Partagez|
(-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan
avatar
INFORMATIONS
Wons : 71
Messages : 210
Localisation : quelque part entre la vie et la mort
Emploi/loisirs : étudiante en médecine
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan Lun 22 Fév - 0:29

dying may be painful but being dead is painless

 
Bip bip bip. 09:00. L’alarme assourdissante du radioréveil se déclenche soudainement, retentissant bruyamment dans la chambre. Lok, couché à mes pieds, remue sensiblement sans pour autant se réveiller. Bip bip bip. Les yeux grands ouverts depuis quelques heures déjà, je fixe le plafond d’un regard vide, sans réagir au son qui me vrille les tympans. Bip bip bip. J’entends des plaintes derrière le mur, à l’autre bout du couloir et, rapidement, quelqu’un vient tambouriner à ma porte en vociférant. Lu Han, sûrement. Secouant légèrement la tête, je pousse un lourd soupir tandis que ma main sort de sous les draps pour éteindre le bruit infernal qui semble avoir éveillé toute la maison. « Tu cherches à réveiller tout le voisinage ou quoi ? » Machinalement, je me redresse et m’assoie sur le bord du lit, pensive. Il me faut quelques secondes pour me décider à me lever et, ouvrant la porte pour aller prendre mon petit-déjeuner, j’attrape un châle que j’enfile négligemment sur mes épaules. L’esprit ailleurs, j’ignore complètement la présence de mon frère et descend lentement les escaliers jusqu’à la cuisine. Bien que ce soit le week-end nos parents sont partis travailler, nous laissant seuls dans cette immense maison. Cela fait déjà huit ans que nous avons emménagé ici mais il me semble que jamais je ne m’habituerais à cet endroit. Je n’ai pas l’impression de m’y sentir à ma place mais, honnêtement, l’ai-je déjà été une seule fois dans ma vie ? Un bruit de pas derrière moi attire mon attention et j’observe calmement Lu Han prendre de quoi manger dans le frigo. Silencieuse, je grignote quelques céréales en réfléchissant à la manière dont je pourrais m’excuser pour ce matin mais bien vite, je me rends compte que je n’en ai aucune envie. A quoi bon, de toute façon ? Un nouveau soupir m’échappe alors que je ramène mes genoux sous mon menton, les pieds posés au rebord de la chaise. « Tu sors, aujourd’hui ? » dis-je d'une voix mollassonne, tapotant mon bol du bout de ma cuillère.
avatar
INFORMATIONS
Wons : 289
Messages : 159
Age : 21
Localisation : dans le lit de koshi *wink wink*
Emploi/loisirs : webdesign ; deuxième année
Humeur : meh
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan Lun 22 Fév - 1:26

dying may be painful but being dead is painless

 
Foutu réveil. Il avait toujours le don de me réveiller de très mauvaise humeur. Oh non, je ne parlais du mien, mais plutôt de celui de ma chère et tendre petite soeur. Ce n'était pas possible d'avoir mis le son à fond comme ça, elle était sourde ma parole. En entendant son réveil, je savais que ça allait durer longtemps, très longtemps, car elle était comme ça Jia Li: regarder le plafond, au fond de son lit, alors que son réveil vrillait les tympans de quiconque passait près de sa chambre. Une chance que les parents étaient déjà partis travailler, mais malheureusement c'était à moi de la réprimander. Je sortis de ma chambre après m'être coiffé, et je frottai mon front, titubant un peu et mon tee-shirt tombant un peu de mon épaule. Je marchai péniblement le long du couloir, et je tapai vivement le poing contre le mur de la chambre de Jia Li. « Tu cherches à réveiller tout le voisinage ou quoi ? » Puis, sans attendre de réponse de sa part, je partis au rez-de-chaussée pour me chercher à manger, et surtout pour prendre mes médicaments. Ces mêmes médicaments que j'étais contraint de prendre depuis ma naissance pour réguler mes hormones. Foutu dérèglement, je n'avais franchement pas demandé ça à ma naissance. J'avais pris mes pilules pour aller les avaler dans le salon, le temps de regarder brièvement les informations. Puis, en voyant ma cadette descendre enfin pour manger, j'éteignis la télévision et la rejoignis dans la cuisine, sortant du frigo la bouteille de jus d'orange. Je me servis un verre, mes cheveux tombant en cascade devant moi. Je haussai les épaules. « Probablement pas, j'ai des croquis à finir pour le cours de design d'espace. » Cela faisait quelques mois aujourd'hui que j'étais entré à l'université, dans une filière qui me laissait perplexe pour le moment. Jia Li, elle, était encore au lycée, et je la voyais beaucoup moins qu'avant. Je finis par m'asseoir à côté d'elle, mon verre de jus d'orange à la main. « Et toi ? Vu la tronche que tu tires, je suppose que non. » Super, on allait s'ennuyer à deux ! Dans une immense maison comme la nôtre, qu'allions-nous bien faire, hein ?

