Partagez|
BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan
BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 120
Messages : 645
Emploi/loisirs : A la base étudiante en astronomie mais comme on parle pas des aliens j'péfère être ambassadrice de clubs ou danser sur ma barre de pole-dance toute la journée. Un p'tit joint dans la main gauche.
Humeur : Chacun son bong avec Ivy.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Jeu 18 Fév - 22:06

Birthday party

 
Ça y est le moment fatidique approche. J'ai passé le reste de la semaine à préparer à ma Cameron d'amour le plus parfait des anniversaires, tout à son image. Je n'ai pas lésiné sur la décoration n'hésitant pas à métamorphoser l'appart de la fratrie Park en véritable bordel. Un chateau-bite gonflable mange la moitié du salon, entouré de barres de pole-dance de petites attractions façon fête foraine, en hommage à cet endroit où nous aimions nous rendre toutes les deux étant plus jeunes. Je mâchonne distraitement une barbapapa en surveillant le bon fonctionnement de tout les préparatifs. Les invités tous en maillots de bain se font déjà servir des cocktails fluorescents par les serveurs uniquement habillés d'un body painting à la peinture fluo également. Après un petit tour général à promener mon petit cul galbé par un bikini, tout me semble parfait. Et Cam devrait débarquer d'une minute à l'autre. Je vais donc me mettre en place, montant sur un meuble je m'accroche à une liane suspendue au plafond, prête à me lancer en direction de la porte pour être la première à accueillir ma meilleure amie une fois arrivée. Avec elle rien n'est trop fou ou trop grand. Je ne néglige donc pas d'avaler une petite pilule du bonheur pour être sûre d'ouvrir cette soirée en grandes pompes. Je ne sais pas si j'ai bien fait, parce que j'ai déjà la tête qui tourne. Et toute ces couleurs de merdes qui me flashent à la gueule vont finir par me faire faire une crise d'épilepsie.

J'entends alors le son familier de la clé dans la porte, mais un mec en slip de bain (qui l'a laissé rentrer celui-là d'abord ?), qui est déjà bourré, me bouscule au moment ou Cameron passe le pas de la porte. Je me retrouve donc embarquée par la liane au travers de la pièce. Une arrivée qui devait être beaucoup plus travaillée et stylée à la base. Au lieu de ça je viens m'écraser misérablement sur le mur d'en face, juste aux pieds de la jeune Park. Je m'exlose de rire en me roulant par terre:

- JOYEUX ANNIVERSAIRE MA VIEILLE PUTE DEGARNIE !



_________________

GLITTER GANGSTA' BABY



- BBHMI CLUB -
poignée de main secrète C-N:
 

RIOT CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 443
Messages : 357
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Jeu 18 Fév - 22:51

Birthday party

 
Depuis une semaine, l’organisation de l’anniversaire de Cameron était au centre des discussions. Même si l’organisatrice principale s’était avérée être sa meilleure amie, j’avais eu l’extrême gentillesse de faire chauffer ma carte de crédit pour que tout soit parfait. J’étais souvent le premier à râler lorsqu’elles organisaient des fêtes chez nous mais pour une fois, j’avais donné mon accord. C’était une opportunité spéciale, un jour à célébrer plus que les autres pour ma petite soeur qui allait avoir 24 ans. Pour l’occasion, j’étais sorti acheter plusieurs babioles que j’avais pris l’après-midi à emballer dans ma chambre. Saloperie de papier cadeau. Entre le scotch qui collait au parquet et les bords arrondis du nouveau Bong en forme de bite que j’avais trouvé dans la boutique la plus glauque de la ville, j’avais perdu plusieurs heures à me battre avec ces emballages. Bref. Tout ça pour dire que je m’étais donné de la peine pour faire plaisir à cette garce qui avait failli nous tuer la semaine passée.

« Sacré cul » La main d’une des serveuses que nous avions engagé pour la soirée venait de se plaquer sur ma fesse droite pendant que je m’affairais à ranger les bouteilles derrière le bar. Le joli short de bain rouge que je portais plaisait à la gente féminine et je n’allais certainement pas m’en plaindre. Toutefois, je m’étais promis de ne pas déraper ce soir pour nous éviter une nouvelle crise existentielle de la part de mademoiselle Park qui ne s’était pas encore remis de notre récente dispute. Sage comme une image, je sirotais mon cocktail en replaçant les quelques mèches qui s’échappaient de ma casquette en place avant de me rapprocher de l’entrée pour accueillir ma soeur. Mais en apercevant Na Ri, je préférais rester en retrait et m’allumer une cigarette tout en les observant depuis le bar. On allait éviter les scandales dès le début de la soirée. Ca valait mieux pour tout le monde alors à la place, je me décidais à lui envoyer un texto personnalisé. « Joyeux anniversaire, ma garce de soeur préférée <3 Tes cadeaux sont planqués sous ton lit. Ton Sehwan d’amour »



_________________



Meet the perfection — Riot Club
BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 175
Messages : 269
Age : 26
Localisation : surement entrain de faire exploser la carte de crédit du vieux ou me saouler dans une soirée de luxe.
Emploi/loisirs : étudiante en journalisme à la han university + joker au BBHMI club.
Humeur : d'humeur à faire des folies, courir à poil sur le campus et fumer les cigares du vieux.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Ven 19 Fév - 0:21

Birthday party

 
FRINGUES † « I can’t feel my face…. » Je chantonnais tranquillement, perchée sur le toit du bâtiment principale de la fac en me coulant une douille énorme mélangée avec de la MDMA. Me demandez pas pourquoi j'étais sappée comme ça, j'étais dans une sorte de période sombre. Et pis fuck, rien à foutre de la réputation des Park, j'me baladais en guêpière pépère. Fallait de tout pour faire un monde putain. Depuis mon accident avec Se Hwan il y a quelques jours, j’me sentais comme déconnectée de la réalité, j’avais une méchante cicatrice sur l’épaule et une sorte d’acouphène sans fin qui rugissait dans mon oreille. L’unique solution à tous mes merdiques problèmes c’était les cachets que le doc’ m’avais prescris. Oh bordel, ces machins ça faisait un méchant effet de malade, je me sentais toute légère, tout autour de moi semblait calme et … je sais pas, flagada. Le doc m’avais prévenue : fallait pas que j’en prenne plus de deux par jour mais je venais d’avaler le sixième de la journée juste avant ma douille. Wouah, jamais de toute ma vie je m’étais autant défoncé le crâne. Sérieusement. Il me semblait, que dans un coin de mon crâne, y avait comme un tout pitit problème que j’arrivais pas à résoudre. J’sais pas, comme une histoire de cul avec des proches. En vrai, j’sais plus trop, j’ai passé toute ma dernière semaine à me gaver de médocs’ et planer H24.

Bien sûr que j’allais en cours. Enfin à moitié t’as vu, genre je me perchais sur le toit du bâtiment principal tous les jours et je regardais les gens à mes pieds, leur crachant dessus des fois. Parfois j’étais gentille, j’leur balançais un cachet dessus en me prenant un four rire nerveux. Ouais, je m’enfonçais dans mon addiction et ma dépression. Sérieusement, une semaine à me droguer, même aux fiestas, j’étais là sans vraiment être là. J’me souvenais vaguement d’avoir dormi dans la baignoire de Jackson avec un mec, couché avec Yoon Suk à une conférence de la fac, vomis sur Ji Hwan en boîte, bref, c’était trop vague pour moi tout ça. Sérieux. « P’tin mais ta gueule » Je râlais en regardant mon téléphone s’exciter tout seul. C’était quoi tous ces appels de merde ? Des gens qui me souhaitais mon anniversaire, deux cents messages sur twitter, cinq cent sur fb, des gens du monde entier, la moitié que je n’avais que croisé en rave party à Sydney ou Festival en Croatie, bref, j’captais pas là, ils voulaient quoi tous, sérieux ? Les yeux plissés, je reniflais en jetant mon téléphone à côté de moi. C’est pas mon annive’, j’comprends pas sérieux. En vrai, je connais même plus ma date d’anniversaire à steurs et y a juste un message qui semble différents des autres. Rosa, ma pote de NY qui était encore dans le coin, qui me disais de venir à telle adresse pour une grosse soirée. Oh ouais, j’avais soif subitement. D’ailleurs c’t’adresse, si j’étais pas si défoncée, j’aurais surement capté que c’était la mienne.

Je venais de perdre toute notion du temps, c’était comme si j’avais une playlist qui tournait en boucle dans ma tête au fur et  à mesure de mes pas. Un coup de chantais, un coup je me prenais un fou rire toute seule me baladant avec ma pipe dans la rue. J’étais en état de conduire ? « Arf… » Je trouvais pas trop mes clefs de voiture, alors je foutais ma pipe dans ma bouche et fouillais mon sac à main que je vidais sur le trottoir. Ha merde, elles étaient dans mon autre main. Ça m’a fait le même coup au macdo hier, je cherchais mon Royal Cheese, en vrai il était dans ma main. « Wooooow » Je tanguais légèrement en prenant le volant, tapant une marche arrière avant de foncer dans une poubelle. Oups. Ha c’est bon, je change de vitesse et je démarre comme une tarée, grillant tous les feus au possible. Au pire, un autre accident et j’aurais surement une ordonnance à vie pour ces pilules magiques. Musique à fond, je me tape un fou rire tout le long du trajet et continue à rire même dans l’ascenseur. Mon portable me casse les couilles, il arrête pas de sonner alors je l’éteint, rien à foutre, ils se trompent de personne ces teubés.


Aussi lente qu’une larve, l’épaule qui glisse contre le mur du couloir, j’arrive à atteindre la porte d’entrée de l’appartement, au moment même où j’allume ma pipe en ouvrant la porte, je vois une masse s’abattre à mes pieds. « Qu’est-ce tu fou Na…. » et là, BAM, explosions de couleurs, de peinture, de château gonflable en forme de bite, de corps à moitiés nus se mouvant avec une musique assourdissante. « Shit, c’quoi c’délire… » Je bafouillais en zieutant tout autour de moi. Tout le monde était là, des plus proches aux plus éloignés. Mon regard redescendit sur Na Ri qui venait d’arriver…. D’une liane ? Sérieusement, c’te meuf vaincra tous les records du monde. « Oh c’cool j’ai envie d’essayer ! » J’attrapes la liane et me retourne vers ma meilleure amie « Au fait, c’est l’annive à qui au juste ? Pourquoi on m’a rien dit ? » C’est pas là, je lève les yeux et vois des Happy Birthday Cameron de partout. Ha, en effet, c’est mon anniversaire. J’ai un peu honte alors je demande pas quel âge j’ai. Je plisse mes yeux à travers la foule en folie et tombe sur mon bro qui est assis plus loin. Je sais pas, j’ai comme les boules en le voyant alors j’hoche vaguement la tête en le voyant. « Azy’ Na Ri, file moi de l’élan. » Je monte sur le meuble dans l’entrée et m’accroche à la liane, pipe en bouche. « BANZAIIIII » j’hurle en traversant le loft, me lâchant dans le château bite. A ce moment, je trouve l’homme de ma vie, un petit gros qui me fou une bouteille de vodka dans la bouche. Je suis tellement arrachée que je vois flou, mais pas grave, je me redresse et danse comme une malade, oubliant que le matin même je venais de faire enlever mon attelle et ma minerve. « HEY DJ FAITS PTER LE SON » Je m’égosillais en dansant, le hic dans l’histoire c’est que je suis vraiment pas stable, alors je m’écroule parterre et reste couchée, prise du millième fou rire de la semaine. nan, j’suis trop def.

BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 120
Messages : 645
Emploi/loisirs : A la base étudiante en astronomie mais comme on parle pas des aliens j'péfère être ambassadrice de clubs ou danser sur ma barre de pole-dance toute la journée. Un p'tit joint dans la main gauche.
Humeur : Chacun son bong avec Ivy.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Ven 19 Fév - 0:50

Birthday party

 
Connasse de vie sérieux. Je me suis niquée le coude par terre. Je ne m'en rend compte que trente secondes plus tard parce que je suis trop défoncée pour que mon corps ne connecte tout les nerfs en même temps. Mais en me relevant je crois comme remarquer que je suis pas la seule. La tronche de Cam' quoi. Ou came à c't'heure. Je vois juste un gros sachet de came sur patte face à moi. J'vous jure j'ai l'impression de me regarder dans un miroir. D'habitude elle pourtant toujours le bon sens de me renvoyer un reflet qui me pousse à croire en l'espèce humaine. Là, je sais pas si je dois m'inquiéter ou me réjouir qu'elle ai adhéré à ma façon de vivre. Vie très courte sûrement, mas heureuse et libre.

La came qui réagit à deux de tension semble enfin me réaliser. Ouais c'est moi, tu vois ma gueule tout les jours depuis X années mais je crois pas en te regardant que tu te souvienne ne serait-ce que de mon prénom. Teub. Heu, merde j'voulais dire merde quoi ! Mais pas grave, c'est normal d'être déchirée jusqu'à l'anus le jour de ton anniv, nan ? Je brandis donc la liane en la secouant devant elle:

- Mais trop ! Vas-y essaie sans t'casser la gueule steuplé, j'ai pas la force de t'relever ce soir j'suis rabbat'

J'explose de rire, toute seule, de manière très conne, ouais. Comme d'hab ça aussi. Je vois la pièce s'approcher puis s'éloigner en boucle, comme si l'espace-temps c'était un gros accordéon géant. Du coup, vu que je commence à partir un peu en bad, je bloque sur la porte derrière elle et j'entends même pas came continuer de parler en se demandant à qui on fête l'anniversaire. Vaut mieux pas avoir entendu ça j'vous jure. Je papillonne des yeux comme une allumée de première pour reprendre un peu mes esprit, je vais aller boire un coup de whisky taleur, ça me fera me sentir mieux. Ouais, c'est ça. Pour le moment c'est une torture de me concentrer sur quoi que se soit étant donnée que je perds tout mes sens un à un avant qu'ils ne reviennent aléatoirement. Je parviens tout de même à refiler cette putain de liane à mon amie que je n'ai même pas le temps de voir quitte mon champs de vision. Pour moi, elle a juste disparue.

Bon. Je hausse les épaules et je repars, tout sourire, ondulant mon corps au rythme de la musique (un automatisme heureusement acquis grâce à un squattage de boite niveau pro) je me trouve bientôt des amis dans un coin, pas très loin de Se Hwan, qui se mettent à me jeter des bonbons dessus. 10 points pour la bouche et 25 pour les seins ! Let's go les gars !


_________________

GLITTER GANGSTA' BABY



- BBHMI CLUB -
poignée de main secrète C-N:
 

RIOT CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 443
Messages : 357
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Ven 19 Fév - 2:52

Birthday party

 
Cameron était déconnectée, totalement ailleurs et le regard vide que je venais d’apercevoir au loin me rappelait des souvenirs que j’essayais de garder enfoui dans un coin de ma tête, en vain. Ce putain d’accident, nous l’avions eu par ma faute même si je passais mon temps à le rejeter sur le dos de ma conne de soeur. Elle m’avait secoué comme une demeurée, m’avait hurlé dessus et avait égayé ma colère jusqu’à ce que je sois incapable de contrôler mes émotions, tout ça parce que j’étais incapable de garder ma queue dans son tiroir lorsque Na Ri était dans les parages. Si je l’avais écoutée quatre ans plus tôt, que je n’avais pas cédé à cette superbe fille qui s’était offerte à moi sur un plateau d’argent, jamais elle ne serait grimpée dans cette voiture, jamais elle ne se serait mise à pleurer en m’insultant et jamais je ne serais sorti de la route. Par chance, Cameron était en vie et je louais les dieux de ne pas me l’avoir retirée. Toutefois, je n’arrivais pas à oublier l’état dans lequel elle se trouvait lorsque je m’étais réveillé à ses côtés, dans ce lit d’hôpital. Bien qu’il ne lui soit rien arrivé de grave, j’avais l’impression que cet incident l’avait changé, qu’il l’avait éloigné de moi d’une certaine manière. Elle disait me croire. Parce que j’étais convainquant, que je lui avais promis que je l’aimais et que jamais je ne la trahirais. J’étais l’être le plus abject que la terre ait connu.

