le voir se battre qui le surprend plus qu’il ne l’aurait voulu. Si bien que, lorsque Jihwan le prend pas le col, il ne bronche pas et se laisse attirer vers lui sans un mot, ses yeux médusés ne quittant pas ceux de son vis-à-vis. Il ne riposte même pas face à son insulte –faible, comparé à tout ce que le décoloré lui a craché un temps plus tôt-, se contentant simplement de le fixer, la respiration courte Il semble voir un soupçon de regret dans ses yeux mais préfère l’ignorer. Pas l’temps pour la pitié. Il le déteste, il le hait, il veut le voir plonger.
Mais, lorsque dans un ultime effort, le roux serre l’Ignoble dans ses bras, ce dernier reste là, les bras branlant autour de son corps maigre. C’est pas une étreinte amicale, le genre d’étreinte qu’il fait à ses potes pour leur dire bonjour. C’est bourré de tendresse, de remords et peut-être même d’amour. Et Phoenix, il a pas l’habitude. Pourtant, il ne trouve pas la force de le repousser, appréciant ce geste tellement rare et inespéré malgré lui. Faut qu’il se reprenne. Il peut pas s’laisser aller. Alors, après en avoir profité quelques secondes, il le repousse faiblement, comme s’il ne voulait pas lui faire plus de mal. « Me touches pas. » La voix est faible et tremblante, c’est presque un soupire. Il s’demande si Jihwan l’a entendu. « J’veux plus jamais te voir, t’as compris ? Casse-toi, retournes où t’étais. Déménage, changes de pays. J’m’en branle. » Des mots durs qui peinent à sortir de sa gorge trop serrée, sa voix déraille et laisse entendre son chagrin profond. S’il ne se retenait pas, il serait sûrement en train de fondre en larmes dans ses bras en lui demandant pourquoi. Mais hors de question de paraître aussi vulnérable, surtout pas face à lui. « Tout ça c'est rien comparé à c'qui t'attends si je revois encore ton visage. »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
INFORMATIONS
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: so we meet again ? #jinix

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Money & Power :: NASTY PIGS ! :: archives :: RP :: rp - mars-