_________________
Different doesn't mean wrong
I am the one that runs both from the living and the dead. Hunted by scavengers, haunted by those I could not protect. So I exist in this wasteland, reduced to one instinct: survive. ©️pathos.

Parce que je le vaux bien:
 
avatar
INFORMATIONS
Wons : 71
Messages : 210
Localisation : quelque part entre la vie et la mort
Emploi/loisirs : étudiante en médecine
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan Lun 22 Fév - 3:28

dying may be painful but being dead is painless

 
Week-ends riment rarement avec repos dans la famille Shen, il faut bien se l’avouer. Pourtant, l’espace d’un instant, j’avais réussi à oublier cette montagne de travaux qui m’attendent sagement empilés sur mon bureau. Le regard perdu dans mon bol de lait et de céréales, je me mordille l’intérieur de la joue, des pensées sans queue ni tête me trottant dans la tête. Un bâillement soudain me fait revenir à la réalité et je pose un regard assassin sur Lu Han. « Ma tronche, elle t’emmerde. » Je n’ai pas besoin de ses moqueries, pas aujourd’hui. Sans lui accorder plus d’attention, j’attrape ma coupe et me dirige d’un pas furieux dans ma chambre, ignorant l’interdiction formelle d’y monter de la nourriture.

Installée à mon bureau, je balaye du regard les cours précautionneusement étalés sur la surface de bois poli et, sans plus attendre, j'ouvre ma trousse pour en sortir un crayon. Le temps passe et tout semble aller pour le mieux. Pourtant… Une boule d’angoisse se forme rapidement dans ma gorge alors que des pleurs me montent aux yeux, m’empêchant de voir clairement ce que je couche sur le papier. Déglutissant avec peine, j’essuie du revers de ma manche les quelques perles d’eau ayant roulées sur mes joues et serre avec force le stylo entre mes doigts, paniquée. Mon cœur bat à tout rompre, ma poitrine me fait souffrir. Portant vivement la main à ma bouche pour étouffer un sanglot, je baisse les yeux et examine quelques secondes le bas de mon pyjama sur lequel atterrissent de grosses larmes. Pourquoi faut-il que ce soit toujours ainsi ? La respiration saccadée, la vision floutée, les sens brouillés, je me lève maladroitement de ma chaise qui tombe au sol avec fracas. Me laissant tomber sur mon lit la tête la première, j’enfouis mon visage dans l’oreiller et cherche tant bien que mal à retrouver mon calme. De longues minutes passent et ma crise de panique semble se dissiper peu à peu. Roulant sur le côté, les cheveux en bataille, je laisse mon regard se poser sur le plafond blanc, comme à mon habitude. Mais quelque chose semble avoir changé, quelque chose semble être différent… Lentement, je me relève et sors de la pièce pour longer le couloir. Immobile sur le seuil de la chambre de mon frère, je l'observe un instant en silence avant de toquer légèrement à sa porte pour attirer son attention. « Je vais prendre un bain Lu Han. » Et, d'une démarche déterminée, je me dirige vers la salle de bain, sans un mot de plus.
avatar
INFORMATIONS
Wons : 289
Messages : 159
Age : 21
Localisation : dans le lit de koshi *wink wink*
Emploi/loisirs : webdesign ; deuxième année
Humeur : meh
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan Lun 22 Fév - 3:42