Voir ma soeur voler à travers l’appartement m’arrachait la plus belle des grimaces. Allait-elle bien ? S’était-elle blessée ? Sur le quai vive, je me redressais de ce foutu siège en plastique qui collait à mes cuisses pour vérifier qu’elle était bel et bien en vie avant de souffler pour la énième fois de la soirée. J’allais finir par devenir totalement parano à force de vérifier toutes les cinq minutes qu’elle ne s’était pas foutue en l’air à cause des médicaments que le médecin lui avait refourgué. Je lui avais expliqué au type, qu’elle se droguait déjà assez comme ça mais il ne m’avait pas écouté. Gros con. Dans mon coin, je préférais ne pas me mêler à la foule pour aller boire en solitaire, restant proche du bar et finissant tous les verres que les gens laissaient traîner sur la table jusqu’à ce que mon attention soit attirée par un groupe d’abrutis qui s’amusaient à lancer des bonbons sur Na Ri qui, visiblement, trouvait cela fort amusant. De plus en plus torché, je me rapprochais discrètement pour m’appuyer contre le canapé en face d’eux, grognant légèrement en sentant la cicatrice qui s’étendait sur plusieurs centimètres sur mon torse se mettre à brûler. Le doc avait dit de ne pas trop bouger, de garder le pansement bien en place pour éviter les infections mais je n’allais pas me ramener avec un bandage à une soirée maillot de bain. Non, venir avec des points de suture et une balafre de plusieurs centimètres était beaucoup plus esthétique. Bravo Se Hwan. « Mec, y’a du sang qui sort de tes abdos » La tête dans les nuages, je relevais la tête pour observer le type qui venait de se pencher vers moi pour tripoter ma cicatrice en prenant un air à la fois fasciné et dégouté. Ah merde, ça saignait. Il allait falloir que je nettoie ça avant d’en mettre partout.


_________________



Meet the perfection — Riot Club
BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 175
Messages : 269
Age : 26
Localisation : surement entrain de faire exploser la carte de crédit du vieux ou me saouler dans une soirée de luxe.
Emploi/loisirs : étudiante en journalisme à la han university + joker au BBHMI club.
Humeur : d'humeur à faire des folies, courir à poil sur le campus et fumer les cigares du vieux.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Ven 19 Fév - 3:22

Birthday party

 
FRINGUES † Allongée parterre en étoile de mer, je regardais le plafond et les lumières multicolores qui s’entrelaçaient dans des formes carrément sublimes. C’était splendide, ce plafond et toutes ses couleurs. Je me mis à rire en chantonnant le refrain d’une musique rock. Je bougeais mon bassin sur le parquet au rythme de la musique. C’était un autre monde, un autre univers, une sorte d’espace temps pommé entre deux dimensions. Je sentais même plus ma douleur à l’épaule, c’était magique. Ces pilules étaient magiques. Je restais parterre jusqu’à ce qu’un mec se penche vers moi. « hey, ça va beauté ? » Je tourne lentement ma tête vers lui et lui offre un grand sourire. « J’ai soif. » Je lâches ça tout naturellement en gardant mon sourire. Je crois que le mec à capté que j’étais en plein plane alors il me relève et me soutiens en m’emmenant jusqu’au bar de la cuisine. « T’aurais pas de l’absinthe ? » Lui demandais-je. Comme si c’était pas chez moi, j’avais l’impression d’être dans un bar perdu au milieu du pays des merveilles.

Un petit son underground fait son entrée. Je capte vite fais la masse de cheveux multicolores de Na Ri au loin. Je la voit se prendre des bonbons dans le soutif et je rigole toute seule, avec un air niais figé sur le visage. Le mec vient me servir un verre d’absinthe directement de la fontaine et le et déclare. « J’ai pas mangé depuis trois jours pour être belle. Tu trouves que je suis belle ? » Je souris toujours en posant lentement ma main sur ma joue. le gars me regarde un peu de travers mais il fini par exploser de rire en me couvrant de compliments.

C’est bizarre, j’ai l’impression que les corps changent de formes, comme si je voyais une armée de bonbons danser et boire dans l’immense loft. Je commence à loucher sur le mec en face de moi. Il est plutôt mignon. Ça c’est parce que je suis défoncée, en vrai le mec à un début de calvitie et un bide d’alcoolo. J’attrapes sa main « On va danser ? » Je lui dis ça d’une voix coulante et finis par l’entraîner au milieu de la piste improvisée. Le son me dégouline dessus et je ferme les yeux balançant lentement mes bras au-dessus de ma tête. Qu’est-ce qu’on est bien ici. Ce bled m’a l’air familier mais je sais pas, j’arrive pas à mettre de nom sur cet espace. J’avais l’impression de voir un arc-en ciel à travers mes paupières, du coup ça me donne un peu la gerbe alors je rouvre les yeux et tombe nez à nez avec une serveuse habillée d’un simple body painting. « Oh…. Moi aussi je veux ça. » Je pointe un doigt vers elle et fini par enfoncer mon indexe dans son sein. « Viens avec moi chérie » me dit-elle. je la suis docilement, avec l’impression de flotter, comme si je sol se transformait en marshmallow.

En arrivant devant le balcon, je passe devant Se Hwan qui est avec un groupe de mecs. Il est torse nu et j’ai l’impression que du coulis de framboise coule de son torse. J’ai envie de lui demander s’il va bien mais je sais pas, y a un truc tout au fond de moi qui me bloque et l’envie de vomir me reviens. Y a un truc qui va pas. « Déshabilles-toi. » me dit la serveuse alors qu’on arrive sur le balcon. je m’exécute en enlevant ma guêpière mais je garde mon diadème. Quand même, elle est belle ma couronne. Hein ? Je capte pas trop ce qu’il se passe mais je sens un liquide frais me couler sur le corps, la serveuse est entrain de me faire du bodypainting.

BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 120
Messages : 645
Emploi/loisirs : A la base étudiante en astronomie mais comme on parle pas des aliens j'péfère être ambassadrice de clubs ou danser sur ma barre de pole-dance toute la journée. Un p'tit joint dans la main gauche.
Humeur : Chacun son bong avec Ivy.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Ven 19 Fév - 4:03

Birthday party

 
Je suis prête à représenter Haribo là c'est bon, j'ai des bonbons plein les seins et ça continue de me faire rigoler. J'essaie à présent de les lancer en l'air à l'aide de ma poitrine... Un défi qu'à demi réussi je me dis quand je vois que je fais rien que d'me péter les eins à faire ça, et les bonbons multicolores sont toujours là. Pfff. J'abandonne avec un air dépité.. C'trop nul. J'me casse.

En fait je me décale juste d'un pouce sur le côté. Je décide juste de m'appuyer la hanche contre un canapé histoire tenir debout sans trop de mal et de m'allumer une clope que je retrouve miraculeusement coincée dans ma culotte. Ok. Merci. Je ne me pose pas plus de question et me contente de tirer dessus en observant le monde à la fois sourd et bruyant qui m'entoure. J'apprécie la musique une seconde mais..  Une grimace me possède. Je surprend Cam' en train de danser avec un mec zarb, tout bide dehors. J'hallucine, qui a laissé rentrer tous ces gens chelous putain ? Et comme si ça ne suffisait pas, je sais pas ce qu'elle branle, elle se barre maintenant avec une serveuse, avec sa tête de "j'ai une idée lumineuse". Hmmm je sens la couille putain.

Je cherche du secours dans l'assistance, tout le monde s'en bat les couilles en f... Qu'est-ce que ? Au début je vois le gars s'affairer devant Se Hwan sans comprendre. Jusqu'à ce que j'aperçoive le sang. Oh god.

Là, j'suis paumée. Je ne sais pas ce qui doit m'inquiéter le plus: Cam' qui part avec je ne sais qui et un air paumé collé à la figure ou Se Hwan qui est en train de s'éventrer. Putaaaain. Ma tête se tourne d'un côté, puis de l'autre. Et recommence. Je sais qu'il faut que prenne une décision. Je fais un pas vers le balcon d'où s'échappe Cameron puis me ravise et me dirige dans la direction contraire. Elle va pas sauter du balcon quand même... Et puis c'pas ma gosse. Y a peut-être pas de raison de s'inquiéter. Je m'approche donc doucement de Se Hwan, vérifiant quand même une dernière fois que sa sœur ai bien disparue de la circulation. C'est affreux, même pour lui parler j'ai l'impression d'être criminelle. Mais en voyant sa blessure dégouliner sur son abdomen je m'empresse brusquement d'y appliquer ma main en dégageant le crétin qui le tripotait comme de la pâte à modeler et lui siffle d'aller sucer le sang de quelqu'un d'autre.

- Merde Se Hwan tu pisses le sang !

Je constate les dégâts mais j'suis pas médecin moi ! Foutue connerie. Je réfléchis donc à une solution aussi vite que mon cerveau me le permet, c’est-à-dire pas hyper hyper vite quoi.

- Putain faut qu'on mette un truc là dessus.

Je sens le sang chaud qui s'échappe de sa blessure souiller ma main. Beurk. Je me jette un coup d’œil, réalisant que j'ai rien sur moi à part ce minuscule bout de tissu qui me sert de maillot de bain. Bon, faut qu'on bouge de là me dis-je en voyant les gens s'amasser autour de nous. J’entraîne donc Se Hwan avec moi pour le foutre dans la salle de bain en attendant. Je lui lance une serviette.

- Appuie ça par pitié.

La vue du sang me met mal à l'aise, et ma main en est entièrement rougie. J'crois que j'vais vomir. N'y tenant plus je fond sur le lavabo pour me frotter frénétiquement.


_________________

GLITTER GANGSTA' BABY



- BBHMI CLUB -
poignée de main secrète C-N:
 

RIOT CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 443
Messages : 357
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Ven 19 Fév - 15:49

Birthday party

 
Cette soirée venait à peine de commencer et elle partait déjà en couille. Dans quel état allait finir mon appartement ? Aucune idée mais je priais intérieurement pour qu’il n’y ait pas trop de casse. Papa Park allait finir par faire un scandale si nous continuions à détruire l’hôtel et la réputation qui allait avec en organisant des soirées débridées dès que nous en avions l’occasion. Entre les invités à moitié nus, la drogue qui circulait et la musique à fond, j’étais parfois étonné de ne pas voir débarquer les flics, les pompiers, les ambulanciers et j’en passe. D’ailleurs et en parlant d’ambulance, l’état de Cameron dégénérait au fur et à mesure que la soirée avançait. Même si je ne m’étais pas rapproché d’elle pour lui poser directement la question, je me doutais bien de l’état dans lequel elle se trouvait, à moitié défoncée par les médicaments bien trop forts que lui avait prescrit le doc’ et les drogues qu’elle enchaînait depuis son arrivée à la fête. Si elle ne m’évitait pas comme la peste, je lui aurais sans doute interdit d’avaler toutes ces putains de pilules mais il valait mieux que je reste loin de ma soeur pour le moment. Plus petit je me faisais, mieux elle se portait…Du moins, j’en étais persuadé.

Sans cesser de l’observer une seule seconde, je m’enivrais sans prendre en compte le fait que ma blessure était à moitié ouverte jusqu’à ce que Na Ri débarque pour plaquer sa main dessus. Plutôt surpris par cette apparition à laquelle je ne m’étais pas attendu, je jetais un coup d’oeil autour de nous pour vérifier que Cameron n’était pas dans les parages. Depuis notre accident, j’évitais de fourrer ma queue n’importe où et surtout entre les cuisses de sa meilleure amie qui ne se doutait pas un seul instant de la découverte de ma frangine. Je n’avais pas encore trouvé l’occasion de lui expliquer pourquoi nous nous étions disputés dans la voiture, encore moins pourquoi nous avions eu cet accident. Je me voyais mal la contacter pour lui dire que Cameron nous avait grillé et que je lui avais raconté des conneries pour l’éloigner de la vérité. La situation était compliquée, trop pour que je sois en mesure de réfléchir à la façon dont j’allais lui annoncer la nouvelle.

«  Putain faut qu'on mette un truc là dessus. »

Quoi ? Comment ? L’alcool me montait la tête, m’empêchait de réfléchir convenablement au moment où elle m’attrapait la main pour me trainer dans la salle de bain qui se situait à l’étage et qui était raccordée à ma chambre. En parfait petit patient, j’appuyais la serviette qu’elle venait de me lancer sur la blessure que je m’étais faite lors de l’accident avant de me mettre à rire comme un idiot. Ah l’alcool. « J’ai des pansements dans ma chambre, je vais en mettre un » Je n’attendais pas son avis, me redressant en titubant dangereusement pour rejoindre ma piaule et fouiller dans mes armoires à la recherche de ce foutu bandage que j’avais retiré avant de commencer la fête. Lorsque je mettais enfin la main dessus, je l’enroulais autour de ma taille comme un demeuré, tombant sur mon lit qui était encore recouvert de papier cadeau. « Hé Na Ri ! Faut qu’je te parle d’un truc » Je me débattais avec les papiers que je repoussais du lit et fouillais dans ma poche à la recherche de petites pilules colorées que je glissais entre mes lèvres. Au point où on en était. Puis je me redressais pour aller la chercher et l’attirer dans ma chambre, la forçant à s’asseoir sur mes genoux alors que je prenais place sur mon lit, une fois de plus. « On doit plus. Enfin. Toi et moi c’pas bien tu sais ? » Mais de quoi je parlais ? Je peinais à aligner trois mots correctement, le regard vide. Je la regardais en souriant légèrement, glissant mes doigts sur sa nuque pour repousser les quelques mèches de cheveux qui s’y étaient posées. C’était plus fort que moi. J’avais beau entendre mon cerveau me hurler de ne pas l’approcher, mon corps ne pouvait pas s’empêcher de la toucher. C’était physique et je me dégoutais pour ça. « Tu dois plus m’allumer comme ça… » Je murmurais, les lèvres presque collées contre son cou alors que ma main droite partait à la découverte de l’intérieur de ses cuisses parfaites, remontait jusqu’à sa petite culotte pour s’y aventurer sans avoir eu l’autorisation. Elle ne me repoussait jamais, qu’avais-je à perdre ? «…Pourquoi t’es aussi bandante ? » Mes plans étaient tombés à l’eau. Avec l’alcool, j’étais tout bonnement incapable de prendre des décisions intelligentes, de lui expliquer que nous ne devions véritablement plus coucher ensemble parce que Cameron nous avait capté.


_________________



Meet the perfection — Riot Club
BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 175
Messages : 269
Age : 26
Localisation : surement entrain de faire exploser la carte de crédit du vieux ou me saouler dans une soirée de luxe.
Emploi/loisirs : étudiante en journalisme à la han university + joker au BBHMI club.
Humeur : d'humeur à faire des folies, courir à poil sur le campus et fumer les cigares du vieux.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Ven 19 Fév - 16:29

Birthday party

 
FRINGUES † « Oh. C’est joli. J’aime beaucoup. » Je parlais avec un automatisme carrément flippant, mes deux mains posées sur mes tétons, comme si j’allais retrouver toute forme de pudeur. Que dalle, mais le dessin est tellement réussi que je commence à pleurer de joie, complètement défoncée. Mais quelle artiste cette serveuse, je la prend dans mes bras, oubliant un instant que j’étais entièrement nue. Bon, ça peu passer à la limite avec la peinture on croirait que je suis habillée avec une map monde, mais mes seins sont vraiment à l’air ceci dit. Je crois que la serveuse à capté ma surprise alors elle me colle deux autocollants en forme d’étoile sur les tétons. Voilà qui réglait tous mes petits soucis. Je lui offrit un sourire à m’en décrocher la mâchoire puis rentrait à l’intérieur de loft. Non loin dans l’escalier, je cru reconnaître la crinière rose de ma meilleure ami et la casquette de Se Hwan à ses côtés. Ils vont où comme ça eux ? Oh, pour ce que j’en ai à foutre….

Je pivote sur mes talons, verre d’absinthe en main. La musique roule sur tout mon corps et j’ai comme une folle envie de me prendre de la coke dans le pif tout à coup. Les médoc’ du doc’ me rendent tellement molle du cul que j’ai l’impression d’être un spaghetti ambulant. Je crois avoir repéré Jee Soo au loin alors je vais lui prendre un sachet de coke et m’éclipse comme une fée. En fait, je me prend vraiment pour une fée, à moitié à poil en body painting. Une nana vient d’ailleurs me fourrer une baguette magique dans la main, avec une sorte de pénis au bout. J’explose de rire niaisement et m’amuser à lancer des sors à tous ceux que je croisent, sous leur regard amusés. Décidément. Quel endroit serait le mieux pour me faire une trace ? Surement l’une des chambres en haut…

BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 120
Messages : 645
Emploi/loisirs : A la base étudiante en astronomie mais comme on parle pas des aliens j'péfère être ambassadrice de clubs ou danser sur ma barre de pole-dance toute la journée. Un p'tit joint dans la main gauche.
Humeur : Chacun son bong avec Ivy.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Ven 19 Fév - 19:09

Birthday party

 
Je me sens soulagée d'entendre que Se Hwan a de quoi se panser juste à côté. C'est vraiment con d'avoir enlevé ses pansements si la blessure n'avait pas entièrement cicatrisé mais bon... Qu'est-ce que vous voulez que j'lui dise ? Je le laisse se débrouiller de toute façon, à moins de le voir ramper par terre je préfère éviter de devoir retoucher à ça. Je vérifie juste du coin de l’œil qu'il soit bien en train de se soigner et m'apprête à repartir au cœur de la fête. En plus je préfère pas m'attarder ici seule avec lui alors que Cam' est dans le même appart' que nous.

- Hé Nari ! Faut que je te parle d'un truc.

Je fais volte-face, intriguée. Mais toute couillonne que je suis je m'avance vers la porte qui sépare la salle de bain de sa chambre, tout sourire en pensant qu'il veut me parler d'une surprise pour Cameron ou une histoire de cadeaux quoi. Je rigole:

- Oh oui oui vas-y dis moi !

J'applaudis joyeusement en plissant les yeux, j'ai du mal à ne pas l’assommer de questions et d'hypothèses plus éberluées les unes que les autres. Faut vraiment qu'on marque le coup aujourd'hui je veux que ce jour reste gravé dans la mémoire de Cameron ! Une petite fête ne suffit pas c'est vrai. Se Hwan a pas l'air très pressé de m'éclairer sur ses idées en tout cas. Je l'observe avec des yeux ronds, restée dans l'encadrement de la porte alors qu'il prend tranquillement le temps de s'prendre une pilule de je ne sais quoi, chose que je n'ai pas vraiment l'habitude de voir venant de lui. Mais bon, je suis un peu trop déchirée pour me questionner à ce moment là. Bon ? Je m'apprête à l'interpeller, puis me tais finalement en réalisant qu'il se lève pour venir me chercher. Il me prend par la main pour me tirer avec lui dans sa chambre, j'ai hâte de voir quelle est la surprise qu'il a préparé pour sa sœur, une banane collée sur la tronche. C'est pour ça que je pige pas trop quand il m'assois sur ses genoux, mon sourire s'éteint peu à peu... J'crois pas que ça soit de ça qu'il veuille me parler tout compte fait...

-  On doit plus. Enfin. Toi et moi c’pas bien tu sais ?

Ah. Je vois, c'est sa crise mensuelle. Toute expression quitte mon visage. C'est toujours le même sermon. Un coup l'un, un coup l'autre on tente de se persuader qu'on est capables de se mettre des barrières. Mais nous sommes les mêmes au final, on se laisse totalement dicter par nos désirs. C'est comme ça que les gens finissent par être blessés... Et puis je sais bien qu'il a raison. De plus j'ai parfaitement conscience que tout est de ma faute. Quand tout a commencé, à cet endroit exact, tout simplement pour un défi stupide que je me suis lancée à moi-même lors d'une soirée où j'ai été une fois encore dans l'excès.

- Hm.

Je ne sais pas quoi dire en fait. Je ne peux pas protester et pourtant je n'arrive pas non plus à aller dans son sens. Je reste juste silencieuse. Incapable de prendre une singulière décision dans ma vie je termine toujours par me reposer sur les autres. Une fois de plus je vais laisser Se Hwan décider car je ne me sens pas assez forte pour le faire moi-même. Je n'ai aucune volonté.

Je pose ma joue contre son crâne.

- Tu dois plus m’allumer comme ça…

Je grogne. C'est ça ouais. Il peut parler lui aussi franchement... Rien qu'en cet instant je me retiens d'agir en sentant ses mains baladeuses remonter le long de mes cuisses. En fait, le mieux que je puisse faire là c'est de rien faire du tout. Il est sérieux lui aussi... Aah, un frisson parcours ma colonne vertébrale. Putain pourquoi il me fait ça... Je ne sais pas s'il veut me tester mais franchement je vais pas tenir longtemps comme ça moi. Je resserre les jambes au maximum. Hmm. Putain. Putain, putain. J'ai envie de lui sauter dessus et de le couvrir de caresses. Sauf que je sais pas ce que je suis censée faire après qu'il m'ait dit ça...

- Mais...

Je suis tellement loin de me douter que Cameron a des doutes. Je poursuis ma vie en toute inconscience de la situation, je finis même par rire un peu avant de le pousser brusquement à s'allonger sur le lit et de grimper à califourchon sur lui.

- Pourquoi tu fais ça, hein ?

Je ricane bêtement et pointe mes doigts pliés de façon à mimer une arme, juste sous son menton avant de coincer ses bras au dessus de lui à l'aide de l'autre main. Je lui murmure doucement:

- Vous êtes un véritable mystère pour moi, monsieur Park.

Je pouffe légèrement en me penchant sur lui pour me glisser dans ses bras à présent libérés. Il a voulu me chauffer... Maintenant il ne va pas s'en sortir comme ça. Mon cœur cogne dans ma poitrine à m'en faire tourner la tête et sans vraiment y réfléchir je viens taquiner le lobe de son oreille du bout de ma langue.


_________________

GLITTER GANGSTA' BABY



- BBHMI CLUB -
poignée de main secrète C-N:
 

RIOT CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 443
Messages : 357
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Ven 19 Fév - 20:47

Birthday party

 
Tout ça partait d’une bonne intention, vraiment…Mais comment dire. Je m’étais égaré en court de route, oubliant les raisons qui m’avaient poussé à appeler Na Ri pour lui parler « d’un truc ». Ce truc, comme je l’avais négligemment surnommé, était pourtant une information capitale pour la suite de notre relation. En le cachant à la demoiselle, je prenais des risques inconsidérés, omettais volontairement de la mettre au courant du fait que sa meilleure amie nous avait grillé quelques jours auparavant. Cameron m’avait assuré qu’elle me croyait à la sortie de l’hôpital mais je n’étais pas dupe : la vérité allait finir par éclater d’une manière ou d’une autre et cette fois-ci, je n’arriverais pas à lui faire le coup du type surpris. Comment prévenir Na Ri ? Cette question me revenait sans cesse en tête, me donnait des migraines. Une part de moi, la plus égoiste de toutes, ne voulait pas qu’elle s’éloigne, que cette relation si particulière que nous entretenions depuis des années s’arrête. Pourquoi devais-je obéir à Cameron au juste ? Elle n’était pas ma mère à ce que je sache ! Juste ma soeur et encore, elle ne l’était même pas entièrement ! C’était le bordel dans ma tête et l’alcool ne m’aidait sûrement pas à y voir plus clair, d’autant plus lorsque Na Ri était dans les parages.

La main dans sa culotte de maillot de bain, je perdais toute la bonne volonté que j’avais tenté de mettre en oeuvre pour mettre un terme à notre relation. Rien n’y personne n’était capable de me détacher de cette fille avec qui je prenais mon pieds depuis quatre ans et même si je parvenais à m’en éloigner, je finirais toujours par revenir la queue entre les jambes. « Mais quoi ma belle ? » Je mimais l’innocence la plus totale avant de me retrouver le dos contre les draps. Pourquoi je faisais ça ? De quoi parlait-elle ? Je n’en avais pas la moindre idée. Pour être honnête, j’avais oublié la raison de notre venue dans la chambre et cette discussion que nous étions censés avoir. Mon cerveau était noyé dans l’alcool et la drogue qui me donnait cette agréable sensation de planer dans mon lit et qui éveillait un à un mes sens au fur et à mesure que la demoiselle se rapprochait de moi.

« C’est une bonne chose j’espère » Sentir sa langue s’adonner à cette caresse délicieuse m’arrachait un soupir d’aise alors que mes mains allaient se poser sur ses hanches que je maintenais avec poigne. Maintenant que je l’avais sous la main et que la petite pilule faisait des miracles, il était hors de question que je la laisse filer. Pour changer de mes bonnes habitudes, je la manipulais sans grande difficulté en la faisant basculer sur le côté pour reprendre le dessus sur la situation. J’appréciais tout particulièrement être celui qui menait la danse et prenais les décisions, jouer au « mâle dominant » pour asseoir ma supériorité sur la jolie demoiselle.

« Un dernier coup pour la route…hm ? » Le dernier ? J’en doutais. Tandis que mes doigts s’affairaient à écarter sa culotte que je ne déchirais pas cette fois-ci, le bout de ma langue se perdait contre sa poitrine que j’avais découverte d’un geste habile. Le peu de vêtements que nous portions nous aidait à accélérer le processus et avant qu’elle n’ait le temps de réagir, je m’enfonçais déjà en elle dans un énième soupir de frustration. Sans prendre la peine de relever les draps sur nous tout en sachant que personne ne viendrait nous embêter pour le moment, je remontais ma bouche sur son cou, le couvrant de baisers furtifs jusqu’à ses lèvres contre lesquelles j’esquissais un sourire. « j’veux t’entendre me dire que c’est le dernier… »


_________________



Meet the perfection — Riot Club
BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 175
Messages : 269
Age : 26
Localisation : surement entrain de faire exploser la carte de crédit du vieux ou me saouler dans une soirée de luxe.
Emploi/loisirs : étudiante en journalisme à la han university + joker au BBHMI club.
Humeur : d'humeur à faire des folies, courir à poil sur le campus et fumer les cigares du vieux.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Ven 19 Fév - 21:28

Birthday party

 
FRINGUES † « Un. Deux. Trois. SOLEIL ! » J’explose de rire en montant les marches de l’escalier une  à une, me retournant en hurlant ‘soleil’ et donnant un coup de baguette magique dans le vide. Ah quelle était belle la défonce, même que quelques invités jouaient le jeu en s’immobilisants dès que je me retournais. Je riais toujours comme une abrutie, décidant qu’il était temps d’aller me re-poudrer le nez avec de la bonne came. J’envoyais un baiser en l’air à mon public qui me répondait instantanément puis reprenait ma montée de l’escalier. Je commençais à capté qu’on était chez moi. Enfin chez mon frère et moi. Vla la décoration de fous, je me serais crue en pleine beach party à los angeles, hormis le château-bite et l’océan bien entendu. J’étire mes bras au-dessus de ma tête en zieutant mes tétons, dieu merci mes seins tiennent encore droits, au prix qu’ils m’avaient coûtés en même temps, fallait bien qu’ils dominent le monde. Hop, petits mouvements et je m’amuse à faire bouger les étoiles autocollantes. Oh mon dieu, ça déchire vraiment ce truc, je devrais en mettre plus souvent.

Je m’accroche à la rambarde de l’escalier parce que bon, je suis tellement arrachée que mon univers commence à tourner au moment où une musique des Chainsmokers explose dans les enceintes. J’me sens un peu comme Tove Lo dans son clip ‘Stay High’, ça tourne, ça roule, mon cerveau ferait presque de la concurrence à une huître. Ah, j’arrive enfin en haut des escaliers, toujours en souriant. Je trottine vers la droite, ça a beau être chez moi, je me souviens plus trop de l’emplacement des chambres alors je tape au pif, je vois une porte, et je tends lentement ma main pour l’atteindre. Oh, elle semble si loin cette putain de poignée. Alors je me fait violence pour réussir à poser ma main dessus. Je tourne lentement, et ouvre.

« Ah. Bah non. » Erreur de parcourt c’est un placard à balais, pas très cosy pour s’enfiler plusieurs rails de coke. Alors je referme la porte et chancelle légèrement en me rattrapant à une commode. Je vois une porte un peu plus loin, j’me dis que c’est ma chance, je serais tranquille pour me péter les narines alors j’avance doucement, sourire aux lèvres et commence à sortir mon sachet de coke. Je sais pas comment j’y arrive, mais j’y arrive, à l’ouvrir cette putain de porte. Je capte pas trop où je suis, l’odeur est familière et j’entend vaguement des bruits. J’entre à pas feutrés et m’accroupie parterre avant de prendre un livre sur une étagère. Tranquillement, j’ouvre mon sachet de coke en chantonnant la musique des Télétubies. Hop, je sors ma carte de crédit et commence à travailler les rails. Hop, p’tit billet de cinquante mille won, je le roule avec soin et me penche. Sniiiiiif. Aaaaah. Putain, l’effet me monte directement au cerveau et j’ai une folle envie d’hurler et me taper la tête contre les murs. Je relève la tête et la balance en arrière, un doigt collé à ma narine et les yeux fermés. « Aaaah…. » J’expire un bon coup. « j’veux t’entendre me dire que c’est le dernier… » J’ouvre les yeux. Je comprends pas. Cette voix est putain de familière, elle me fais frissonner. Lentement, au ralentis, je tourne la tête et peu à peu mon esprit s’éclaire. Ces murs, cette peinture, ces lampes, ces vêtements…. « … » Je pose mon regard sur deux corps nus étendus sur le lit. Je sens comme une montée de bile franchir la barrière de ma trachée. Et là, c’est le drame.

J’ouvre mes yeux, j’ai comme l’impression qu’ils vont rouler à l’extérieur de mes globes. Je découvre Se Hwan debout sur Na Ri. Ma meilleure amie d’enfance, femme de ma vie, mon double. Se Hwan, mon frère, l’homme de ma vie, celui qui ne me mentais presque jamais. Soudain, tous les souvenirs de l’accident me revinrent en mémoire. « je te ferais jamais ça. Je t’aime trop ok ? » lentement, mon cerveau se remet en route. « … mets ta ceinture » J’arrive pas à cligner des yeux putain. Je fixe ces deux corps. L’un empalé sur l’autre. « J’suis ton frère, fais-moi confiance merde ! » Et là, je me redresse à la vitesse de l’éclair et gerbe en abondance sur le tapis. Bordel, je me suis jamais autant vidée de toute ma vie, j’en chiale même. J’ai presque l’impression de voir mes pilules ressortir de mon estomac. J’avais pas trop digéré et étant donné que j’avais rien avalé depuis trois jours, le tout était uniquement constitué de bile et de mousse à cause des médocs’ du doc’. Je me relève toute tremblante et pointe un doigt vers Na Ri et Se Hwan qui étaient entrain de s’envoyer en l’air sous mes yeux. Parkinson me possède. « V-Vous… » C’est tout ce que j’arrive à dire. Alors j’attrape mon sachet de coke, tire une grimace affreuse en sentant la morve me monter au nez. « Enculés. » Ce fut mon dernier mot avant que je détale de la chambre en courant comme une malade. Arrivée en haut de l’escalier, je loupe une marche et me casse la gueule juste en bas sous les regards ahuris des invités. Je suis trop choquée pour me soucier de la douleur alors je fend la foule en me dirigeant vers l’immense terrasse. Une fois dehors, je me penche par-dessus la rambarde et gerbe une fois de plus. J’entend des cris du genre ‘Saute pas!’ mais vos gueules, je vais pas sauter, laissez moi gerber en paix.


BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 120
Messages : 645
Emploi/loisirs : A la base étudiante en astronomie mais comme on parle pas des aliens j'péfère être ambassadrice de clubs ou danser sur ma barre de pole-dance toute la journée. Un p'tit joint dans la main gauche.
Humeur : Chacun son bong avec Ivy.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Sam 20 Fév - 10:10

Birthday party

 
Je m'enfonce petit à petit dans une zone de brouillard délicieuse. C'est le processus habituel: d'abord j'oublie pourquoi je suis là, où je suis et enfin je ne saurais même plus qui je suis. Voilà une rapide explication du pouvoir que Se Hwan exerce sur moi. Un opium doucereux qui me paralyse, qui sinueusement se ballade sur chaque parcelle de mon corps. Le sexe est sûrement ma drogué préférée, et exécutée par un Dieu pareil je suis totalement impuissante, incapable de me faire violence. Je n'essaie pas très souvent de toute manière.

Je le laisse donc me retourner en pouffant, m'écrasant dans le lit, le visage nimbé de mes cheveux qui s'éparpillent. Je l'entoure instinctivement de mes bras pour effleurer sa nuque des mes ongles, m'offrant littéralement à lui. Il pourrait faire de moi ce qu'il lui chante que je n'oserais pas me faire l'affront de l'en empêcher. Je me colle à lui dans un soupir languissant et caresse subtilement sa jambe de mon pieds, mes yeux plantés dans les siens.

- Un dernier coup pour la route…hm ?

J'éclate de rire, d'abord parce que je suis défoncée, deuxièmement parce qu'il n'est pas crédible et troisièmement... Parce que je trouve ça drôle.

- Vas te faire foutre Se Hwan !

Je lance en riant toujours, une lumière de défi dans les yeux, ça fait environ quatre ans que ce dernier p'tit coup pour la route dure. Honnêtement je mentirais en disant que je veux que ça s'arrête, je pourrais faire ça jusqu’à la mort... Bien que la dose de stress provoquée en effet secondaire soit des plus atroces... Le désir que j'ai pour le frère de ma meilleure amie dépasse tout entendement.

Je le pique de baiser, mordillant ci et là sa peau blême en soupirant de plus belle alors qu'il me retire ma culotte. Une bouffée de chaleur m'envahit, mes cheveux se collent à ma peau et un gémissement me trahit en le sentant titiller mes seins, eux-même au bord de l'implosion sous l'effet de l'excitation. Putain Se Hwan... Je remonte lentement mes cuisses contre lui, les écartant afin de le laisser me pénétrer dans un nouveau geignement. Merde alors... Je me cambre légèrement, jetant ma tête en arrière pendant un instant, les yeux fermés je suis pleine de vertiges. Aah, je m'agrippe à lui, refermant mes doigts sur les muscles de ses épaules pour l'attirer à moi. Ses lèvres traçant un chemin de feu sur mon cou puis ma bouche ne m'aident en rien à garder les pieds sur terre, ni à entendre quelque bruit venant de pas très loin. J'en ai complètement rien à foutre du monde extérieur putain.

- j’veux t’entendre me dire que c’est le dernier…

Le sourire qui ne me quitte plus s'élargit furtivement. Je choppe sa lèvre inférieure entre mes dents, la mordant doucement avant de laisser ma langue s’introduire langoureusement dans sa bouche. Mais ma respiration saccadée me force vite à m'en échapper pour murmurer:

- Menteur...

Je pouffe à nouveau, mon regard soutenant avec aplomb le sien je ne remarque pas encore que Cameron est plantée derrière nous. En fait, j'entends juste ce bruit dégueulasse de gerbe et j'e m'apprête à insulter le connard qui en est responsable mais tout s'écroule. Ca-Cameron.

J'ai la sensation de m'écraser comme un fiente d'oiseau sur le béton d'une rue dégueulasse. J'ai l'impression qu'un camion me roule dessus et que le monde en prime s'écrase sur moi de tout son poids. Je m'étrangle, je me fige. Je ne bouge plus d'un poil, comme si ma vie en dépendait et izobujknfpivuozgb. Error 404. Mon cerveau a officiellement planté.

Mes yeux vont de Cameron à Se Hwan, de Se Hwan à Cameron. Oh mon dieu. Je veux mourir. J'ai envie de me redresser, attraper un de mes sachets de pilules, le vider dans ma bouche et de me recoucher à tout jamais en faisant le signe de croix. Cam' pointe un doigt tremblant dans notre direction, oh non. Putain. Putain de merde. Je me hais, mon cœur se brise.

- V-vous...

Je me met à hurler dans ma tête, et c'est comme si quelqu'un y courrait à toute vitesse en s'amusant à se frapper contre les parois de mon crâne. J'peux pas bouger putain de merde. Je crois qu'j'suis morte. J'peux pas être encore en vie parce que je sens putain de plus du tout mon corps.

Ce n'est que voir Cam' s'enfuir alors en courant qui me libère de mon immobilité. Paniquée. Énervée. Une putain de colère prends possession de mon corps. J'veux bouler la terre entière. J'me casse la gueule du lit en cherchant ma culotte dans les draps, je peux pas descendre à poil fais chier. J'essaie tellement de me dépêcher pour poursuivre Cameron que je finis par faire n'importe quoi et perdre du temps pour rien. Je saute dans mon maillot de bain à cloche-pieds et je me précipite à la suite de mon amie.

Et puis, je ne sais pas pourquoi. Je me retourne vivement vers Se Hwan à côté pour le pousser de toutes mes forces. J'veux qu'il tombe. J'veux qu'il ne se relève pas. Je suis aigrie, je suis ulcérée contre tout le monde. En fait, c'est à moi que j'en veux au fond. Mais j'crois que me l'avouer me f'rait gerber moi aussi. D'ailleurs je pense que je fous un pied dans le vomis de Cam' mais ça je m'en fout, je continue, si c'est pour qu'elle me pardonne je me roulerais même dedans.

Les mètres qui me séparent de Cameron sont semés d’embûches comme un verre cassé par terre ou un lourdingue qui veut m'offrir un shot mais je ne m'arrête pas. Cam' putain attends moi ! J'ai envie de crier. J'ai le pied en sang et sûrement un bout de verre coincé là dessous, ça fait un mal de chien alors je suis encore plus énervée. Mais quand je déboule sur le balcon derrière elle j'ai juste envie de pleurer finalement. Je me jette à genoux pour encercler ses jambes de mes bras, de toutes mes putains de forces.

- Cam' merde fais pas ça c'est moi qui vais sauter !

C'est moi qui vais sauter ? Que.. Quoi ? Non, j'suis conne ou quoi ? J'veux pas sauter pourquoi j'ai dit ça ? Se Hwan arrive finalement derrière nous. J'crois que Cam' va nous tuer. Sérieusement.


_________________

GLITTER GANGSTA' BABY



- BBHMI CLUB -
poignée de main secrète C-N:
 

RIOT CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 443
Messages : 357
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Sam 20 Fév - 13:44

Birthday party

 
Si un tel plaisir devait être interdit, comment pouvions-nous survivre ? A la différence de Na Ri, la pilule que j’avais insérée entre mes lèvres provoquait chez moi des sensations auxquelles mon corps ne s’était pas habitué. La drogue ne faisait définitivement pas partie de mon quotidien, ne s’était pas transformée en habitude en s’accompagnant d’un verre d’eau et d’un petit croissant au beurre tous les matins. Lorsque j’en prenais, je perdais la plupart de mes facultés, devenais aussi con que Cameron dans ses bons jours. Je détestais cette sensation, celle de perdre tous mes moyens à cause d’une simple pilule uniquement pour profiter d’une euphorie temporaire qui se terminait à chaque fois en dépression. Où était l’intérêt, sérieusement ? En dehors du sexe, je ne lui trouvais aucune qualité qui méritait le détour.

Chaque fois que sa peau se frottait contre la mienne, que son souffle chaud s’échouait sur mon visage crispé par le plaisir, je me rappelais des raisons qui m’avaient poussé à avaler cette pilule colorée. Tout mon être ressentait cette sensation de bien-être indescriptible, multiplié par cent lorsque nos corps se rejoignaient à nouveau pour s’unir, une fois, quatre fois, dix fois…Je ne comptais même plus. Ses doigts sur mes épaules, sa langue dans ma bouche m’empêchaient de porter attention à ce bruit de fond qui ne me dérangeait pas. J’esquissais un sourire à mon tour, validant sa remarque d’un regard courroucé et à la fois très complice jusqu’à ce que mon attention soit attirée par une odeur nauséabonde qui me forçait à suivre le mouvement de Na Ri en tournant la tête vers le côté. Et là, tout s’écroulait subitement. Mon corps s’arrêtait, ma bouche s’entrouvrait pour que je sois en mesure de la supplier de me pardonner mais aucun mot ne s’en échappait. Quel con putain, mais quel con. Je savais que Cameron nous avait grillé, qu’elle avait trouvé cette putain de culotte qu’elle m’avait balancé à la figure dans la voiture. Je savais qu’elle me soupçonnait malgré mes excuses et mes explications foireuses, que derrière cette façade se cachait une vérité à laquelle je n’avais pas fait attention : elle ne m’avait pas cru. Comme un idiot, je m’étais promis de ne pas recommencer, d’éviter de croiser Na Ri pendant quelques jours pour éloigner ma soeur de la vérité, pour asseoir ce mensonge que je lui avais sorti en lui expliquant, quelques secondes avant notre accident, que je n’étais pas capable de lui faire un tel coup. Que je l’aimais trop pour la faire souffrir. Putain de menteur, putain de connard. Si je pouvais me donner des gifles, m’auto-flageller pour arrêter de penser avec ma queue, je l’aurais fait il y a longtemps. Mais j’étais trop égoïste, comme toujours.

« Enfoirés » Son regard me transperçait, me tuait à petit feu alors que je la voyais s’en aller en courant, rapidement suivie de Na Ri qui me poussait au passage. Je m’écrasais lourdement sur le sol sans comprendre ce qui m’arrivait, grognant de douleur lorsque ma tête rencontrait le coin du meuble contre lequel j’étais tombé. « Agis ! Bouge ton cul ! Cours lui après ! Supplie là ! » Mon cerveau m’assaillaient d’ordres, me hurlait d’agir au lieu de giser sur le sol comme une grosse larve. Difficilement, je me redressais en prenant soin de remonter mon short de bain sur ma taille avant de courir à mon tour à travers le loft, manquant à de nombreuses reprises de me tuer dans les escaliers dans ma hâte, poussant violemment tout ceux qui se mettaient en travers de mon chemin jusqu’à atteindre la terrasse où je les retrouvais. Cameron était là, debout devant la barrière, prête à faire je ne sais quelle connerie alors que Na Ri la suppliait de ne pas sauter. Sauter ? avais-je bien entendu ça ? Les sens en alerte, je restais à quelques mètres d’elles par précaution, ne trouvant pas spécialement intelligent de me rapprocher de Na Ri et de ma soeur alors que nous venions tout juste de partager le même lit.

« Cam je…j’suis » Foutue drogue, foutu cerveau qui ne voulait pas m’obéir. J’avais des millions de choses à lui dire et pourtant rien ne sortait de mes lèvres. Comment lui expliquer ? Comment lui faire comprendre que tout ça n’était pas important ? Je n’avais aucune excuse. J’étais en tord sur toute la ligne. « J’ai merdé. Excuse-moi, je suis vraiment désolé. C’est. Ah putain mais Cameron, c’est juste du cul, y’a rien de plus tu comprends ? » Pourquoi je lui disais ça ? En quoi ça allait améliorer notre situation ? Idiot. Putain d’idiot. « J’te promets. Plus jamais, plus jamais j’te jure…Na Ri. » Je continuais à mentir. Bel exemple, vraiment Se Hwan. bravo. « Je m’approcherais plus Cam, fais-moi confiance. » Le coup du grand frère qui l’aimait, tout ça, je n’arrivais pas à m’en empêcher, c’était plus fort que moi.


_________________



Meet the perfection — Riot Club
BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 175
Messages : 269
Age : 26
Localisation : surement entrain de faire exploser la carte de crédit du vieux ou me saouler dans une soirée de luxe.
Emploi/loisirs : étudiante en journalisme à la han university + joker au BBHMI club.
Humeur : d'humeur à faire des folies, courir à poil sur le campus et fumer les cigares du vieux.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Sam 20 Fév - 15:05

Birthday party

 
FRINGUES † On la connait tous, cette putain de sensation chelou qui vous tord les boyaux et vous donne constamment la gerbe. Ce noeud qu’on à dans le bide qui vous coupe la respiration et vous empêche de réfléchir constamment. bah putain, avec toutes les drogues que je venais d’ingérer, j’trouvais bizarre de pas encore avoir fait d’overdose en m’écroulant parterre, prise de convulsions. Faut croire que je suis plus résistante que ça. Plus forte que toutes ces couilles qui arrivaient les unes après les autres au fur et à mesure des jours. C’était mon anniversaire putain, peut-être que qu’le bon Dieu avait entendu mon appel « Tu crèvera pas ce soir, cadeau d’annive ma grosse, en revanche tu vas prendre cher côté moral » bah voyons, ce vieux sénile continuait à me pourrir la vie par tous les moyens, après il s’étonne que je crois que dalle en lui.

Je suis là, la tête par-dessus la rambarde et je gerbe tout ce que j’ai, enfin tout ce qui me reste parce que honnêtement, j’ai pas grand chose dans le bide depuis ces dernières soixante-douze heures. J’essuie ma bouche d’un revers de main, carrément essoufflée. C’pas normal, je sens même plus ma gorge. Ho mais que vois-je, un coup d’oeil en biais et j’trouve un verre à mes côtés, que ce soit de l’eau ou de l’absinthe j’men carre un rein, je l’attrape et le bois cul sec, manquant de m’étouffer en sentant une masse s’abattre à mes pieds. « Cam’ merde fais pas ça c’est moi qui vais sauter ! » Je me retiens de taper un fou rire ultra-nerveux, n’osant même pas regarder ma meilleure amie dans les yeux, j’pense que je serais pas trop capable de me contrôler si je croisais son regard ou même celui de mon frère. Alors je regarde dans le vide en arrivant pas à effacer ce putain de sourire flippant de mes lèvres. A croire que j’ai trop squatter Saw.

« Bah, vas-y, saute. Tu vas voir ça fait tout bizarre. » Je lâche ça le plus naturellement du monde en lançant un regard vide en bas. Au pire, elle tomberait dans la piscine-terrasse des voisins -dans laquelle mon vomis venait d’atterrir d’ailleurs. Je commence à ressentir une douleur lancinante dans mon épaule. Il me faut mes cachetons, je commence à sentir mon âme qui revient sur terre, c’mauvais signe. Ca fait une semaine que j’entretiens cet état végétatif et je suis pas encore prête à redescendre. Je pivote doucement ma tête en direction de la voix de mon frère, me dégageant au passage de l’emprise de Na Ri. Je l’aide à se redresser, ne la regardant toujours pas. Je préfère fixer les dalles de la terrasse, ça m’aide à me concentrer. En vrai, on dirait une peu une aveugle. A moitié à poil, certes, mais une aveugle.