dying may be painful but being dead is painless

 
Ouais, j'avais bien saisi qu'elle m'emmerdait, sa tronche. Mais quand même, sa réaction était un peu abusée. Je lui avais parlée comme d'habitude, avec mon cynisme inné. Elle n'aurait pas dû réagir comme ça. Etonné, je la suivis du regard sans pour autant la retenir, ne serait-ce que pour le bol de céréales qu'elle emmenait à l'étage. Nos parents nous avaient toujours formellement interdit d'apporter de la nourriture dans les chambres. Mais ils n'étaient pas, et Jia Li était apparemment assez énervée pour que je ne vienne pas chercher la petite bête. En entendant sa porte claquer, je sursautai un peu et fermai mes yeux, me mordant la lèvre. Quelques secondes plus tard, je portai le verre de jus d'orange à mes lèvres et je quittai la cuisine, montant à mon tour à l'étage pour regagner ma chambre. Je prendrais ma douche plus tard, j'étais soudain inspiré pour mes croquis. Je revins dans mon cocon intime, laissant la porte ouverte. De toute façon il n'y avait personne, et Jia Li s'était enfermée. Je préparai silencieusement mon bureau, très créatif pour le coup, et je fis courir mon crayon sur le papier. J'avais passé de longues minutes comme ça, à simplement dessiner mon projet de design d'espace. Peut-être que j'étais fait pour ça depuis le début, au final ? Je ne savais pas trop quoi penser de mon cursus pour l'instant. C'était le premier semestre, le semestre des essais. Mais je savais que je ne pouvais pas baisser les bras, les parents seraient trop déçus. Mais j'étais bien parti pour réussir, alors je continuerais. Plus tard, Jia Li se présenta devant ma porte, et je tournai la tête pour la regarder. « Ok... Ne traîne pas trop, j'y vais après. » Elle disparut aussi vite qu'elle était apparue. Je fronçai les sourcils, sans réellement m'en occuper plus que ça, et je me remis au travail. Sauf que mon imagination avait beau porter ses fruits, le temps passait une vitesse folle. En levant la tête vers l'horloge murale de ma chambre, je me décidai enfin à sortir mon nez de mes croquis pour aller avertir Jia Li qu'elle mettait trop de temps sous la douche. Je toquai à la porte de la salle de bains. « Hey, tu as fini ? C'est à mon tour. » Pourtant elle connaissait bien les règles à la maison, non ? Je la sentais vraiment bizarre aujourd'hui. Bizarre, et différente.

_________________
Different doesn't mean wrong
I am the one that runs both from the living and the dead. Hunted by scavengers, haunted by those I could not protect. So I exist in this wasteland, reduced to one instinct: survive. ©️pathos.

Parce que je le vaux bien:
 
avatar
INFORMATIONS
Wons : 71
Messages : 210
Localisation : quelque part entre la vie et la mort
Emploi/loisirs : étudiante en médecine
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan Lun 22 Fév - 4:50

dying may be painful but being dead is painless

 
La porte soigneusement verrouillée derrière moi, je reste un instant immobile au milieu de la pièce, les yeux clos et l’esprit vide de toute pensée. Comme absente, je m’approche de la baignoire pour en activer le robinet et m’avachie par terre, la tête posée sur le marbre froid du tub, fixant la douche me faisant face. Il ne lui faut qu’une petite minute pour se remplir entièrement et, testant du bout des doigts la chaleur de l’eau, j’hoche sensiblement de la tête avant de me relever. Ne prenant même pas la peine de me dévêtir, je glisse lentement dans le bouillon brûlant du bain. Immergée jusqu’aux épaules, seule la tête flottant à la surface de l’eau claire, je ferme une nouvelle fois les yeux, appréciant le confort que me procure l’obscurité et la douce chaleur du liquide qui m’engloutit. Cinq minutes passent, puis dix, puis vingt. Tout semble si tranquille et puis, le voilà à nouveau : ce sentiment étranger qui me prend aux tripes, qui me rend lucide, qui m’indique quoi faire. Mes yeux glissent sur les murs, sur le mobilier et la voilà enfin, la révélation que j’attendais. Avec un calme déconcertant, je tends la main vers le comptoir du lavabo pour attraper le rasoir de mon père. Fixant la lame étincelante sous la lumière, je teste son aiguisage du bout du doigt, un petit sourire tristement satisfait sur les lèvres. Lentement, j’approche la lame de mon poignet gauche et observe le sang qui perle sur la tranche du rasoir. La douleur ne m’atteint pas, comme inexistante, alors que le métal s’enfonce un peu plus dans ma peau. De grosses gouttes pourpres viennent ternir la couleur de l’eau. Avant de perdre toute sensibilité dans mes doigts, je change le rasoir de main et, cette fois-ci, ne me contente pas d’ouvrir seulement le poignet. La mâchoire crispée, j’entaille avec une précision presque chirurgicale mon avant-bras, prenant soin de découper la chair du coude jusqu’au poignet. Le sang me gicle quelque peu sur le visage et c’est d’une main tremblante que je viens l’en essuyer. Mes bras mutilés, plongés dans l’eau encore chaude, je me laisse aller à fermer les yeux et à apprécier l’instant. Je n’ai pas mal et peut-être pour la première fois depuis ma naissance, je me sens vivante. Un souffle froid me caresse le visage et malgré la chaleur de l’eau, un frisson me secoue l’échine. La voix de mon frère retentit derrière la porte, elle me paraît si lointaine. D’une voix rauque, enrouée par la fatigue qui s’abat soudain sur moi, je lui réponds faiblement. « Encore… Juste un peu… » Oui, juste un peu...
avatar
INFORMATIONS
Wons : 289
Messages : 159
Age : 21
Localisation : dans le lit de koshi *wink wink*
Emploi/loisirs : webdesign ; deuxième année
Humeur : meh
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan Lun 22 Fév - 16:06