Il me semble qu’une silhouette masculine approche doucement de moi, pas besoin d’être divin pour capter que c’est mon enculé de frère. oh pardon, venais-je donc de le qualifier de frère ? Autant pour moi. « J’te promets. » La suite, je l’écoute pas trop, tout son blabla habituel de gentil frangin me sors par les trous de nez alors j’hoche la tête, l’air plus éloigné que jamais. « Ok. » Je réponds avec douceur. Ça y est, j’entre enfin dans ma phase de déni, parce que c’est putain de connu ça, on est bien dans cette optique là. Je m’éloigne doucement des deux fautifs. En vrai, à quoi bon leur en vouloir. Si ça se trouve je faisais tout un plat pour rien, s’ils voulaient s’aimer et baiser, qu’ils le fassent. C’est mieux comme ça hein, et pis t’façon, j’suis pas vraiment sa soeur à part entière. La notion de meilleure amie ? Arf, je crois que je l’ai toujours, enfin j’espère. Je garde mes yeux rivés sur un point fixe derrière Se Hwan. Faut que je calcul mon coup, si j’arrive à contourner cet enfoiré d’obstacle, peut-être que je pourrais atteindre mon sac et mes pilules magiques. Je les vois venir, à me coller aux basques avec leurs excuses à deux cents. Ça pu tout ça, alors je m’enfonce dans mon déni et me force à sourire à pleines dents. « C’est bon. Y a pas d’souci les gars. C’est cool. » J’hausse les épaules et continu à contourner les deux êtres. Hop, j’arrive vers mon sac qui est sur un coin du balcon, dieu merci je l’avais oublié ici après la séance de body painting. Je plonge ma main dedans et en sors mon sachet de pilules. Mes déesses, les seules qui ne me trahiraient jamais, ô grand jamais. Je commence à rentrer à l’intérieur du loft d’un pas de zombie puis m’arrête et me retourne, toujours en fuyant leurs regards, non parce que sérieux, si je les croise je pète une durite complet, alors je leur dit tout simplement. « Je comprends les gars. Après tout, c’est pas comme si on avait tous les trois le même sang. Vous pouvez reprendre là où vous en étiez, j’vous dérangerais plus. C’est cool. » Sur ce, je rentre à l’intérieur de l’appart et traverse la foule pour me faufiler dans le château-bite gonflable. Une fois assise dedans j’engloutis trois pilules d’un coup. Vla l’effet que ça va me faire, je crois même que mes pupilles se dilatent automatiquement et je me laisse tomber en étoile sur la masse gonflable. Petit à petit les visions de l’accident s’effacent, les promesses, les blabla et tout le tralalère. Même le cul de mon frère qui faits des allées et venues dans ma meilleure amie. J’ai l’impression que mon cerveau est une sorte de boîte vierge de tous souvenirs et je m’enterre dans mon déni. « Elle au moins, elle me trahira jamais… » Je marmonne dans mon coin, parlant seule à seule avec ma défonce. « Joyeux anniversaire Cam’. C’est cool. » Poursuivis-je, en ayant toujours pas connaissance de mon âge. Oh, 16 ou 40 ans, ça importait peu en l’instant présent.  



BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 120
Messages : 645
Emploi/loisirs : A la base étudiante en astronomie mais comme on parle pas des aliens j'péfère être ambassadrice de clubs ou danser sur ma barre de pole-dance toute la journée. Un p'tit joint dans la main gauche.
Humeur : Chacun son bong avec Ivy.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Sam 20 Fév - 15:38

Birthday party

 
- J’ai merdé. Excuse-moi, je suis vraiment désolé. C’est. Ah putain mais Cameron, c’est juste du cul, y’a rien de plus tu comprends

Connard. Connard. Connard. Pourquoi il lui dit ça ? J'aurais préféré qu'il lui fasse croire qu'il est amoureux de moi ou j'sais pas. Un truc d'utile. Qui peut faire avancer les choses.  Autant lui dire qu'on a fait ça juste pour la faire chier ! Profondément agacée, je préfère ne rien dire. J'attends juste avec appréhension la réponse de Cam' à tout ça. Je m'attends à tout, qu'elle me frappe, qu'elle me brûle, qu'elle m'arrose, qu'elle m'insulte, qu'elle me plante, qu'elle me baise, j'en sais rien mais quelque chose quoi. Sauf que là, elle fait juste rien du tout. Ça me rend folle. Je suis désemparée. Elle ne se donne pas la peine de faire semblant d'écouter les excuses embrouillées de Se Hwan, se dégage de mon emprise pas si solide que ça en fait. Merde ! Je veux la poursuivre encore une fois mais je sais pas quoi lui dire encore… Comment lui expliquer ? Y a rien à expliquer.

- Je comprends les gars. Après tout, c’est pas comme si on avait tous les trois le même sang. Vous pouvez reprendre là où vous en étiez, j’vous dérangerais plus. C’est cool.

Je m'élance malgré tout à sa suite, la perdant dans le flot des invités. Tout le monde me regarde bizarrement… Ça fait peur putain… C'est comme s'ils avaient tous assistés à la scène et qu'ils me dévisageaient pour me faire part de leur désagrément à mon encontre. C'est peut-être parce que je laisse goutter le sang de mon pied partout dans la pièce aussi. J'vais encore devoir repayer un tapis moi. Aah histoire de ma vie ! Du coup j'veux baisser les yeux pour voir si je fais pas trop de conneries et je remarque que merde ! J'ai un nichon à l'air depuis tout à l'heure parce que j'ai mal remis mon maillot. Fais chier ! Je le cache vite fait mais Cameron profite de cette seconde d'inattention pour à nouveau disparaître de mon radar. Putain elle est où ?

AH ! LA-BAS ! Je cours la rejoindre, mes jambes sont tellement molles j'vous jure que je pense avancer en zig-zag. Je saute sur elle dès qu'elle est à portée demain. Encore une fois. J'veux pas qu'elle s’enfuie. J'veux pas qu'elle dise rien. J'veux pas qu'elle fasse genre elle s'en fout. J'suis même prête à me donner moi-même des coups de bâtons.

- Cam… J'vais pas te sortir des excuses. C'est ma faute, tu sais très bien que les mecs sont des trous du cul. J'ai une vie putain de pathétique tu le sais bien. J'suis ta copine nympho, toxico, tout ce que tu veux… Alors tu savais que j'allais le faire, pas vrai ? Me mettre toujours un peu plus dans la merde, parce que c'est ce que font les gens comme moi. Des conneries jusqu'à en mourir. Me taper ton frère ou te voler ton mec, c'est ce que je suis censée faire. C'est moi. J'suis une putain de traînée qui est née avec le cerveau à l'envers. C'est ce que je suis censée être. Et… Pour ce que ça vaut, j'suis vraiment désolée.

Je hausse les épaules et ferme les yeux. Rien ne sert de nier les choses. Elle me connaît bien assez pour savoir quand je me fous de sa gueule alors autant de ne pas essayer.


_________________

GLITTER GANGSTA' BABY



- BBHMI CLUB -
poignée de main secrète C-N:
 

RIOT CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 443
Messages : 357
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Sam 20 Fév - 16:54

Birthday party

 
« C’est bon. Y a pas d’souci les gars. C’est cool. »

Quoi ? C’est tout ? C’est tout ce qu’elle avait à leur dire après les avoir chopé en flagrant délit de traitrise ? Je n’en revenais pas, écarquillais les yeux devant cette scène surréaliste. Quelques-uns des invités s’étaient regroupés derrière la baie vitrée pour observer le spectacle, s’attendant sans doute à ce que l’un de nous saute dans le vide ou se mette à se battre. Je m’ attendais à tout de la part de Cameron, sauf à cette réaction dénuée de sens. Rien. Elle ne réagissait pas. Ne me regardait pas non plus d’ailleurs. Pourquoi ne se mettait-elle pas à crier sur nous ? A nous frapper ? A nous envoyer une pluie d’insultes bien méritées ? Au lieu de ça, elle nous ignorait tout bonnement pour aller se droguer encore et toujours, pour oublier tout ce qu’elle venait de voir. C’était facile. Je comprenais les raisons qui la poussaient à vouloir planer mais je n’aimais pas l’idée qu’elle se voile la face, comme si rien de tout cela ne s’était passé. Dans la voiture, sa réaction avait été tellement différente…

« Na Ri attends, non… » Ma main se tendait pour essayer de la retenir quand elle courait derrière ma soeur pour la rattraper à travers la foule. Ce n’était pas une bonne idée. Il valait mieux la laisser seule, ne pas essayer d’empirer la situation. Avec un peu de chance, Cameron nous pardonnerait pendant la soirée, comprendrait que nous n’avions pas agis contre elle mais tout simplement parce que nous étions deux beaux enfoirés. De toutes les filles que je connaissais, il fallait forcément que mon plan cul soit la meilleure amie de ma soeur. ça coulait de source, pas vrai ?

« Se Hwan. Hé oh ! Réveille toi mec ! » Je sursautais, perdu dans mes pensées. Je m’étais accroupi sur le sol pour enfoncer la tête entre mes mains pour m’insulter intérieurement sans me soucier de ce qui m’entourait. Je regrettais. Comment pouvais-je faire la fête et oublier à quel point j’étais stupide maintenant que Cameron nous avait vu ? Je me sentais terriblement fautif et égoiste. « Tu sais où est Cameron ? » Il pouvait me raconter oh combien la soirée était cool, je m’en foutais royalement. Tout ce qui comptait était de mettre la main sur la frangine pour vérifier qu’elle n’était pas en train de se foutre en l’air. 15 minutes, voilà le temps qu’il m’avait fallu pour réaliser que je devais la surveiller, retourner à l’intérieur pour la chercher jusqu’à ce que mes yeux ne s’arrêtent sur leur deux silhouettes dont je me rapproche. De loin je les écoute, me retenant d’ajouter quoi que ce soit. J’en avais assez fait pour ce soir. A la place, je réduisais les derniers mètres qui nous séparaient pour me saisir de ce sac rempli de médicaments que j’agitais sous ses yeux comme un demeuré. « ça va pas t’aider à aller mieux, juste te tuer, pauvre idiote. Frappe moi au lieu de faire semblant Cameron. Vas-y je suis là ! Défoule-toi ! Je préfère ça que de te voir crever sous mes yeux » Quand allait-elle comprendre que ça la détruisait à petit feu ? Hors de moi, je tendais la boîte de médicament à mon ami avant de pointer les toilettes du doigt. « Fous les dans les chiottes, j’veux pas qu’il en reste un seul dans c’te putain de baraque »


_________________



Meet the perfection — Riot Club
BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 175
Messages : 269
Age : 26
Localisation : surement entrain de faire exploser la carte de crédit du vieux ou me saouler dans une soirée de luxe.
Emploi/loisirs : étudiante en journalisme à la han university + joker au BBHMI club.
Humeur : d'humeur à faire des folies, courir à poil sur le campus et fumer les cigares du vieux.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Dim 21 Fév - 14:11

Birthday party

 
FRINGUES † Je suis là sans vraiment être là en fait. Je m’étonne moi-même à avoir ce genre de réaction calme. beaucoup trop calme même. Le principe de tout enfouir en soit. J’me dis aussi que je suis une nana assez ouverte d’esprit pour accepter tout ça. Pourquoi j’accepte simplement pas leur relation ? Parce que je suis possessive. Na Ri est à moi. Se Hwan est à moi. J’accepte pas qu’ils fassent leur bails comme ça et moi je suis la conne qui passe à côté alors qu’ils baisent oklm. Normal d’un côté que je le prenne mal, ça fait combien d’années que je fais chier mon frangin avec ça ? Ma meilleure pote, c’est ma meilleure pote, tu trempe ton biscuit ailleurs okay ? Après j’avoue, les deux sont en fautes mais j’suis tellement défoncée que j’ai du mal à faire la part des choses. Au fond, je leur en veux pas vraiment. Mais j’ai le sentiment de me faire rouler, genre une grosse boule au ventre qui me donne le tournis.

Je pousse un long soupire en fixant le plafond du château bite. Je la vois venir, la belle Na Ri. Mais c’est que cette conne elle trouve toujours les bons mots, sa franchise me fait tellement vibrer que j’arrive presque à détendre mes pensées. Je sais pas, sa façon de m’annoncer les choses et de les assumer : je trouverais ça bandant si j’étais un mec. Je comprend aussi pourquoi Se Hwan craque pour elle. Mais voilà, j’ai les boules putain ! « Ouais. Tous des trous du cul. Tous. » Je cligne plusieurs fois des yeux et mon regard glisse vers Na Ri qui a le pied en sang. J’aurais voulu lui sauter dessus, lui faire une greffe de mon pied tout ça quoi, mais j’arrivais pas trop à bouger. De un parce que je suis au summum de ma défonce et de deux. Bah putain j’ai toujours les boules. « Ouais, t’es une traînée. » Mais je t’aime quand même. j’aurais du terminer ma phrase mais ça sort pas j’l’ai trop en travers de la gorge alors je me redresse lentement et chope un pétard dans la main d’un curieux qui passe par là. Je tire une longue latte dessus et expire lentement dans le visage de Na Ri. En vrai, je fixe sa bouche parce que si je la regarde dans les yeux je disjoncte.

D’ailleurs ça va pas tarder à péter car je vois Se Hwan qui débarque en secouant ma « pharmacie » sous mes yeux. Je les ouvres grands comme des soucoupes et tire une latte nerveuse sur le joint en tremblant légèrement. « Pose. Ce. Sac. Se Hwan. » Adieu surnom cutie de la frangine in love, il est sur le point de faire une grosse connerie. Je suis accroc putain j’y peux rien, j’aime pas écouter les conseils des gens et encore moins ceux du doc’, sérieux. Je me sens toute faible d’un coup, et j’ai une vague de colère qui déferle en moi, j’ai l’impression qu’on m’arrache un bras. Cette sensation de dépendance me déchire l’estomac et je me mordille nerveusement la lèvre avant de m’attaquer  à l’ongle de mon petit doigt. J’suis au bord de l’ulcère en vrai. Cette fois-ci, je tente le diable et plonge un regard hyper noir dans celui de mon frère. Ou du moins, l’être qui possède ce statut. Et ce con, il fait quoi ? Bah normal il demande à son pote de vider mes sachets dans les chiottes. Alors là, c’est le pompon comme dirait mamie Park. Je me redresse d’un coup, prise de vertiges je manque de tomber dans les pommes mais me ressaisis. « JE TE HAIS SE HWAN ! OUBLIE LE JAMAIS ! » Vlan’, je lui envois une grosse gifle dans sa tête et par à la poursuite de son pote. Je le perd dans la foule mais le rattrape rapidement. « RENDS MOI CE PUTAIN DE SAC MOTHERFUCKER ! » Ça y est. On y est. La phase pétage de durite, je craque complet, je sais même pas d’où je sors toute cette énergie.

Je saute sur le dos du mec et lui arrache mon sac des mains, je perds même un autocollant et me retrouve avec un nichon à l’air. Enfin façon de parler car je suis entièrement à poil en vrai. je vois déjà le gros scandale, des gens ont sortis leur téléphone. La fille illégitime des Park, accroc aux médocs, fais une scène le jour de son anniversaire. J’a-do-re. Tout pour faire chier mon frère. Après pour Na Ri… Bah elle à déjà été déshérité de la maison de Gisaeng alors bon. Fuck, j’arrive à prendre le sac et cours à travers la fête, bousculant tout ceux que je vois. Je crois même voir mon ex tenter de m’arrêter mais je l’évite avec une esquive rotative : je dois mettre mes bébés à l’abri. Alors je monte en haut et m’enferme dans la salle de bain de Se Hwan, glissant dans mon propre vomis au passage. Je ferme à double tour et laisse couler l’eau dans la baignoire. Je suis là, les yeux cernés, mon sac serré fort contre ma poitrine et mon cul assis dans la baignoire avec l’eau qui coule. je suis en plein bad et je fixe l’eau qui change de couleur avec mon body painting qui commence à s’effacer.


BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 120
Messages : 645
Emploi/loisirs : A la base étudiante en astronomie mais comme on parle pas des aliens j'péfère être ambassadrice de clubs ou danser sur ma barre de pole-dance toute la journée. Un p'tit joint dans la main gauche.
Humeur : Chacun son bong avec Ivy.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Dim 21 Fév - 16:34

Birthday party

 
J'entrevois vaguement un espoir en entendant que Cam' semble aller dans mon sens en répondant à la positive à mes allégations. M'enfin tout s'écroule aussi vite que mon moral lorsqu'elle a débarqué dans cette foutue chambre tout à l'heure. Se Hwan se ramène et a le malheur de s'en prendre aux pilules du Dr. FeelGood de Cameron. Ouh, grave erreur mon ami ! J'ai bien envie de l'en empêcher mais je venais de pécho une bouteille de rhum sur une table pour me désinfecter le pied. Du coup j'regarde plus c'que j'fais et je m'en arrose toute jambe. Crap. Cameron pète un câble. Mais quand je dis ça c'est que je l'ai pas vue comme ça depuis que l'autre tepu lui avait volé son mec. Je suis même choquée quand je vois cette putain de gifle partir s'écraser contre le visage de son frère. Oh putain. Mais quel con aussi. Et l'autre qui se barre en soum soum avec le sachet, il est ouf lui j'vais jamais le laisser jeter ça dans les chiottes ! Cameron non plus apparemment, elle bondit dans sa direction pour lui reprendre. Meeeeerde, ça recommence ! Je force alors Se Hwan à venir avec moi.

- Viens, vite vite. J'm'en fous on la laisse pas toute seule.

Mon ton se fait involontairement sec et autoritaire. C'est un air que je ne me connais pas vraiment, mais c'est une situation de crise. Il faudrait appeler le président pour qu'il appuie sur le gros bouton rouge parce que là c'est la merde ! Sans hésiter -et en ignorant mon autre pied plein de vomi qui colle au sol- j'embarque Se Hwan avec moi et c'est reparti pour une course poursuite jusqu'à la salle de bain du haut.

Franchement, même si je sais que ça m'horripile que les gens viennent interrompre ma petite overdose, trankilou dans la baignoire. Je ne peux pas la laisser ici parce que… Parce que c'est tout. J'arrive pas à la laisser tranquille. C'est très égoïste de ma part mais je suis incapable de rentrer chez moi et de laisser le temps passer en attendant de trouver une solution. Je ne peux pas rester plus longtemps sans savoir, sans trouver comment arranger tout ça. Et j'ai bien l'intention de forcer jusqu'à l'os pour y parvenir. Je veux ma Cameron. Point.

Sauf que coincée là devant la porte, je sais pas quoi faire une fois de plus. Est-ce que je devrais lui lancer des conseils en tant que toxico de service ? Prends des sels à la lavande Cam', ça va t'apaiser. Allume de l'encens au cèdre Cam', tu vas reprendre tes esprits. Vomis, dors, mange. Peut-importe c'est stupide. Je vais pas défoncer la porte quand même.

Je regarde Se Hwan.

Hein ? Je vais pas faire ça quand même ? Je crois bien que si en fait. Ok, j'ai peut-être trop regardé de films d'action et je n'ai jamais enfoncé une porte mais bon… Hm hm. Je m'adresse alors à Se Hwan le plus calmement du monde :

- On va défoncer la porte.

Normal. Sans inquiétude ou panique je trouve cette décision tout à fait logique. Puis je poursuis, plus fort, à l'intention de Cameron :

- Bébé reste pas derrière la porte on va jouer à 007 !

Je remonte alors mes manches invisibles avant de m'écarter de ladite porte avec un sourire. Ouais en fait c'est pour faire signe à Se Hwan de le faire parce que c'est pas avec mon gabarit poids plume que je vais faire grand-chose. Non mais. Et puis il l'a bien fait chez Kira ce con. Il peut sûrement recommencer, d'accord ou pas d'accord je m'en tape je ne lui laisse pas le choix. S'il refuse je l'attaque. J'ai plus les idées claires là. JE VEUX QUE CETTE PUTAIN DE PORTE ARRÊTE DE M’EMPÊCHER D’ACCÉDER A MA MEILLEURE AMIE.


_________________

GLITTER GANGSTA' BABY



- BBHMI CLUB -
poignée de main secrète C-N:
 

RIOT CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 443
Messages : 357
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Dim 21 Fév - 18:59

Birthday party

 
Vlam. Je l’avais bien sentie celle-là et surtout, je l’avais méritée. Que Cameron me gifle n’était pas une surprise, surtout au vu de la réaction qu’elle avait eu à l’instant où je lui avais pris son foutu sac des mains. Merde, quand allait-elle grandir, devenir responsable, tout ça ? Elle n’allait pas passer sa vie à se droguer du matin au soir, à être tellement stone que la réalité se transformait en cauchemar. Je comprenais qu’elle veuille s’en échapper, que je sois l’une des raisons qui la poussait à vouloir oublier cette vie de merde mais je n’arrivais pas à m’y faire, c’était plus fort que moi. La voir se bousiller à petit feu sans pouvoir l’aider me tuait. J’étais son grand frère et au lieu de la sauver, j’empirais la situation en lui mentant et en lui volant cette meilleure amie qu’elle m’avait interdit de toucher, tout ça pour me vider les couilles.

« JE TE HAIS SE HWAN ! OUBLIE LE JAMAIS ! »  Et bien voilà, ça avait fini par sortir ! Même si ce n’était pas logique, l’entendre s’énerver contre moi était rassurant. Je préférais ça que de la voir jouer à la fille qui se foutait de tout ce qu’il s’était passé entre Na Ri et moi en sachant pertinemment que ce n’était pas vrai. Garder ça pour elle ne l’aiderait pas à me pardonner. Si un jour elle y arrivait.

Avec toutes ces histoires, mon taux d’alcoolémie avait soudainement chuté, sans doute sous le coup de l’adrénaline qui me donnait l’impression de ne rien avoir consommé depuis le début de la soirée. Les yeux rivés sur ma soeur qui s’échappait en courant comme une furie pour sauter sur mon ami, je serrais les dents à la vue de tout ces « amis » qui sortaient leur téléphone pour filmer cette scène surréaliste. Cette histoire sentait le scandale à plein nez et pourtant je restais immobile face à ces gens qui la regardaient avec étonnement. Il était impossible d’intervenir, de les  empêcher de filmer et même si je finissais par trouver le moyen de soudoyer les médias, mon père aurait vite vent de ce malheureux incident. Prêt à abandonner le navire, je me préparais à m’en aller avant que Na Ri n’attrape mon bras pour me tirer de force jusqu’à l’étage où s’était enfermée ma soeur après avoir étalé sa dépendance aux médicaments devant tous ses invités. Je ne savais pas à quoi jouait son amie en s’imaginant que ma venue était une bonne idée mais je me préparais déjà à commettre l’irréparable à l’instant où je foutrais les pieds dans cette salle de bain. Peut-être qu’elle m’en empêcherait, mais si telle était sa décision, je trouverais le moyen de l’éloigner de Cameron sans grande difficulté.

« On va défoncer la porte. » Mes yeux s’écarquillaient à cette remarque. Sérieusement ? Ces filles étaient dingues, toujours dans l’excès. A croire que les drogues qu’elles prenaient leur avaient grillé le cerveau. Un soupir de désespoir s’échappait de mes lèvres lorsque je constatais que la porte était bel et bien fermée à clés avant de rentrer dans ma chambre pour aller fouiller les tiroirs de ma commode à la recherche de cette foutue clé que je gardais toujours rangée ici au cas où. Lorsque je la trouvais enfin, je revenais vers Na Ri pour ouvrir la porte avant de m’avancer vers la baignoire où la décolorée était étalée complètement nue et couverte de traces de peinture ici et là. Le corps de la demoiselle n’était plus un mystère pour moi depuis des années et même si notre relation était parfois ambigüe, je la respectais trop pour profiter de la situation. Première chose à faire ? Retenir Na Ri de mettre son grain de sel dans cette histoire pour pouvoir m’occuper de ma soeur comme bon me semblait. De nous trois, j’étais sans doute le moins défoncé à cet instant et je n’allais certainement  pas la laisser agir comme bon lui semblait sous prétexte qu’elle était son amie de longue date. D’un geste possessif, je tendais le bras pour faire barrage à la salle de bain alors que mon regard se posait sur le sac qu’elle tenait contre elle. Il allait falloir que je m’en débarrasse et que je m’occupe de son cas. Par où commencer ? « Na Ri je veux pas de mélodrames, je gère la situation, je ne me répèterais pas » Le ton que j’avais utilisé pour lui murmurer ces quelques mots était ferme et dénué de toute sympathie. Cette soirée commençait sérieusement à me mettre à bout de nerfs et je ne rêvais que de pouvoir me coucher pour oublier tout les appels que j’allais devoir passer le lendemain pour régler cette histoire de scandale. Après m’être assuré d’avoir été clair avec son amie, je me rapprochais pour m’accouder à la baignoire et tendre la main vers le visage de Cameron que je débarrassais de plusieurs mèches de cheveux rebelles. Son état était pitoyable, tout autant que celui de Na Ri qui continuait à salir la moquette du loft avec son pieds en sang. « Cameron je sais que tu me détestes, mais s’il te plait écoute moi. Na Ri va t’aider à te laver et ensuite tu iras te reposer dans ta chambre. Il n’y a pas  mais qui tienne, tu es trop défoncée pour refuser ce que je te dis. Si tu coopères pas, je te jure que je t’attacherais à ton lit de force » Impossible de la laisser dans un tel état dans la baignoire, c’était plus fort que moi. Fatigué par toute cette histoire, je me penchais pour attraper ce foutu sac que je lui prenais des mains non sans faire preuve d’un peu de force et de pointais Na Ri du doigt. « Aide la, je vais préparer sa chambre et virer les invités en attendant. Je veux qu’elle soit propre quand je remonte, c’est clair ? » J’attendais une réponse de sa part et elle avait intérêt à me convenir. Le sac entre les doigts, je le montrais à ma soeur tout en soufflant. « Je le garde avec moi pour l’instant, t’en as assez pris pour ce soir. Si tu fais tout ce que je t’ai demandé, je te le rendrais demain matin » C’était faux mais elle ne le savait pas. Je fermais ensuite la porte et regagnais l’étage du dessous pour commencer à virer les invités qui râlaient sans que je ne sois en mesure de les en empêcher. Ouai ouai, ils n’étaient pas contents et alors ? Rien à foutre. Petit à petit, je laissais les vigiles prendre soin de les foutre à la porte avant de remonter pour ranger la chambre de ma soeur dans laquelle des invités avaient foutu un merdier pas possible, nettoyant ses affaires avec attention avant de m’asseoir sur son lit pour attendre les deux amies. Avaient-elle fini par capituler ?



_________________



Meet the perfection — Riot Club
BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 175
Messages : 269
Age : 26
Localisation : surement entrain de faire exploser la carte de crédit du vieux ou me saouler dans une soirée de luxe.
Emploi/loisirs : étudiante en journalisme à la han university + joker au BBHMI club.
Humeur : d'humeur à faire des folies, courir à poil sur le campus et fumer les cigares du vieux.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Lun 22 Fév - 16:19

Birthday party

 
FRINGUES † C’est dingue cette traînée psychédélique qui s’échappe de mon corps, on aurait dit que j’étais entrain de fondre, de me diluer dans l’eau de la baignoire. J’ai l’impression d’être une sirène arrachée, manquerait plus que la queue et les écailles et le tour est joué. J’ai comme l’impression que mon imagination me joue des tours et je continue à bader sur la couleur qui vire au cramoisi. Merde on dirait presque je suis dans une baignoire pleine de fientes de pigeons. Ça craint tellement que je finis par fermer mes yeux en inspirant longuement. Je chantonne une petite comptine pour enfant, j’ai la tête qui tourne et des vertiges à m’en faire gerber mon âme. Ouais, là ça craint vraiment, j’aurais peut-être pas dû prendre autant de pilules d’un coup, mais avec tout ce que j’ai vomis suite à la vision dégueulasse de ma meilleure amie et mon frangin à poils, bah je pensais avoir régurgité tous les cachetons. Grosse blague, mon corps les avaient déjà assimilés, du moins en partie.

« Bébé reste pas derrière la porte on jouer à 007 » Je crois vaguement entendre la voix de Na Ri, elle semble si lointaine que je fourre un doigt dans mon oreille pour essayer de la déboucher. Surement encore un de ces putains d’acouphènes qui me bousille l’ouï depuis l’accident. Je garde toujours les yeux fermés et accélère la cadence, chante plus fort, me recroqueville de plus en plus sur moi-même en serrant mes genoux autour de ma poitrine. J’entend une sorte de bruissement derrière la porte puis comme une clef dans une serrure. J’me dis que c’est pas possible, qui aurait les doubles des clés de la salle de bain ? A moins d’être un peu parano.

A croire que mon frère l’est, puisqu’il venait tout juste de pénétrer dans mon espace vitale. Je commençais à manquer d’air mais je gardais les yeux fermés en l’entend ordonner à Na Ri de pas bouger, souhaitant éviter tout mélodrame. il avait pas tort d’un côté, mais je crois que le pire était déjà fait. Un vieux rictus tout pourrit se dessine sur mes lèvres. Ils étaient tellement drôles, à vouloir s’occuper de moi. Je suppose qu’ils s’étaient déjà bien trop occupés l’un que l’autre. Je me sens souillée à vrai dire, c’est bizarre comme impression, c’est peut-être parce que je suis en plein bad dans une baignoire avec un sac de médocs et le corps aussi nu qu’un vers. J’me demande même si l’unique étoile qui restait sur mon téton gauche était encore présente. Soudain, je sentis comme une main retirer quelques mèches de mon visage et une odeur familière se faufiler dans mes narines. Il était là. Je tressaillis alors qu’il me touchais et ouvris les yeux pour le fusiller du regard. Je lui envoyais d’ailleurs le regard le plus sombre que j’étais capable de faire malgré mon état lamentable.

Je l’aurais bien zigouillé sur place et fait de leur deux cadavres un plateau de sushis à emporter, mais j’me dis que ça en valait pas la peine, dans l’histoire, comme d’hab, c’est moi le centre du scandal. Pour ce que j’en avais à foutre maintenant, je ne m’étais jamais sentis comme étant une Park dans l’âme, j’ai juste leur nom sur mes papiers d’identité m’enfin, pour ce que ça vaut d’être la batarde. J’aurais dû demander le nom de ma mère, sérieux. Je me serais surement prise moins de gifles par Se Hwan à chaque bordel. « Cameron je sais que tu me détestes, mais s’il te plait écoute moi. Na Ri va t’aider à te laver et ensuite tu iras te reposer dans ta chambre. Il n’y a pas mais qui tienne, tu es trop défoncée pour refuser ce que je te dis. Si tu coopères pas, je te jure que je t’attacherais à ton lit de force » Oh ça oui j’te déteste, toi et ta tête de con, même ta cicatrice en sang me fais ni chaud ni froid. Même à dans mon dernier regard avant de tomber dans le coma, quand j’avais vu ce putain de bout de pare-brise dans ta poitrine, j’étais tellement en colère que j’en avais rien à foutre. C’est dingue, d’être une aussi grosse garce ? J’en sais rien. Et puis, je suis à bout de forces, j’ai carrément plus le courage de me battre contre ces deux-là : alors je laissais le sac dans les mains de mon frangin. De toute façon, un jour ou l’autre, j’allais en racheter des cachetons, il pouvait prendre ceux-là, il y en a toujours qui sont cachés dans ma chambre. Et d’un côté j’ai pas trop envie de me retrouvée attachée à mon lit. Alors j’obtempère et sans le lâcher des yeux. Je sentais même mes pupilles me brûler, fallait peut-être que je cligne des yeux, en fait.

« Menteur. » Lâchais-je alors qu’il prétendait qu’il allait me rendre ma pharmacie demain. Je lançais un regard perdu et cerné de haine à Na Ri. Okay, j’allais tout faire selon leurs désirs, me plier à leurs volontés, et peut-être qu’après je verrais plus leur deux têtes et leurs corps à moitiés nus. Je souffle dans mon coin en me concentrant sur l’eau de la baignoire. Du coin de l’oeil je vois Se Hwan qui sort s’occuper de tout, comme d’habitude. Du coup, je laisse Na Ri s’occuper de moi et je fuis son regard comme la peste. Je la voit venir à dix kilomètres elle et ses longs discours, mais je me tais, de temps en temps j’hoche la tête et je lève les bras quand elle me frotte. Puis je sais pas… Je prend de l’eau en coupelle dans ma main et lui balance dessus. Petite vengeance, peut-être que je pouvais gifler mon frère mais elle… C’était pas trop possible, elle avait jamais levée la main sur moi, pourquoi je le ferais ? Même si elle le mérite à mort. Je m’enroule dans une serviette une fois propre, sans prendre la peine de m’habiller, même si je vois des t-shirts propres à Se Hwan, j’en prends un et le tend à Na Ri. « Habilles toi, please. » Je lui lance un regard fatigué, j’ai beau connaître son corps, ce soir c’était un peu de trop. Alors je la laisse me guider jusqu’à ma chambre où je vois Se Hwan assit sur mon lit. Je m’éloigne le plus loin possible d’eux en me dirigeant vers la causeuse proche de  ma baie vitrée. Je tend un bras pour sortir un paquet de clopes et un briquet. La douche m’a bien remis les idées en place mais j’avoue, je plane toujours un peu. Alors je me contrôle, j’veux pas qu’ils le voit. J’allume ma première clope, et la fume lentement en les regardant l’un après l’autre. Je réfléchis à mille allures, je sais pas trop quoi penser, je suis juste hyper blasée. Je termine ma première clope et l’écrase dans une de mes chaussures de luxe. Je sais, Na Ri va surement péter un câble mais un peu de provoque, ça fait de mal à personne. Alors je sors une seconde clope que j’allume puis je déclare. « Depuis combien de temps. Quand. Comment. Et pourquoi. » C’était plus un ordre qu’autre chose en vrai, alors je recrache ma fumée dans leur direction, le regard impassible. Ils étaient pas trop en position de me contredire à steurs.


BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 120
Messages : 645
Emploi/loisirs : A la base étudiante en astronomie mais comme on parle pas des aliens j'péfère être ambassadrice de clubs ou danser sur ma barre de pole-dance toute la journée. Un p'tit joint dans la main gauche.
Humeur : Chacun son bong avec Ivy.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Lun 22 Fév - 18:58

Birthday party

 
J'suis à fond dans mon idée de défoncer la porte. En fait c'est plus pour l'expérience que dans le cas d'une véritable urgence. En vrai je sais bien que Cameron va pas mourir là dedans et qu'elle se porterait même très bien sans nous avoir dans les pattes pendant un petit moment. Mais égocentriquement j'ai besoin de trouver un moyen pour qu'elle me pardonne, et Se Hwan flippe qu'elle soit vraiment dans un mauvais bad. Je comprends qu'il veuille la sauver de cette merde, et je suis d'accord pour dire qu'il va falloir faire quelque chose mais franchement… Pas la peine d'en faire tout un plat. Je connais mieux que quiconque ce genre de vice. Croyez-moi c'est pas parce que votre demi-frère qui a couché avec votre meilleure amie vous prend vos pilules sous le nez pour les jeter que ça va aller mieux. Ola malheureux ! D'ailleurs Cameron est une des rares seules à ne pas m'avoir trop fait chier avec ça… Je ne peux pas me permettre de juger pour elle. Je suis loin de vouloir la voir sombrer petit à petit dans la déchéance, j'ai pas du tout envie que nos soirées pyjamas se transforment en « faisons-nous vomir en cœur » mais bon. Je trouverais une meilleure solution en temps voulu. Pour le moment j'essaie de me concentrer et de garder mon objectif en tête : le pardon. Je suis prête à faire n'importe quoi… Pour peu que Se Hwan ouvre cette foutue porte ! Je sais pas ce qu'il fout… Il s'est barré dans sa chambre. Il faut pas autant d'élan quand même ?

Ah. Je me sens un peu con quand il revient avec une clé. Cela dit ça marche aussi même si c'est moins sexy… Il ouvre et une montée d'adrénaline me submerge, j'ai envie de débouler dans la salle de bain et d'agir mais Se Hwan m'en barre l'accès. J'en ai le souffle coupé. Dans le mauvais sens du terme. En fait au début je comprends pas trop à quoi il joue mais la colère qui gronde dans mon estomac a le plus grand mal du monde à ne pas déborder de ma personne de tout les côtés. J'en ai rien à foutre que se soit son frère. Son demi qui plus est. Je connais Cameron comme si je l'avais faite et je défi quiconque ose se mettre entre nous, m'empêcher de la voir et encore moins me donner des ordres. J'ai un gros problème avec l'autorité, tout le monde le sait pourtant. Autant vous dire que je fusille Se Hwan du regard, il a intérêt à bien comprendre à quel point je le déteste en ce moment. Pourtant je ne dis rien. J'ai envie de hurler, de pleurer et taper du pied mais je reste silencieuse. De toutes mes forces, je me retiens comme jamais, je sens une boule se former dans ma gorge et je vois presque les éclairs sortir de mes yeux pour foudroyer Se Hwan mais je tiens bon. Je sais que c'est le seul moyen que j'ai de pouvoir voir Cam sous peu.

Je fais genre d'accepter toutes ses conditions à deux balles. C'est ça, cause toujours tu m'intéresse.
Dès qu'il tourne les talons je me faufile dans la fameuse salle de bain en marmonnant.

- Fais chier mormomn… pas mon père… connard…  

Cameron est là, dans la baignoire qui ressemble à un marécage de peinture. Mais plutôt que de m’exécuter sagement et de la frotter comme si j'étais sa nounou je préfère me glisser dans l'eau avec elle. Je joue un petit moment dans l'eau sans rien dire, je vois bien qu'elle évite mon regard alors je lance naïvement en pointant son épaule encore colorée du doigt :

- C'est joli ça.

J'affiche un demi-sourire aussi douloureux à sortir que le fait d'ouvrir la bouche quand on est anesthésié. Mais il s'éteint bien vite. Et à force de rester là, dans un silence presque religieux qui me mets mal à l'aise à souhait je finis par frotter doucement son genoux. Puis l'autre. Je me met à la laver sans rien dire, parce qu'il n'y a rien d'autre à faire. Pour une fois dans ma vie on m'a fait fermer ma gueule, et sacrément bien. Du coup j'me sens encore plus con que d'habitude, sans être cachée derrière ma fierté ou ma répartie cinglante il reste pas grand-chose finalement.

Il reste plus grand-chose de nous tous finalement. Cameron n'est que le fantôme d'elle-même, je vois dans ses yeux qu'elle se force à oublier ce qu'elle a vu et qu'elle veut se concentrer sur sa foutue drogue. Dieu que j'sais c'que c'est. Mais ça non plus j'lui dis pas. On fini juste par sortir de l'eau sans rien ajouter. J'me sens encore plus sale qu'en y entrant. Toute la haine de son regard c'est ajouté à la couche de honte qui me colle à la peau. Du coup j'ai l'impression d'avoir cinq ans et qu'un méchant a piétiné mon château de sable.

Je continue de baisser la tête et me contente de rester là à côté, bizarrement ça me suffit de savoir sa présence juste là. Je ne bronche pas quand elle me file un t-shirt à Se Hwan pour que je m'habille. Je grimace en fermant les yeux et j'obtempère. J'en profite juste pour grimacer de plus belle en cachant mon visage derrière le vêtement au moment où je l'enfile. C'est un peu chelou qu'elle veuille me voir avec un haut qui lui appartiens mais bon. Je crois qu'elle a pas trop percuté. Donc comme vous l'avez deviné… Je dis toujours rien.

C'est la marche des condamnés. Je me retrouve coincée dans cette chambre avec Cameron et bientôt  Se Hwan qui revient. La lourdeur de l’ambiance ! J'ai l'impression d'avancer vers mon exécution et j'ai pas tort. Parce que la voix de Cam' résonne tout à coup dans la pièce. Et c'est exactement ces mots que je voulais éviter.

Je regarde Se Hwan et là j'ai compris que je vais devoir m'y coller. Je voudrais mentir mais je n'en suis même pas capable. Oh putain Cameron, lui dis-je mentalement, tu vas pas aimer cette réponse. J'aurais bien besoin d'un petit remontant là putain. Et elle aussi. Du coup je fais mine de remettre correctement mon haut de maillot de bain sous le t-shirt pour y attraper mon propre sachet de petits cachets magiques. Le plus discrètement possible j'en prend un en surveillant Se Hwan du regard.

- Alors heu...  

Je fais semblant de tousser pour avaler ma pilule. Un action digne de disney chanel mais quand il faut il faut. Et là je regarde Cameron pour lui expliquer mais… Putain. Je me bloque. Y a sa petite tête que j'adore là. Je vois le désespoir pas possible dans ses yeux. J'ai envie de l'aider. Mais elle ne veut que de la came pour l'instant. J'la comprends, je compatis. C'est pas la bonne solution mais elle me fait trop de la peine.

Je suis la seule conne restée debout. Je jette un regard en coin à Se Hwan sur le lit et m'approche lentement de la causeuse. J'fais genre je cherche mes mots, c'qui est pas faut, en tripotant ce qui traîne à côté de Cameron pour en fait y glisser mon sachet de cachetons. J'y peux rien j'suis faible quand il s'agit de moi mais j'suis encore pire quand il s'agit d'elle.

- Du coup ben...  

J'arrive pas à commencer putain.

- Ça fait quand même un p'tit moment. Tu te souviens la soirée où Jackson a dormi dans les chiottes ? J'avais vraiment putain de trop bu ce soir là. Tout le monde en fait. Et j'étais trop déchirée à la MDMA aussi… Ca me réussi pas trop cette merde là. J'devrais arrêter d'en prendre sûrement.

Je hausse les épaules. J'suis au bout du cul. On dirait la dépressive de service qui parle. Mais j'vais tenter d'être la plus franche possible.

- Et j'me suis dit que c'était bien de mon niveau d'aller dans la chambre de Se Hwan cette nuit là, parce que de toute façon il en avait jamais rien eu à foutre de moi, et moi non plus en vrai. Mais pour le style, pour le sport. Fallait que j'fasse ma Nari quoi. J'savais pas trop à quoi m'attendre. Et surtout pas que ça pouvais p'têtre continuer.

Je m'arrête pour réfléchir et puis ça me pète le cerveau parce que j'ai envie de mourir là, alors je m'emballe et je secoue les mains histoire de dire « c'est bon j'laisse tomber »

- Enfin bref, j'sais pas quoi te dire. J'ai pas de raison, j'ai pas d'excuses. J'ai voulu me taper ton frère parce que je suis conne et j'ai continué parce que je suis une vendue et grosse une fragile.

Et parce que c'était putain de trop bon. Mais ça j'lui dis pas.



_________________

GLITTER GANGSTA' BABY



- BBHMI CLUB -
poignée de main secrète C-N:
 

RIOT CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 443
Messages : 357
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Lun 22 Fév - 22:37

Birthday party

 
La semaine avait été longue…Et la soirée n’était pas prête de se terminer. Dans l’espoir de sauver ce qui restait de cette relation tumultueuse et à la fois fusionnelle que nous entretenions depuis des années, je m’éloignais volontairement de Cameron le temps de virer les invités et de nettoyer sa chambre. Pour l’instant, il valait mieux qu’elles restent entre filles sans que je ne m’interfère dans leurs discussions. Je ne savais pas quoi elles allaient parler, ni si elles allaient se pardonner mais j’espérais sincèrement ne pas retrouver cette ambiance glaciale que j’avais quitté en fermant la porte de la salle de bain. Assumer le fait que ma soeur nous ait surpris en pleine partie de jambes en l’air n’était pas encore à ma portée même si je donnais l’impression de toujours me foutre de tout. Oui je l’avais trahie et oui je m’en mordais les doigts mais la vie était faite ainsi et il allait bien falloir qu’elle l’encaisse d’une manière ou d’une autre.

Le sac de médicaments que je lui avais pris des mains prônait sur le meuble de sa chambre pendant que je rangeais les cadavres de bouteilles qui trainaient sur le sol entre deux préservatifs usagés. Qui que ce soit, ces personnes ne s’étaient pas gênées pour ouvrir les cadeaux que j’avais mis des heures à emballer et que j’avais pris la peine de planquer sous son lit en imaginant que personne n’irait fouiller ici. Je m’étais trompé. Cette soirée qui avait pourtant bien commencé était en train de prendre une tournure à laquelle je ne m’étais pas préparé et je n’avais plus la force de me battre pour l’améliorer. Tout en prenant en compte le fait que ma soeur allait me détester, je décidais de fouiller sa chambre à la recherche de pilules en tout genre que je jetais finalement dans les toilettes avec le reste de ses médicaments avant d’aller m’installer sur son lit pour les attendre en tapotant mes doigts sur le matelas. J’étais nerveux, angoissé à l’idée d’avoir commis l’irréparable avec Na Ri, de ne plus pouvoir retrouver cette relation que nous avions avec Cameron. Allait-elle réussir à me pardonner ? Je l’espérais.

Puis elles entraient enfin dans la pièce l’une après l’autre, visiblement propres. Na Ri portait l’un de mes t-shirts à ma plus grande surprise et je me demandais si le geste était volontaire ou si elle n’avait pas fait exprès de choisir ce vêtement là plutôt qu’un autre. Mon attention fut toutefois attirée par ma soeur qui passait devenait moi sans m’adresser un regard tout en s’allumant une première cigarette qui était rapidement suivie d’une deuxième.

« Depuis combien de temps. Quand. Comment. Et pourquoi. » Les choses se corsaient soudainement. Pourquoi voulait-elle connaître ces détails là ? Ces détails qui allaient la faire souffrir pour rien. Mon instinct m’interdisait d’ouvrir la bouche alors que Na Ri me lançait un regard qui finissait de m’achever. Quoi que je dise, je connaissais trop ma soeur pour essayer de la convaincre de ne pas en tenir compte, de ne pas s’attarder sur ces informations qu’elle finirait par obtenir dans tous les cas. Alors je restais là, les bras croisés sur mon torse pendant que la demoiselle lui expliquait le début de notre relation en prenant bien soin de s’insulter au passage. Si nous nous penchions sur la question, je n’avais pas été le premier à trahir Cameron mais les circonstances avaient fait que je m’étais attaché à son amie sans le vouloir.