dying may be painful but being dead is painless

 
J'aurais pu la laisser tranquille. J'aurais pu simplement tourner les talons et retourner dans ma chambre pour attendre bien qu'impatiemment qu'elle sorte de la salle de bains. Mais non, je ne bougeais pas d'un millimètre, mon regard rivé sur cette porte fermée. Pourquoi sentais-je que quelque chose n'allait pas ? Oh, probablement le ton de la voix de Jia Li n'aidait en rien. C'était faible, c'était étouffé, c'était retenu. Comme si elle souffrait en silence, et qu'elle ne voulait pas que je le sache. Bon sang, mais que faisait-elle dans cette salle de bains ? Son bain était trop chaud, elle avait tiré trop fort ses cheveux avec son peigne ? J'étais vraiment naïf quand je m'y mettais, décidément. Je posai ma main sur la poignée, et j'appuyai dessus. Evidemment, elle avait fermé à clé cette idiote. Enfin, je ne pouvais pas trop lui en vouloir, je faisais pareil aussi... Je forçai quand même un peu la porte dans l'espoir qu'elle s'ouvre, mais c'était pire qu'un mur ! Je poussai un soupir agacé et je collai mon épaule à la porte. « Ouvre-moi Jia Li, je n'ai pas confiance là ! » Mais rien. Elle restait muette comme une tombe, et je n'eus d'autre choix que de marcher rapidement jusqu'au bureau de notre père pour chercher sa boîte à clés où était entreposé le double de l'entrée de la salle de bains. Heureusement qu'elle était en évidence sur le bureau, sinon j'aurais galéré ! J'ouvris la boîte et fouillai scrupuleusement, un peu en hâte. Je lisai les étiquettes accrochées au bout des clés. Je trouvai enfin celle de la salle de bains et je courus hors du bureau, renversant au passage la boîte entière par terre. Tant pis, je ramasserai plus tard ! Je me ruai vers la porte close, enfonçant la fameuse clé dans la serrure, et j'ouvris enfin. La vue qui s'offrit à moi me fit décoller de mes chaussettes. Tout ce sang... « JIA LI !! » Je ne cherchai pas à comprendre davantage, je me ruai sur la baignoire en tirant ma soeur hors de l'eau. C'était rouge, il y en avait de partout ! J'eus même un haut-le-coeur, mais je ne pouvais pas la laisser comme ça ! Je pris son bras scarifié du coude au poignet. Mais quelle débile !! Des larmes coulaient déjà le long de mes joues. Je serrai sa tête au creux de mon buste. « Je suis là, je suis là ! Je vais appeler une ambulance... Oh mon dieu Jia Li parle-moi ! » Etais-je capable de la quitter trente secondes le temps de récupérer mon téléphone ? Il le faudrait bien, car plus le sang coulait, et plus elle s'éloignait de la vie.

_________________
Different doesn't mean wrong
I am the one that runs both from the living and the dead. Hunted by scavengers, haunted by those I could not protect. So I exist in this wasteland, reduced to one instinct: survive. ©️pathos.

Parce que je le vaux bien:
 
avatar
INFORMATIONS
Wons : 71
Messages : 210
Localisation : quelque part entre la vie et la mort
Emploi/loisirs : étudiante en médecine
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan Dim 28 Fév - 0:39

dying may be painful but being dead is painless

 
La voix de Lu Han me parvient étouffée, sourde, lointaine. C’est étrange, je jurerais pourtant qu’il est derrière la porte, aux coups incessants qui résonnent dans la pièce. Quand va-t-il arrêter de faire autant de bruit ? J’aimerais m’endormir et partir en paix… Glissant sous l’eau, le corps entièrement immergé, je retiens instinctivement ma respiration pendant quelques secondes avant d’abandonner. Que l’eau remplisse mes poumons ou que je me vide complètement de mon sang, quelle différence ? Le résultat en sera le même. Et si me trancher la chair ne m’avait engendré aucune douleur, sentir le liquide chaud au goût amer s’insinuer dans mes bronches est autre chose. Mais il faut que je résiste, que je me laisse aller car après tout, qu’est-ce qu’une minute de souffrance contre une vie entière ? Rien. Engloutie par les ténèbres et asphyxiée de cette eau salie qui me prive d’air, les discours sur la lumière blanche au bout du tunnel et les souvenirs les plus marquants défilant devant les yeux me semblent maintenant complètement idiots. Et du peu de raison qu’il me reste, j’espère sincèrement que le mythe d’une vie après la mort soit également infondé ; je ne quitte pas celle-ci pour en retrouver une autre par la suite, non. Disparaître, c’est tout ce que je demande. Mais je devrais savoir depuis le temps que rien ne se déroule comme je le voudrais. Karma is a bitch. Soudainement retirée de mon cocon, le froid de la pièce me transperce la peau. La tête roulant mollement sur le sol, à moitié inconsciente, je sens une pression sur mon bras et l’oxygène tentant de se frayer un passage dans mes poumons m’arrache une quinte de toux, me faisant recracher l’eau les encombrant. Il me faut quelques secondes pour ouvrir les yeux et reconnaître Lu Han, une migraine atroce me poignardant le crâne. Pourquoi ? Pourquoi a-t-il fallu qu’il s’en mêle et qu’il gâche tout ? On ne me laissera donc jamais tranquille ?  La vision trouble, l’esprit comme endormi, mes yeux glissent sur le sang qui souille maintenant le sol, vides de toute émotion. J’aimerais lui hurler de partir, de me lâcher, d’arrêter de dire qu’il est là pour moi parce que tout ce temps, toutes ces années, il ne l’avait pas été, il n’avait rien remarqué mais mes forces m'ont abandonné. Dans un murmure presque inaudible, la voix rauque et la respiration hachée, seuls quelques mots arrivent à franchir mes lèvres. « Ta… Ta faute… » Et ça l'avait toujours été.
avatar
INFORMATIONS
Wons : 289
Messages : 159
Age : 21
Localisation : dans le lit de koshi *wink wink*
Emploi/loisirs : webdesign ; deuxième année
Humeur : meh
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan Dim 28 Fév - 1:41

dying may be painful but being dead is painless

 
Je refusais catégoriquement de la quitter. J'étais complètement sous le choc, mon cerveau s'était comme arrêté brusquement et j'étais incapable de réfléchir correctement sous la pression de la situation. Pourquoi tout s'était-il obscurci ? La matinée avait peut-être un peu mal débuté, mais elle se profilait bien, non ? Que s'était-il passé dans la tête de Jia Li pour en arriver à un tel extrême ? Je tirai rapidement une serviette pour tamponner maladroitement son bras ensanglanté. La plaie n'arrêtait pas de saigner, c'était une catastrophe. Oh mon dieu, c'était vraiment de ces moments-là que je regrettais amèrement de ne pas avoir commencé des études de médecine, comme nos parents m'avaient conseillé de faire ! Et mes larmes n'arrêtaient pas de couler. Mon nez aussi, au passage. Foutues émotions. J'avais le visage déformé par la peur, le remords, l'incapacité aussi à réagir comme il fallait. Je voulais qu'elle me parle, qu'elle me dise qu'elle allait bien, mais ce n'était clairement pas le cas. Je devais faire quelque chose, à part appuyer la serviette maintenant toute rouge sur son maigre bras. Le téléphone. Oui, il fallait que j'appelle les secours immédiatement. Prenant mon courage à deux mains, je me redressai un peu après avoir allongé convenablement Jia Li sur le tapis de bain éclaboussé de sang, prêt à me retourner pour me ruer dans ma chambre et attraper mon téléphone portable. Sauf que les seuls mots que prononcèrent Jia Li me firent écorcher un gémissement plaintif, ravalant automatiquement ma fierté. C'était... de ma faute. Un violent frisson vint parcourir mon échine. J'avalai grossièrement ma salive, et je partis de la salle de bain, le pas lourd, direction ma chambre. Je me saisis en vitesse de mon téléphone et composai le numéro d'urgence, avant de donner dans la plus grande des paniques les coordonnées de la maison. Ceci fait, je courus de nouveau jusqu'à la salle de bains et glissait délicatement la tête de Jia Li sur mes genoux, caressant son visage translucide de poupée. « Je sais... Je sais... Je suis désolé Jia Li... » Que pouvais-je dire d'autre, hormis le fait qu'elle avait raison ? J'étais la raison de son malheur, j'étais la raison de sa détresse, et rien d'autre ne pouvait me faire penser le contraire désormais. Je me recroquevillai tout contre ma soeur, étouffant de nouveaux sanglots sur son front. Mais elle ne pouvait pas partir. Elle ne devait pas partir. Je ramenai sa main contre la mienne, en serrant ses doigts dans les miens avec vigueur. « Ouvre les yeux Jia Li, ouvre les yeux et parle-moi ! Pitié Jia Li, écoute-moi pour une fois... »