« ça fait quatre ans Cameron. C’est arrivé comme ça et on a pas réussi à s’arrêter. Il n’y a rien de plus à dire » J’aurais pu rajouter que j’aimais le sexe avec elle, que nous nous entendions à merveille au lit et que notre relation nous convenait à tous les deux. Mais je n’étais pas stupide. Pas autant qu’elle voulait bien le croire. « Il faut que tu comprennes que ça n’a pas d’importance. J’sais que c’est facile de dire ça, mais Na Ri et moi on est pareil, c’était un peu…inévitable. » Je ne tentais pas de nous enfoncer, ni de tourner le couteau dans la plaie mais je voulais qu’elle comprenne que nous n’avions pas agi pour la blesser. Nous étions deux idiots qui aimions le sexe, c’était aussi simple que ça. « pardonne moi Cameron, j’aurais pas du te mentir »


_________________



Meet the perfection — Riot Club
BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 175
Messages : 269
Age : 26
Localisation : surement entrain de faire exploser la carte de crédit du vieux ou me saouler dans une soirée de luxe.
Emploi/loisirs : étudiante en journalisme à la han university + joker au BBHMI club.
Humeur : d'humeur à faire des folies, courir à poil sur le campus et fumer les cigares du vieux.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Lun 22 Fév - 23:26

Birthday party

 
FRINGUES † Franchement ? C’était plus fort que moi. Je devais connaître tous les détails, parce que pour passer l’éponge j’ai besoin de connaître l’histoire de A à Z. Ce serait trop con de commence un livre par la fin, n’est-ce pas. Alors je suis là, j’enfonce mes orteils dans le velours de ma causeuse et je tire nerveusement sur ma clope. J’me dis au fond, pourquoi j’me torture l’esprit comme ça. Ça devrait même pas m’étonner tout ça, surtout venant de ces deux là. J’me dis aussi que je perds mon temps, que je devrais tirer et un coup et sniffer une rail pour me remettre d’appoint. le problème c’est que j’y arrive pas. j’ai perdu mon esprit funky depuis une semaine, depuis ce fichu accident vous voyez. J’ai l’impression d’être un cadavre ambulant, le genre de poupée gonflable qui reste là sans bouger avec un fucking smile qui fait flipper. Ah, j’oubliais les yeux constamment écarquillés et l’air absent, ça aussi sa joue. Je revois bien la tête d’Oliver hier après-midi quand il m’a croisé au club de strip-tease. Je sais même pas pourquoi je suis allée là-bas, surement pour tenter de ressentir un peu d’émotions. Là j’suis un peu à mon summum, pommée entre deux dimensions. La première, c’est celle du « J’sais pas quoi faire, j’ai besoin de me péter le crâne » et la deuxième « J’ai comme une envie de trucider tout le monde à coup de talons aiguilles » mais j’sais pas, je reste là sans arriver à rien faire. Sauf les fusiller du regard, ha bah ça, si j’avais eu des mitraillettes à la place des yeux à coup sûr j’en aurais fait de la chaire à pâté.  

Mais j’suis du genre faible alors je les regarde juste. Je sens vite fais mon coeur achever un dernier battement alors que Na Ri m’explique le pourquoi du comment. Pouah, ça m’étonne pas d’elle, fais chier, j’aurais dû le deviner. Maintenant c’est à moi que j’en veux, pour avoir joué les aveugles pendant si longtemps. « La soirée où Jack’ à dormis dans les chiottes… » Je marmonnes ces quelques mots. Putain, ils tournent en rond dans ma tête je sais pas pourquoi. Je cligne plusieurs fois des yeux et tire une dernière latte. C’est que sa se fume vite ces petites merdes quand on est plein de drogue. Alors j’en allume une troisième en tirant dessus tout tremblotante. On dirait une vieille toxico qui compense avec de la nicotine. bon okay, c’est le cas.

Du coin de l’oeil je vois Na Ri hausser les épaules, alors moi, comme une conne je la regarde et j’hausse les épaules. Un réflex nerveux surement alors je continu à poncer ma clope. J’ai envie de gerber au fur et à mesure de son récit, c’est dingue. « Ouais. C’bien ton niveau. » Je marmonne dans mon coin en engraissant ses paroles, parce que ouais, ça fait du bien. Le truc, c’est que j’ai capté ce qu’elle à fait tout à l’heure, avec le putain de sachet de cachetons qu’elle à caché à côté de moi. Cette connasse sait comment se faire pardonner putain. J’comprends d’ailleurs pas pourquoi ces deux là baisent ensemble, okay ils sont nymphos tous les deux mais niveau réactions c’pas trop la même chose. Je plisse les yeux et fais mine de poser mon coude sur le coussin. Bah voyons, je tente de rester discrète parce que j’ai vraiment besoin d’un petit truc et je prie pour que ce soit un taz’, ça m’aide toujours à réfléchir. « Enfin bref j’sais pas quoi te dire… » Je l’écoute à moitié en vrai, j’ai compris l’essentiel, alors, clope en bouche je me relève avec le sachet dans le creux de la main et je leur tourne le dos pour faire mine de regarder la vue. Un peu comme dans les films, ta toujours une scène où l’héroïne torturée va zieuter la vue de la ville comme si ça allait faire re-fonctionner tous ses neurones. C’pas trop le cas pour moi, j’avale juste une pilule tranquillou et fais mine de bailler.

Je finis par me retourner et longer ma chambre jusqu’à l’autre extrémité, parce que ouais, Na Ri à fait un truc cool, mais j’ai quand même pas envie de rester à côté de ces deux là. Seulement, au moment même où je passe devant Se Hwan, il me lâche que ça fait quatre ans qu’il baise avec ma meilleure pote. Là je m’arrête, le regard fixé sur mon poster des Pink Floyd. Je dois bien l’avoir depuis quatre ans celui-là d’ailleurs. Je l’ai acheté le jour où Jackson s’est endormi dans les chiottes d’ailleurs. Le jour même où la relation Se Hwan - Na Ri à débuté. J’ai comme une folle envie d’arracher le poster mais en vrai, c’est pas lui le fautif alors je pivote lentement vers Se Hwan qui se confond en excuses. Je sais pas pourquoi, mais y a un vieux rire tout périmé qui sort d’entre mes lèvres et je lui lance un regard écoeuré. « Ouais, ça a pas d’importance. Ta raison. Rien n’a d’importance pas vrai ? » J’arquais un sourcil en lui posant cette question. J’allais lui faire payer, tout, du début jusqu’à la fin. Il baise ma meilleure pote ? Okay. Je vais baiser son meilleur pote. Ah bah ça, j’suis douée au jeu du plus con moi. Alors je me tourne vers Na Ri. J’aimerais bien baiser son plan cul, mais ça me dégoute, c’est mon frère. Et les autres… Je préfère pas passer par-là où elle est passée. Au moi je sais que Yoon Suk s’est pas fait fourré par Se Hwan. Du moins pas à ma connaissance.

Je sens doucement la pilule faire son effet, je retrouve un peu d’énergie, ça aide à tenir debout parce qu’en vrai, j’ai un peu de mal. Je détache la serviette autour de mon buste en me dirigeant vers mon dressing ouvert sur la chambre. Je les aient tellement ignoré ce soir que j’arrive à faire abstraction de leur présence. Je leur montre mon cul et j’en ai rien à foutre, parce qu’à partir de maintenant, ils vont avoir affaire à une Cameron qui en a particulièrement rien à foutre de tout. Tôt ou tard un scandal explosera au grand jour, et je jubilerais en voyant la tête à Se Hwan. J’me baladerais à poil devant la ville entière s’il le faut, même devant l’école primaire. Alors j’attrape une sorte de nuisette un peu fluide et l’enfile avant de balancer ma clope dans ma boite à bijoux. Que tout crame n’a pas d’importance. Parce que… Rien n’a d’importance, n’est-ce pas Se Hwan ? Je vais me rallumer une clope et reste debout pour enfin leur faire face. J’me sens comme pousser des ailes, c’pas de la merde la came de Na Ri n’empêche. Je rejette mes cheveux trempés derrière mon épaule en déclarant : « Okay. Donc vous baisez depuis quatre ans. Dans mon dos. Je suppose que tout le loft y est passé et environs 90% de la ville ? » Je lance un regard blasé vers mon dressing. « Je suppose que dans mon bébé aussi. Okay. C’est cool. » Et c’est à ce moment là, que un a un, je leur lance le regard qui veut tout dire. J’accepte, mais attendez-vous à des répercussions monstrueuses les gars. « Vous pouvez continuer à baiser maintenant. Sérieusement. Je vous donne ma bénédiction. Toi Se Hwan, tu peux fourrer ta queue dans toi, Na Ri, ma meilleure pote d’enfance. Y a pas de souciiii. » J’accentu ma phrase à travers une grimace et en levant ma main en l’air. Vous la sentez pas venir la patate, hein ? Et là, pour la première fois depuis que j’ai gerbé devant leur acte, je souris. J’me force okay, mais je leur lance un sourire bien flippant chacun leur tour. « Maintenant excusez-moi, j’crois que j’ai un anniversaire à fêter. » Je pivote sur mes talons et m’arrête devant la porte. De toute façon, même si y a plus personne, ils ont pas intérêt à m’empêcher de boire un verre. « Au fait… » Je place une mèche de cheveux derrière mon oreille en leur jetant un regard en biais. « Sympa, le cadeau d’anniversaire. Vous m’avez bien baisée. » Sur ce, je passe le pas de ma porte et descend les escaliers avec un arrière gout de vengeance malsaine.

Je fais ce que je veux, et si j’veux péter ma durite, je la péterais. Alors je psychote en pensant à mon plan tout en me servant un verre de whisky pur. Le genre de sky’ tellement vieux qu’il te brûle le gosier oklm. Je fou la musique à fond, parce que même toute seule j’en ai rien à foutre, je peux m’amuser. Je sais toujours pas quel âge j’ai en passant mais j’men tape, j’enjambe un cadavre à moitié nu et commence à onduler mes hanches. « Il reste du gâteau ? » J’demande au cadavre. Le mec utilise ses dernières forces pour me montrer le bar dans la cuisine. Alors, je me dirige vers celui-ci et le contourne pour trouver un immense gâteau avec pleins de bites en bonbon dessus. Quitte à pas baiser ce soir, autant bouffer de la bite : je bois cul sec mon verre et plonge ma main dans le gâteau comme une grosse sale et commence à manger tranquillement en continuant à bouger mes fesses sur un vieux rock. Et là, je saisis le plateau et commence à balancer des bout de gâteaux un peu partout dans le salon. L’écran plasma ? okay. La chaine-hifi ? Okay. Les playstations ? Okay. Les baies vitrées ? j’en étale bien de partout, même sur le nouveau canapé. Et pis je m’amuse à bouffer les bonbons-bites. On peu le dire : j’ai disjoncté.




BBHMI CLUB —
avatar
INFORMATIONS
Wons : 120
Messages : 645
Emploi/loisirs : A la base étudiante en astronomie mais comme on parle pas des aliens j'péfère être ambassadrice de clubs ou danser sur ma barre de pole-dance toute la journée. Un p'tit joint dans la main gauche.
Humeur : Chacun son bong avec Ivy.
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan Mar 23 Fév - 15:05

Birthday party

 
Je garde la tête baissée pour ne pas croiser le regard de Cameron, ou celui de Se Hwan qui ajoute quelques précisions à mes 'explications » pour le moins embrouillées. Lentement mais sûrement la drogue ingérée fait son effet et un soupire muet de bien-être traverse mes lèvres. Je sens mes muscles raidis se détendre, en fait je pourrais me couler sur le sol et ne plus bouger jusqu'à la fin des temps mais je me maintiens encore en place pour guetter la réaction de Cam'. Heureusement que j'ai avalé ça putain, j'me dis. J'la vois v'nir la p'tite avec son ton cinglant sérieux.

Et j'suis pas déçue du voyage.

- Okay. Donc vous baisez depuis quatre ans. Dans mon dos. Je suppose que tout le loft y est passé et environs 90% de la ville ?

Je fixe mes pieds comme si je les voyais pour la première fois. Putain. C'est comme si je participais à un jeu TV où j'attends le moment fatidique du sceau de peinture qui viendra s'écraser sur moi.

- Je suppose que dans mon bébé aussi. Okay. C’est cool. 

Je tressaillis, même sans la regarder je sais qu'elle parle de son dressing. On est dans la mouise jusqu'au cou.

- Vous pouvez continuer à baiser maintenant. Sérieusement. Je vous donne ma bénédiction. Toi Se Hwan, tu peux fourrer ta queue dans toi, Na Ri, ma meilleure pote d’enfance. Y a pas de souciiii.

Mes yeux se ferment, j'en peux plus. Plus elle ouvre la bouche et plus je me sens m'enfoncer dans le sol comme si elle s'amusait à m'utiliser comme un clou sur lequel on tape maintes et maintes fois… Le problème avec les yeux fermés c'est que la tête qui tourne me force à vaciller. Un coup à droite, un coup à gauche. J'suis au booooouuuuuut, Cam' ferme-là j'vais disjoncter. J'vais buter des chatons et organiser des attentats si ça continue ! Bordel de merde !

Elle ajoute un petit commentaire par rapport à un anniversaire à fêter, super. Ouf ! Elle se casse ! Bonheur de courte durée puisqu'elle vient nous terminer en beauté.

- Sympa, le cadeau d’anniversaire. Vous m’avez bien baisée.

Le mot d'la fin. Putain elle nous a bien niqué elle aussi. J'me sens comme le creep de Radiohead.

Et puis j'sais plus quoi faire, je bouge pas. Pendant longtemps. J'sais pas c'que fout Se Hwan mais je me persuade que je ne suis plus ici, que j'suis dans un autre monde, toute seule. Je finis par m'allonger par terre en étoile pour regarder le plafond, j'aimerais bien voir les étoiles… Les minutes passent et je dois bien rester comme ça pendant un bon quart d'heure. Mon imagination pleine de défonce m'envahit le crâne, je vois des arbres et des aurores boréales, c'est rigolo. Et joli. Sauf que j'peux pas rester là indéfiniment. Faut que j'rentre chez moi au minimum, je vais pas me permettre de polluer plus que ça l'appartement de ma présence si ni Cameron et Se Hwan ne veulent plus voir ma gueule. D'ailleurs Se Hwan. C'est la première fois que j'y pense depuis tout à l'heure en fait. J'me demande bien ce qui va nous arriver à nous deux. J'ai tout perdu ce soir si ça s'trouve. Foutu karma.

M'enfin, j'ai plus trop la force de m'en inquiéter donc je rampe jusqu'au sac que j'avais en arrivant plus tôt dans la journée, posé dans la chambre de Cameron où j'avais prévu de rester pour la nuit entière. Ironie du sort. Un sourire niais flottant sur mon visage je me relève à une vitesse ralentie au maximum, je chope mon bazar et j’entreprends de descendre les escaliers en traînant. J'ai pas de chaussures, j'ai rien mais je m'en balance, ça me fait même marrer de m'imaginer traverser la ville comme ça. Je passe devant la cuisine où Cameron bouffe son gâteau d'anniversaire comme une grosse porc. J'ai envie de rire, elle est trop mignonne. Et j'ai faim moi aussi putain !

ET LA. Je sais pas ! Dans un élan de folie je m'approche de Cameron qui me tourne le dos pour lui enfoncer la tête dans l'énorme gâteau.

- Tes microbes !

J'sais pas c'qui m'a pris mais je voulais juste détendre l'atmosphère ! Du coup comme jsuis trop déchirée et que je me comprends pas moi-même j'explose de rire. Oh merde. Maintenant soit elle rigole soit elle tue définitivement. Au moins j'serais fixée, j'ose juste espérer que ma référence à Scary Movie l'aura au moins fait sourire intérieurement.


_________________

GLITTER GANGSTA' BABY



- BBHMI CLUB -
poignée de main secrète C-N:
 

INFORMATIONS
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: BIRTHDAY PARTY ft. Park Cameron & Se Hwan

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Money & Power :: NASTY PIGS ! :: archives :: RP :: rp - mars-