_________________
Different doesn't mean wrong
I am the one that runs both from the living and the dead. Hunted by scavengers, haunted by those I could not protect. So I exist in this wasteland, reduced to one instinct: survive. ©️pathos.

Parce que je le vaux bien:
 
avatar
INFORMATIONS
Wons : 71
Messages : 210
Localisation : quelque part entre la vie et la mort
Emploi/loisirs : étudiante en médecine
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan Jeu 17 Mar - 23:16

dying may be painful but being dead is painless

 
Sans lui, tout aurait été parfait. La vie comme la mort. Depuis le temps, je devrais savoir que jamais rien de bien ne m’arrive alors il avait fallu qu’il soit là, aussi bien aujourd’hui que depuis sa naissance. Une douleur lancinante dans le bras m’arrache un gémissement plaintif alors que, les yeux à moitié ouverts, je me rends compte que Lu Han fait pression sur mes plaies, sûrement pour arrêter le sang de se déverser sur le sol froid de la salle de bain. Pourquoi ne ferme-t-il pas les yeux sur ce qu’il se passe comme il a tant l’habitude de le faire ? Si seulement il pouvait me laisser tranquille au moins une fois dans sa vie… Mais visiblement il faut croire que ça lui est impossible. Les mots se bousculent à mes lèvres mais rien n’en sort. Gisant par terre, une voile noir dansant devant mes yeux, je sens mes muscles se détendre petit à petit et la fatigue m’emporter. La voix de Lu Han ne me parvient qu’étouffée, inaudible, mais je n’en ai cure. Que peut-il avoir de bien important à me dire, à cet-instant ? Des flashs de lumière s’introduisent soudain par la fenêtre et viennent éclairer la pièce. Une hallucination ? C’est possible, après tout je ne sens plus mon corps et mon esprit semble être en train de s’envoler ailleurs. Un soupir tremblant m’échappe tandis que des bruits de pas précipités résonnent entre les murs de la pièce, je ferme les yeux et me laisse glisser dans l’obscurité.

Des murs blancs, un bip incessant de machines, une odeur écœurante traînant dans l’air… Soit l’au-delà suce, soit je suis à l’hôpital. Et malheureusement pour moi, il semblerait que la deuxième option soit la plus probable dans mon cas. L’esprit vidé et fatigué, je pousse un lourd et long soupir tout en laissant mon regard glisser sur la pièce avant de se poser sur les innombrables tuyaux et bandages qui recouvrent mes bras. Quelques secondes s’écoulent avant que les souvenirs ne me reviennent petit à petit, me rappelant amèrement les derniers évènements. En plus d’être une ratée dans la vie, il a fallu que je foire ma mort. Ô joie. Un grognement passe mes lèvres alors que j’essaye de retirer le tube qui m’encombre les narines mais, à bout de force, je laisse retomber mes bras le long de mon corps, le regard fixé sur le plafond. Un silence pesant et accusateur règne dans la pièce, inconfortable, et tout un tas de questions se bousculent dans ma tête. Depuis quand suis-je ici ? Quelques heures ? Plusieurs jours ? Mes parents sont-ils au courant ? Que s’est-il passé après que je me sois évanouie ? Mais je n’ai pas vraiment le temps d’y chercher les réponses, distraite par la porte de ma chambre qui s’ouvre dans un grincement. Du coin de l’œil, j’observe l’intrus et un murmure plaintif m’échappe quand je reconnais la personne qui vient d’entrer.
avatar
INFORMATIONS
Wons : 289
Messages : 159
Age : 21
Localisation : dans le lit de koshi *wink wink*
Emploi/loisirs : webdesign ; deuxième année
Humeur : meh
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan Lun 21 Mar - 12:21

dying may be painful but being dead is painless

 
Je n'avais jamais trouvé le temps aussi longtemps qu'en ce moment même. Et j'avais beau appuyer sur les bras de Jia Li, le sang s'échappait toujours de son corps. J'avais pourtant bien précisé à l'ambulance qu'il ne fallait vraiment pas perdre de temps, mais je me doutais bien qu'en état de choc, je n'avais pas réellement été capable de bien expliquer la situation. Et Jia Li comatait dans mes bras, elle tournait de l’œil. Je me penchai davantage sur son corps blême, la sommant de rester éveillée. Les gyrophares de l'ambulance ne tardèrent pas à arriver et une fois l'équipe médicale dépêchée dans la salle de bain, j'eus extrêmement de mal à me détacher du corps de ma sœur. On me poussa doucement, je ne pus que passer mes mains ensanglantées dans mes cheveux décoiffés, tandis que la peur et l'inquiétude grignotaient mon cœur et mon esprit progressivement. Je voyais les médecins sortir tout un armada d'outils de premiers secours. Je ne faisais pas médecine moi ! Et j'aurais dû écouter papa et maman, et suivre leurs pas, au lieu de faire ma crise existentielle et d'écouter mon cœur. Si j'avais commencé des études en médecine, peut-être que j'aurais pu sauver Jia Li de sa tentative de suicide. Oui, peut-être. Mais c'était du passé. C'était fait. Et ça, c'était malheureusement immuable.

Papa et maman étaient fous. Morts de trouille. A l'hôpital, ils avaient réclamé le dossier de Jia Li immédiatement. Dans la salle d'attente, une infirmière s'était occupée de me nettoyer les bras et le visage qui étaient couverts du sang de ma pauvre sœur qui luttait au bloc. Mes vêtements étaient tous aussi sales, mais je n'avais pas de quoi me changer actuellement. Si notre mère avait joué la carte de la douceur en essayant de calmer mon traumatisme, pour notre père c'était une toute autre paire de manches. Je me fis réprimander sévèrement. Il rejetait directement la faute sur moi. J'étais le grand frère, je n'aurais jamais dû laisser Jia Li seule dans la salle de bains. Je serais incapable de prendre soin de ma famille si je continuais à me détacher de tout. Quand il partit, je baissai ma tête et m'assis sagement sur le fauteuil de la salle d'attente, des pensées négatives envahissant mon esprit jusqu'à l'autorisation des visites pour ma sœur. Je fus un des premiers à entrer. Seul. Désarmé. Complètement abattu. La chambre était si blanche, ça accentuait le côté cadavérique de Jia Li qui reposait dans son lit. Je m'approchai avec une chaise, le regard brisé et fuyant. Je ne l'avais pas sauvée avant. J'étais arrivé trop tard. Elle garderait ces cicatrices toute sa vie. Je restai silencieux plusieurs longues minutes, dévisageant simplement ma cadette, les yeux rouges de fatigue et de culpabilité. « Je sais que c'est de ma faute. Papa m'a déjà bien remonté les bretelles, rassure-toi. Si tu as envie d'en rajouter une couche, n'hésite pas. » J'étais déjà dans un gouffre, alors autant toucher le fond, non ? Après tout, je le méritais. Car mon crime le plus impardonnable, c'était d'être né.

_________________
Different doesn't mean wrong
I am the one that runs both from the living and the dead. Hunted by scavengers, haunted by those I could not protect. So I exist in this wasteland, reduced to one instinct: survive. ©️pathos.

Parce que je le vaux bien:
 
INFORMATIONS
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: (-16) dying may be painful but being dead is painless. #jiahan

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Money & Power :: FLASHBACKS-